vendredi 29 septembre 2006

Exploited black teens (with huge dogs)

The Authority, volume 3 © Semic Books

Sur son blog, Dado me taxe de mec rigolo suite à un mail cocasse sur le 22 septembre, celui de Brassens et celui des autres.
C’est vrai que au fond, je suis un gars marrant, à force d’avoir connu ou plutôt imaginé des 22 septembre émotionnels (le 22 septembre, c’est facile ! dirait n’importe quel numérologue : c’est 2 fois le 11), quand j’étais petit.
D’ailleurs c’est grâce à des blagueurs dans mon genre que des choses comme ça arrivent; sans demande, pas d’offre.
On s’est questionnés, avec un pote du forum dépendance sexuelle - un joyeux luron lui aussi - si on allait passer l’article dans la revue de presse.
Il le trouvait trop crado.
Je me suis rangé à son opinion.
Mais rien ne m’empêche de référencer chez moi ce qu’on trouve de toute façon sur le site du Grand Schtroumpf (oui, Roul, celui qui a les couilles bleues à force de bosser avec Mantak Chia et qui m’a aidé à me sauver des schtroumpfettes simulant la lubricité avec une duplicité non feinte (elles sont couvertes par leurs employeurs).
En Afrique, le porno avance aussi.
Moins vite que le sida ou l’alcoolisme, mais quand même.
En Tanzanie, dans l’humble village de Trou-du-cul-sur-Brousse, on m’avait présenté Dents Pourries, le pochtron local… le pauvre, il avait la tête de l’emploi, mais n’avait les moyens de se saouler qu’une fois par mois. C’était un alcoolo virtuel. Ils sont forts, ces africains.
Alors, quoi faire ? S’indigner ? Prendre ces petites blackettes sous mon aisselle protectrice et pleurer des larmes de crocodile repenti ?
Leur envoyer des cyber-missionnaires qui vont leur précher l’abstinence virtuelle ?
C’est un peu le même problème que le post précédent sur la clope. Soit on s’engage dans Handicap International, soit on leur envoie des sous, soit on râle dans sa cellule. (tapez 1,2 ou 3, puis la touche #.)
L’indignation est un concept, ce qui me rappelle un rêve de Flo (c’est drôle de se rappeler les rêves des autres, ça c’est sûrement un déficit de l’imaginaire) que je vous retrouverai un autre jour; et comme le faisait remarquer KlöD, "tu dis que tu t’es lancé dans l’action et tu publies tous les jours dans un blog… C’est tout comme action !? Car pour moi un blog… c’est de la cyber-dépendance… qui produit des larves… qui bouffent de la merde etc… Alors la question est donc posée: qu’est-ce que l’action!!!
Agir par l’intermédiaire du web, est-ce agir?
"
Ne serait-ce que pour torpiller ma réputation naissante de boute-en-train au profit de celle plus avérée de bloggeur le plus ténébreux depuis…au moins Victor Hugo, qui se la pètait grave dans un siècle ou c’était difficile de ne pas se prendre au sérieux.
Quels que soit mes reflets dans un oeil mort sur le Web, ne perdez jamais de vue qu’il s’agit de contruction mentale et de représentations.
Je dis ça parce que ça m’arrive tout le temps de l’oublier dans mes études d’addict au logis.
Comme le dit un copain dépendant à qui le remède du forum semble pire que le mal que lui fait le porno : le forum nous éloigne du réel donc c’est forcément mauvais pour ce qu’on a.
Dado a raison (mais on se débrouille toujours pour avoir raison sur son propre blog, et un petit tour des cambuses nous apprend que chaque bloggeur reste étonnamment fixé autour de la même longueur d’onde) : émotion rime avec exagération.
tout de suite, une réaction saine de la part des djeun’zs :


et comme en France tout finit par des chansons, le mot de la fin au père Georges, le Grand Schtroumpf Chantant. Une sorte de complainte du porno-dépendant avant l'heure, par la femme du président, avant l'heure aussi. Croquignolet.
Dieu vous bénisse (de cheval).




