samedi 10 février 2018

Les nouveaux nouveaux philosophes

A Paris en décembre, je suis repassé devant Les Intondables,  
mon coiffeur du bout de la rue des Pyrénées.


Sur leur porte, y'a toujours écrit
Paris, Gif-sur-Yvette, Ouagadougou.


A Nantes, je vais maintenant chez 
La mèche rebelle, à côté du boulot.


Gildas m'a fait découvrir le très saint Livre.


J'ai tellement ri dans son salon en attendant 
mon tour que j'ai dû le refermer.


C'est écrit sur les murs, 
par les nouveaux nouveaux philosophes, 
qui allient concision et intransigeance.



C'est un livre qui fait comprendre 
(s'il en était encore besoin)
que l'esprit souffle il veut, 
et surtout dans la rue, 
bien plus que sur mon blog.



Le livre coûte 9,90 €, 
et honnêtement, c'est donné.
Heureusement, pour les nécessiteux, 
il y a aussi un tumbler.

http://graffitivre.tumblr.com

mardi 23 janvier 2018

Dieu est un chargeur allume-cigares USB (9)

Résumé des chapitres précédents :
Après avoir rédigé son testament et légué son disque dur à sa femme, Warsen part travailler un week-end à Orléans grâce à son GPS de voiture.


9.

Pendant le trajet, je ne puis m’empêcher de songer que toutes ces trépidantes péripéties électro-ménagères, qui ont vu le Triomphe in extremis de la Volonté sur l’Entropie, ont été un peu téléguidées de Là-Haut, car enfin, 
1/ si d'une part ma chaudière n’avait pas pris feu, induisant le passage dans les recoins les plus salissants de mon domicile d’une armée mexicaine de mercenaires de la dépollution qui ont plongé mon chauffe-eau dans un profond sommeil, 
2/ si d'autre part j’avais eu du liquide sur moi quand l’électricien est venu réveiller le chauffe-eau endormi
3/ je n'aurais pas eu à m'enquérir par avance de l'état de mon GPS pour aller le payer, 
4/ je ne me serais pas aperçu qu'il était inutilisable,
et 5/ je me serais retrouvé comme un (gros) con dès vendredi soir, au moment de partir pour Orléans, avec d’un côté une adresse d’hébergement sibylline, délivrée par bribes par un standardiste ivre et d’après son accent prononcé, probablement maghrébin, adresse située dans une zone orléanaise suburbaine non documentée sur les cartes routières, et de l’autre un GPS hors d’usage...
et qu’aurais-je fait, moi qui me prétends si drôle et si malin et demi ? hein ?

Tout en maudissant mon incurie dans le jour déclinant, j’eus été contraint de remettre la main sur un vieux grimoire que les Anciens dénommaient craintivement « Atlas routier », de préparer mon itinéraire sur papier, puis de partir à l’Aventure en remettant mon sort à la Divine Providence, vis-à-vis de laquelle je ne nourris, je dois l'avouer, aucune confiance excessive.
Or chacun sait, et nul n’ignore, que les fonctions cognitives les plus naturelles, comme le fait de concevoir un trajet d’un point A à un point B à partir d’une carte d’état-major, se sont beaucoup dégradées depuis que nous avons collectivement abdiqué notre sens de l’orientation devant une armada de petites machines portatives remarquablement astucieuses, (toutefois dotées de branchements fragiles à manipuler avec précautions), dont l’invasion dans notre quotidien a précipité l’effondrement de notre capacité à naviguer « à l’estime », comme on disait dans la Marine Royale au XVIIème siècle.
Mon établissement d'itinéraire aurait à coup sûr été aussi laborieux que la rédaction de cet article, qui je vous l'assure, est tout sauf une partie de plaisir coupable.
Alors que là, l'enchainement des causes et des effets a produit des circonstances favorables à l'évitement d'une catastrophe logistique.
C'en est pour ainsi dire miraculeux.

Je me dis que l’Univers me fait un petit cadeau, pour me prouver son amour.
Que Dieu me tapote gentiment l’épaule en me faisant un gros clin d’œil.
C’est si rare, que c’en est ineffable.

Je me rappelle d’un directeur d’agence de communication qui m’avait raconté dans des circonstances très particulières qu’il croyait en Dieu dur comme fer depuis qu’un jour, violemment agressé à son domicile par un malfaiteur et sentant sa fin prochaine, il n’avait dû son salut qu’à l’irruption inattendue d’un voisin, qui avait entrainé la fuite de l’assaillant.
Plus de trente ans ont passé depuis l'incident. Je jette un œil sur l’agence de comm' en question, elle existait toujours en 2006 et s'était spécialisée dans le Marketing de la Permission et du Désir, et dans La Stratégie du Sherpa au service de l’Inbound Marketing.
La Révélation reçue par Gabriel S. n’a pas l’air d’avoir fait beaucoup dévier le parcours de sa life marketée Permission/Désir (vis-à-vis de laquelle je ne m'inscris pas en faux, mais c'est une autre histoire.)