Commentaires

  1. ben ouais moi qui militais pour la prostitution, le porno ect ect…. qui pensais que t’eclatais par un trop plein de gesticule…(c’est ca les couilles bleu ;-) .

    me retrouve comme un con, a faire des exercices d’un expatrié chinois de thailande… 2ans plus tard!!!

    ben maintenant quand j’ecoute des mecs comme ca :
    http://leweb2zero.tv/video/elkiko_054512fa163f3db

    ben mettonerais point qu’il soit compulsif le gaillard ;-) (le petit vieux vraiment lubrique et qui dois pas etre branché chi qong!!) ramolo du bulbe c’est sur…

  2. ‘tain je comprends rien à ce post. T’as fumé quoi ? Tu sautes du coca light toutes les 3 lignes, ça ne va nulle part, ça ne veut rien dire…

  3. Je crois que John est en train d’éprouver le second effet KissCool du blog. Tu crois que tu donnes une image, mais le miroir te renvoie autre chose, alors tu te déformes pour coller à l’image, mais ça donne encore autre chose de différent, etc. :D

    Et dire que ça doit fonctionner comme ça avec notre personnalité quand on est gamin! Mwahaha! :) ))

  4. Flo, c’est vrai qu’en voulant faire un créneau, je suis rentré dans ma période abstraite.
    On va faire un constat.
    C’est parce que tu n’as jamais fumé que tu as du mal à me capter, Roul y parvient très bien, bien que j’aie souvent de la peine à comprendre de quoi il parle ; ou alors il fait comme moi, il s’écoute parler ;-)
    la plupart du temps, si je m’écoutais AVANT de parler, je la fermerais.

  5. Bon alors, et ta pratique ? T’as commencé, au moins ? Parce que plus le temps va passer, moins tu auras envie de commencer. Normalement c’est après une retraite qu’on est le plus motivé. Si on ne l’est pas à ce moment, je ne sais pas quand on le sera…

  6. Ca c’est de l’excellent JOHN comme j’aime !! Tu m’as vraiment trop fait rigolé alors que deux minutes plus tôt je pleurais comme un gamin et que j’avais pas le moral.
    Je vais y passer plus souvent sur ton blog mon ami pour pouvoir reprendre une dose de bonne humeur !
    A quand des cours en ligne pour apprendre à causer comme John Warsen ;)

    Merci

  7. Flo, je ne te connais que par les post de John et quelques visites sur ton blog, mais je comprends ton impatience devant l’inertie récalcitrante de notre Warsen national ! Mais bon, parfois, les gens ne sont pas prêts et il leur faut expérimenter le “tournage autour du pot” avant de le boire.
    Orroz

  8. Aurais-je influencé John Warsen?
    Voilà un moment que j’étais pas rvnu sur son blog.
    Nous avions eu simplement quelques échanges kake j’ai du parler de mon site (un orphelinat en Afrique), de Georges Brassens…
    Enfin bon peu importe, il se trouve que ça y est j’ai trouvé la femme de ma vie… à Kinshasa.
    Je suis amoureux fou.
    A tel point que moi, athée, anti-religion, anti-mariage, je vais aller me marier avec elle là-bas
    (vaut mieux d’ailleurs parce que là yaura une vraie fête à l’africaine et pas un mariage ringard comme j’en vois ici à Cannes, où ils viennent se faire prendre en photo à la médiathèque où je bosse, une ancienne villa Rotschild)
    Elle m’a dit tout à l’heure qu’elle m’appréciait parce que je lui disais tout (c’est pareil avec John Warsen d’ailleurs)
    Malheureusemnt demain elle a la prière de 17h à 18h30, alors il faut que j’attende 20h30 heure française pour la rappeler… et lui dire tout.
    Quoi au juste: que j’ai environ 100 Go de déviances sexuelles et de morts violentes?
    Que ma compagne précédente était une prostituée?
    Mais bon,, c’est comme ça que je l’aime la vie…
    KlöD le troll officiel du blog de John Warsen ou le blog dans le blog

  9. à l’époque je n’ai pas osé te suggérer de te brancher africaines, et puis de quel droit ? les trolls n’apprécient guère les ménie grégoire.
    Là je vais risquer un conseil : jette tes 100 Go de déviances violentes et de morts sexuelles, et fonce.
    Tous mes voeux de bonheur.
    et n’oublie pas de poster une photo du mariage.

  10. Je pensais que t’allais te dire “merde je savais c’était un troll, je le savais!” et d’aller te précipiter dans le super-U du coin hésiter entre le trollgon vert (pour troll rampant) et trollgon rouge (pour ceux qui savent voler). En plus ya des souches résistantes qui rampent, volent à l’envers, font du surplace devant ton nez en te tirant la langue…
    Non moi je suis le troll ancienne génération (de type Hebus) qu’on peut avoir trés facilement devant un bon ptit vin blanc sec de derrière les fagots en lui disant: “tu sais que t’es un troll sympa finalement…”
    Mais bientôt le KlöD nouveau devrait arriver.
    Au bistrot du coin “Chez John Warsen”, j’ai moi aussi demandé “l’addiction s’il vous plait!”
    Car elle me demande déjà d’arrêter de fumer, de boire… et comme à 50 ans j’en suis encore au stade prince charmant débutant, je lui ai promis tout ça afin de lui prouver mon amour éternel.
    Voilà que je commence à comprendre la nécessité des anciennes valeurs que nous n’admirons plus que sur nos écrans, nous pauvres cons d’occidentaux, pour reprendre notre état larvaire une fois le film terminé.
    J’ai maintenant devant moi un parterre de gens assis qui regardent tous dans ma direction: merde, j’ai beau me retourner, c’est moi qui suis sur l’écran maintenant…

  11. je te suggère d’aller faire un tour sur le blog “songes de la raison” réfléchir au post récent “gratto-dépendance” afin de choisir les addictions qui correspondront le mieux à ton nouveau lifestyle.
    Old fashioned : poil aux pattes et mauvaise haleine, prince charmant que par internet et disque dur plein de cochoncetés.
    Mais si tu promets déjà d’arréter çi ou ça à une princesse africaine sans l’avoir encore rencontrée, tu peux commencer à t’entrainer tout de suite si tu veux que ça dure plus de 8 jours.
    Ta Ménie Grégoire + ton Menhir Grégaire.

lundi 25 septembre 2006

Si vous ne voulez pas qu’on le sache, mieux vaut encore ne pas le faire

Avec le précieux concours de flo, je viens de mettre en ligne mes anciens films au format divX, pour ceux qui les appréciaient déjà en se niquant les yeux sur des tous pitis quicktime. (note 2008 : tous ces liens sont périmés, les films ne sont plus visibles que sur mon site de 2005, en bas à gauche sur la page d'accueil) Rappelons qu’aujourdhui, toutes proportions gardées, je considère ces films comme aussi toxiques que les lamentations de Gérard Manset. Il faut renoncer à toute cette merde (séduisante mais vaine) si tu veux avancer.
Je n’en suis pas encore à éprouver un repentir sincère de les avoir commis, mais ils ont certainement participé à mon addiction et à mon auto-contemplation. D’un autre côté ils m’ont sans doute aussi sorti les doigts du cul ou au moins gardé la tête hors de l’eau.
A ce titre, l’interview exclusive que j’accordai au Cosmos en 1999 est symptomatique :
"Qui êtes vous, john warsen ?
-Mes films révèlent facilement qui je suis : un adolescent attardé qui a piqué du nez dans un logiciel de 3 d à vocation paysagère au lieu de faire la vaisselle et d’éduquer ses gosses dans le respect des enseignements du bouddha.
Je revêts aussi parfois la panoplie de l’artiste maudit, lui empruntant au passage sa prétention alors que je ne suis que maudit et encore, que par ma femme.
Ce que je suis n’a de toute façon aucune importance, les oeuvres étant infiniment moins décevantes que les personnes. mais moins vivante aussi : dès qu’elle est finie de calculer, la Réalité devient vite figée…
-Qu’est ce que vous voulez dire avec vos films ?
-La terre de mes ancètres est une expérience onirique ; j’ai tenté d’exprimer ma problématique karmique en moment poétique; l’effet recherché est hypnotique, avec ces paysages mouvants et ce texte surchargé d’adhectifs verbeux, j’essaye de saturer le cerveau du spectateur pour le forcer à lacher prise intellectuellement.
-Planète de merde c’est un film à dimension politique qui m’a été dictée par des extraterrestres télépathes. Par ailleurs, on peut noter que l’attitude mentale "planête de merde" consiste à râler contre l’état du monde plutot que de chercher ce qu’on peut faire de bath avec les ordinateurs pour sauver le monde de l’invasion des ordinateurs.
-Comment êtes vous venu à l’utilisation de l’outil 3-d ?
c’est tout à fait par hasard que je me suis engouffré dans l’écriture de fictions à base de voix off et de paysages désertiques, au départ je voulais juste cesser de boire, et l’idée de la sobriété assistée par ordinateur s’est présentée sur ma route. Mais c’est le genre de piège à cons dans lesquels vous croyez avoir glissé le doigt alors que vous êtes déjà happé jusqu’a l’épaule : on se familiarise avec un outil, en l’occurence un logiciel de 3 d spécialisé paysages, et on commence à se dire "et si j’essayais ci, et si je tentais ça" et on se retrouve scotché pendant des semaines, on ne fait plus ni pipi ni caca, les addictologues diraient qu’il y a eu rencontre entre le consommateur et le produit.
Mon outil de prédilection est un logiciel complètement idiot, inutile et grandiloquent qui me permet de mettre en images mes rêves de démesure. En ces temps de productivité galopante, je mets un point d’honneur à être en sous-régime, contre-productif, à passer le maximum de temps libre à imaginer des cyber conneries.
Ce qui m’a séduit dans l’image de synthèse c’est qu’on peut enfin grace à la démocratisation des outils multimédia produire des films de qualité professionnelle quasiment tout seul, chez soi et pour pas cher, à condition de ne pas être pressé car les temps de calcul sont extrèmement longs, ce qui correspond bien à ma démarche obsessionnelle par rapport à l’informatique.
On nous bourre le mou avec cet obscurantisme moderne qui consiste à dire "libérez votre créativité" avec des outils réservés en fait à une poignée de spécialistes, moi je milite pour la réappropriation et l’envahissement de l’inconscient collectif à travers ces nouveaux outils.
-Quels sont vos projets ?
-Mon prochain projet, "Retourne sur ta planète de merde, enculé de vénusien de mes couilles", dénonce le racisme galactique qui ne manquera pas d’apparaitre dès que nous aurons colonisé l’espace."
(en fait, Paul Verhoeven m’a fumé l’herbe sous le pied en sortant Starship Troopers avant que je mette mes menaces à exécution)