Et si je crois vraiment que Dieu Se Manifeste à travers des évènements aussi triviaux que la Guérison Miraculeuse et Préventive des chargeurs allume-cigares USB, vraiment, je suis foutu et bon pour le cabanon.
Si je me crois béni des Dieux, même momentanément, à ce compte-là, le neveu de 21 ans de Matt Brilland (mon peintre en bâtiment du dimanche), qui se prend un arbre sur la tête sur une piste verte au cours de la tempête de fin décembre et qui en décède sur le coup est lui maudit des Dieux, et alors c'est la Grande Loterie, et à quoi bon se raser ? et l'hérésie de la déréliction n'est pas loin.
C'est pas qu'on soit Godless, comme l'éponyme série Netflix, divinement photographiée mais piètrement scénarisée, mais enfin, quand même, aucun évènement advenant dans la sphère humaine ne peut prétendre avoir été programmé par Dieu, ou alors Il Est Bourré la plupart du temps, comme le chantait Tom Waits avant d'être rattrapé par la foi du charbonnier. 
Bourré, ou en congés maladie de longue durée; et il faut se résoudre à ce que, s'ils sont connexes, les mondes humain et divin soient disjoints, et très peu communicants ; et l'aphorisme selon lequel "bienheureux soient les fêlés car ils laissent mieux passer la lumière" est débile, des fêlés j'en connais, ils laissent passer la souffrance et la confusion, end of transmission.
Enfin, je suppose que c'est toujours plus charitable que de parler de cet enculé de Dieu qui n'existe toujours pas, selon mon très malsaint père.
N'empêche. 
Si le coup du chargeur USB/12v ne relève pas d'une Intervention Divine, c'est quand même vachement bien imité.

lundi 22 janvier 2018

Dieu est un chargeur allume-cigares USB (8)

Résumé des chapitres précédents :
La prise de l’alimentation du GPS à Warsen, elle est cassée. Il cherche à la remplacer, pour accomplir son destin de travailleur migrant et aller arrondir ses fins de mois à l’étranger.(Orléans, 319 km)

8.
Le Leclerc Meubles & Multimédia de Basse-Goulaine est un temple Shintoïte de l’élégance et du bon goût à prix discount. Comme le note un certain Kevin S. sur le Google Maps de l’établissement :

« Pas mal de choix et donne l'impression d'être plus grand que son prédécesseur a l'intérieur du Leclerc, a en donner presque le vertige lorsque l'on entre si tant est que l'on soit habitué à l'ancien Leclerc Meuble & Électroménager. L'agencement des rayons est rationnel et plaisant. Juste une légère impression d'être suivi du regard dans certains rayons. J'y retournerai. »

Rationnel et plaisant ne sont pas les premiers adjectifs qui me viennent en tête alors que je suis en quête du raccord maudit. Et je n’ai pas le temps d’avoir une légère impression d'être suivi du regard dans certains rayons, parce que le nombre de vigiles (déguisés en clients banalisés) au kilomètre carré dépasse l’entendement. Je localise un premier gisement d’accessoires « Téléphonie et gps » qui me ferait accroire, moi qui ne suis pas de la partie, que les gens passent leur temps à surfer sur Internet sur tablette Androïd, à s’envoyer des sms et à se branler sur les réseaux sociaux quand ils sont au volant de leur véhicule à combustible fossile, grâce aux kits mains libres et multimédia. 
C’est franchement impressionnant de voir à quel point les fabricants d’accessoires high-tech ont su capter l’air du temps de l’accidentologie moderne à bord d’un lecteur MP3 à écran tactile éventuellement pourvu de roues et d'un moteur à combustion.
Comble de malchance, j’ai volontairement attiré l’attention d’un vendeur* qui ne voit pas plus loin que le bout de son présentoir, et qui y regrette autant que moi l’absence manifeste de câble d’alimentation pour TomTom XXL.

Ceci n'est pas un sextoy.
Il me faut puiser dans mes réserves d’indignation à l’idée qu’un tel objet puisse ne pas exister dans ce continuum pour enfin mobiliser ses forces vives, et découvrir ensemble un second gisement d’accessoires nomades indispensables pour rester connecté sans tomber à court de batteries (sic), absurdement situé à quelques encablures du premier, et y dénicher la perle rare, à 19,90 prix maximum conseillé. Mais en achetant le câble non inclus qui est vendu séparément, j'en ai bien pour 25 €, une folie, par les temps qui courent, mais au diable les varices, je suis en mission pour une station de télévision régionale du service public, et je me dois à mon public, puisque ma mission lui rendra service.
A partir de là, tout s’enchaine avec une logique implacable, comme dans un film américain : je laisse le vendeur à la stupeur bienheureuse d’avoir découvert un nouveau rayon dans son magasin, paye mon achat, regagne ma voiture, mets le contact, enfourne avec délicatesse le sextoy la fiche USB dans la prise allume-cigares, un sourire de contentement s'esquisse sur mes lèvres purpurines de cheval, puis je programme l’adresse de mon électricien sur mon TomTom XXL Ressuscité d'Entre Les Morts, dépose une lourde enveloppe de billets non numérotés dans sa boite à lettres, et le soir même, après le travail, je pars pour Orléans, où m’attend un lit douillet dans un hôtel de seconde classe de la zone industrielle.

(A suivre)

* Je suppose que tout le monde dans l'honorable assistance connaît la devinette éculée : 
« Pourquoi Moïse a-t-il erré 40 ans dans le désert ?
- Parce que les hommes ont horreur de demander leur chemin.» 
Chaque fois que les circonstances l’exigent, je mets un point d’honneur à faire mentir cette sinistre plaisanterie affreusement vraisemblable, à tel point que hier soir je me suis retrouvé à demander conseil à un vendeur femme au rayon luminaires de Mr Bricolage pour une sombre histoire de néons LED et de Starter qui refusait de starter. Un conseiller féminin dans un magasin de bricolage ! 


« Ça » ne peut s’expliquer que par l’influence néfaste de la statue du clown maléfique de Stephen King devant le MacDo de Basse-Goulaine.