En fait, juste après ma trilogie de SF à moi que j’ai, j’ai eu accès à internet, et j’ai bien piqué du nez dans le porno; j’ai commencé à relever la tête avec "contribution à l’étude", en 2002, que beaucoup d’entre vous ont déjà vu sur le site d’Orroz. Attention, la haute définition n’est pas conseillée pour ceux d’entre vous qui sont encore proches de leur dernière dose de Substance Mort.
Le Voyageur et L’ombre au tableau sont un retour à la veine optimiste et décontractée de mon fonds de commerce intellectuello-dépressif de ces années là.
Heureusement que ma vie est mon chef d’oeuvre.

Avant, après

Trouvé sur un site vraiment hard, mais utile.

Demain, si vous avez été sages, des photos du chancre mou et du cancer de la Biroot.


Commentaires

  1. Utiles…malheureusement les choses semblent bien plus complexes qu’une simple prise de conscience à la vue des conséquences de ses actes ou non-actes (j’imagine que tu sais parfaitement repèrer ce genres de choses au travers des addictions que tu as traversées). Pour reprendre le fumeur en 1ère page, il faut voir le nombre de médecins fumeurs ou mieux, assister ébahit à la scène suivante : service d’ORL, un patient d’une 50e d’années insuffisant respiratoire chronique et trachéotomisé dans les suites d’un néo de la gorge (tout ça fourni par Seita bien sûr), sortir sa cibiche et se la fumer par l’orifice de la tracheo.
    On imagine clairement la dose d’insensibilité à l’écoute de soi qu’il faut avoir atteint pour se retrouver dans cette situation; or c’est bien de cela dont il s’agit, un coktail naturel entre peur (je ne veux pas voir ni me confronter à la possibilité de… que l’on retrouve dans les cancers du sein pris trop tard par exemple) et un brouillage énergétique tel, qu’on sera resté totallement sourd à tous les signaux naturels que le corps envoit pour prévenir que quelque chose ne va pas, que ça vient de là, et qu’il faut agir. Pire on en arrive même à valoriser l’insensibilité (t’es vraiment une grosse fiotte si tu tousse après avoir tirer sur un tarpé bien chargé, ou si t’es malade après 5 verres de sky…par exemple), du coup pour être un homme (pour les femmes ça marche aussi :) faut fermer tout ce qui te permet de t’en sortir naturellement et sainement (franchement ça viendrait à personne de sain de corps et d’esprit qui n’aurait jamais connu la clope de se mettre à respirer 20 fois par jour des grosses bouffées de gitanes sans filtre sans se poser des questions…il serait juste malade et arrêterait net l’expérience).

  2. impossible de se voir 4 ans plus tard…

    les deux personnes qu’on peut voir sont t’elle les même?

    regarde l’enfant sur la photo de gauche et celui sur la photo de droite…

    ya un truc qui cloche.

  3. nofab, je suis d’accord avec ce que tu dis. Là on n’est plus dans la prévention, mais dans une forme de terrorisme soft, le seul qui soit justifié vu la gravité des faits.
    Roul, bon coup d’oeil, aber es ist Propaganda !

  4. Ben evidemment que la photo est fausse, et je soupçonne les autres du site de l’être également. Je déteste ces sites qui prennent les gens pour des cons (ce qu’ils sont, mais c’est pas une raison).

  5. la fin justifie-t-elle les moyens ? le terrorisme préventif (ou curatif) ne fait-il pas contrepoids nécessaire à la connerie de l’addiction ? la photo semble tout droit sortie des griffes de la nuit. Elle pourrait s’intituler “trop tard”. Elle fait appel à nos capacités d’épouvante.
    Si les gens -et moi le premier - sont cons au point de se tuer avec la clope, pas la peine de les prendre pour des cons : il suffit de leur montrer qu’ils le sont.

  6. “il faut voir le nombre de médecins fumeurs” Ha ouais, ça c’est un des trucs qui m’a fait arrêter. je suis pas médecin mais la blouse blanche est de mise et à la pause dans un coin du parking, le regard de ce petit garçon de cinq ou six ans… pas à l’aise du tout dans mes baskets…

  7. A chaque fois que je viens sur ce blog pour voir s’il y a du nouveau, je tombe sur cette photo immonde et truquée. Je déteste ça (je précise que je ne fume pas). Je pense que je vais attendre une bonne semaine avant de revenir.

  8. à chaque fois que je passe voir s’il y a du nouveau dans les commentaires et que je tombe sur ce genre de remarque, j’ai envie d’aller acheter des clopes.
    Il y a 8 jours, tu te faisais chier à lire mes posts et moi à les écrire.
    Faudrait savoir ;-)

  9. Bien sûr que je me faisais chier à lire tes posts, ça ne m’empêchait pas de venir tous les jours dans l’espoir d’en trouver un qui soit bon. D’ailleurs tu vois, je suis encore revenue aujourdhui, en espérant qu’il y aurait du nouveau…

dimanche 24 septembre 2006

l’archiviste



J’ai collectionné les aventures de carabina slim; le journal de spirou; des timbres rares émis par des pays dont c’était la prinicipale ressource; fluide glacial, métal hurlant, l’écho des savanes première formule et ses bédés underground,… le rock, d’abord en vyniles, puis en cédés, et encore ensuite en mp3 (et j’attends impatiemment la sortie du mp5). J’avais le temps, ça ne fondait pas très vite à l’époque; les bouquins de développement personnel et les romans de science fiction, qui tentaient de convaincre un monde incrédule que le cauchemar avait déjà commencé; les films de cinéma, en vhs, puis dvd, puis divx. Les mauvais moments à passer, les cuites (ça fondait dans ma bouche, pas dans ma main), les pulsions de mort et les côtes de porc. Les photos affolantes de muqueuses prometteuses. Là ça fondait dans ma main, mais pas dans ma bouche.
Il y a un mois, j’étais dans un centre bouddhiste. On m’a expliqué qu’il fallait collectionner les mantras, les pratiques (sous tendues par la noble intention de libérer tous les êtres de la souffrance) pour parvenir à l’éveil. J’ai bu leurs paroles, et là je suis toujours à recopier et mettre au propre les notes que j’ai prises. Pour l’instant ça ne fond ni dans ma bouche ni dans ma main.
Je sais pas si c’est tout ce truc sur l’éveil, mais en ce moment je me lève à 5-6 heures du matin (moi qui suis vraiment pas du matin), j’écris des mails, je bricole mon dossier sur les enseignements, des projets professionnels en cours…cette semaine en nourrissant mon blog j’ai failli me faire bouffer la main.
Il est temps que j’entre dans la pratique : ça fond de plus en plus vite.

John entrant dans les bardos déguisé en femme pour tromper les êtres des six mondes.
Apparemment ça ne prend pas.

© by courtezy of ma collection au fond du garage

Commentaires

  1. A propos de mail, j’utilise plus Outlook tant que j’ai pas trouvé quel fichu virus me l’infecte ainsi que l’Explorer. :(

    T’étonne pas si je réponds pas.

  2. j’ai souffert pour éditer ta note, car je m’essaye à la “modération avant publication” et j’ai un beug dans firefox qui m’interdit de valider la publication des commentaires autorisés.
    pendant ce temps, on est pas au cyber-bistrot ;-)

jeudi 21 septembre 2006

on prend les mêmes et on recommence



J’ai découvert les joies sans mélange de la catégorisation : ainsi, mes articles sont maintenant tellement bien rangés et propres sur eux qu’on pourrait manger par terre.
Faites quand même gaffe sur quoi vous vous asseyez.

Sinon, voilà une façon originale d’exploiter les spams, ces courriers intempestifs qui inondent nos boîtes-mails. Le producteur d’énergie allemand EnBW a mis en ligne SPAM recycling, une application expérimentale qui permet de recycler ce flux de courriers indésirables en œuvre d’art.
Grâce à l’utilisation d’algorithmes et d’effets graphiques, de jolies frises constituées de particules prennent forment sous nos yeux et peuvent même s’immortaliser en fonds d’écran. Pour obtenir une création personnelle, il suffit d’envoyer un mail auquel sont joints lesdits spams à spam@spamrecycling.com.
Un lien est renvoyé vers l’œuvre qui en résulte.
Une exposition réunissant les plus belles créations devrait voir le jour en collaboration avec le ZKM de Karlsruhe. Wunderbahr !

mercredi 20 septembre 2006

Ainsi Watzlawick qu’à la fin elle nous quitte (snif, je me manque déjà)



Cette nuit, grande nouveauté : au lieu de rêver que je fume (comme quand je ne fume pas) j’ai rêvé que je mettais un nicopatch.

"De fait, nous estimons que le vaste domaine de la résolution des problèmes s’étend bien au delà de la clinique, qui en constitue seulement un cas particulier. Si l’on garde à l’esprit les principes déjà exposés, on est amené, en abordant un problème, à formuler et à appliquer une démarche en quatre temps.
1. Définir clairement le problème en termes concrets.
2. Examiner les solutions déjà essayées.
3. Définir clairement le changement auquel on veut aboutir.
4. Formuler et mettre en oeuvre un projet pour pouvoir permettre sa mise en oeuvre effectuer ce changement.
Bien après, nous nous sommes rendus compte que cette systématisation de notre métnode plagiait (sans aucune préméditation, blasphématoire de notre part) les quatre Nobles Vérités du bouddhisme, à savoir : de la souffrance, de l’origine de la souffrance, de l’arrèt de la souffrance et de la voie conduisant à l’arrêt de la souffrance. Réflexion faite, il n’y a rien là de très surprenant, puisque les enseignements fondamentaux du bouddhisme sont éminemment pratiques et existentiels."

© Paul Watzlawick, Changements, paradoxes et psychothérapies, 1975, Points Seuil.


Commentaires

  1. Très impressionnant. Je ne me serais jamais douté que le système de maintenance du logiciel de bord de l’Airbus plagiait Paul Watzlawick et donc les Quatre Nobles Vérités du Bouddhisme.

    Quelle bande de copieurs !

  2. En pensant que fumer est la souffrance (A) le fumeur ne s’en sortira jamais :

    (A) les 4 nobles erreurs du fumeur :
    - Je fume
    - Pour oublier que je fume (…)
    - Je ne fume plus
    - Je me colle des patchs (…)

    En fait fumer n’est que l’origine de la souffrance :

    (B) les 4 nobles vérités du fumeur :
    - Je tousse (…)
    - Je fume
    - Je ne tousse plus (…)
    - Je ne fume plus

    Il n’y a donc pas à se prendre la tête (à trouver le pourquoi et le comment) il suffit d’arrêter de fumer.

    CQFD

  3. John, ton blog faiblit. Je me surprends à me faire chier à lire tes posts.

  4. tu as raison, je me surprends à me faire chier à les écrire.
    C’est l’éternel problème de la qualité et de la quantité.
    Sur les murs de la zonzon
    J’écris ton nom, compulsion.

Zen pour les Belges

De : "Francis Lebrun"

Objet : [conscience-lucidite]
Une histoire belge.

C’est un Belge, qui, bien que belge, décide de trouver la nature de son propre esprit. Comme il est très motivé, et qu’il en a marre de vivre dans un pays où on ne voit jamais le soleil, il revend sa maison, sa voiture et sa femme, et il part en Inde à la recherche d’un gourou.

Arrivé en Inde, comme il est belge, donc naïf, il tombe bien entendu sur un faux gourou, un escroc qui exploite la crédulité de ses disciples en se faisant passer pour le successeur de Sat Prem Devi, la grande prêtresse du tantrisme du membre gauche.

Les années passent. Chaque jour, le brave Belge se lève à 4:00 du matin, il quitte sa hutte au milieu du bidon-ville, il traverse le pont, et se retrouve sur la rive gauche, là où se trouve l’ashram de son gourou, auquel il voue une dévotion qui n’a d’égale que la malhonnêteté du gourou en question, qui se fait passer pour le successeur de Sat Prem Devi, la grande prêtresse du tantrisme du membre gauche.

Une nuit, un orage violent se déclare, inondant le bidon-ville du malheureux Belge, qui, bien que trempé, continue de méditer et méditer et méditer devant la photo de son gourou.

A 4:00 du matin, comme chaque matin, le brave Belge se lève, il quitte sa hutte au milieu du bidon-ville, et il se dirige vers le pont. Mais ce matin là, le Belge connaît l’effroi: le fleuve, gonflé par l’orage, a emporté le pont qui permet de se rendre sur la rive gauche, là ou se trouve l’ashram de son gourou. Le Belge se lamente et s’inquiète. Il a promis à son gourou d’arriver chaque jour à 4:30 pour balayer la salle de méditation. Depuis 15 ans, pas une fois il n’a failli à sa tâche, et la perspective de trahir la confiance de son gourou le traumatise. A genou devant le fleuve, le Belge invoque la Grâce du gourou. En son coeur, il prie son maître, lui demandant d’accomplir un miracle pour lui permettre de traverser le fleuve. En réponse à sa prière, et devant ses yeux ébahis, le fleuve se calme soudain, et les eaux s’écartent pour laisser passer le dévôt naïf. Ivre de dévotion et d’enthousiasme, le Belge entre en trombe dans la chambre luxueuse du gourou, qui savoure la compagnie de quelques disciples italiennes. Le gourou, très irrité par cette irruption qui interrompt ses affaires matinales, demande au Belge ce qu’il lui prend. Le Belge, les larmes aux yeux, conte alors et relate le miracle du fleuve, se prosternant mille fois pendant son discours aux pieds de son gourou adulé.

Le gourou, qui bien entendu n’est pour rien dans ce miracle, mais dont l’orgueil est digne de celui que l’on rencontre dans un pays d’Europe dont l’emblême est le coq, se dit que si le fleuve obéit à un misérable disciple, qui en plus est belge, alors c’est que lui-même, qui commence à se prendre vraiment pour le successeur de Sat Prem Devi, la grande prêtresse du tantrisme du membre gauche, doit avoir un pouvoir sur les éléments.

Il ordonne alors au vermiceau belge de le suivre, afin d’assister à une démonstration de son pouvoir. Le Belge et son gourou arrivent devant le fleuve. Ce dernier, à la vue du Belge, s’écarte pour faire place à un être dont l’humilité et la dévotion ont touché le coeur de Dieu. Le Belge avance d’un pas, mais se retrouve balayé au sol par son gourou, qui veut être le seul à traverser, afin que ses disciples japonais immortalisent sur pellicule la preuve de sa puissance. Arrivé au milieu du fleuve, dans un rire tonitruant, le gourou proclame sa toute-puissance. Il lève un bras vers le ciel, expliquant ainsi que son pouvoir est d’origine divine, mais n’a pas le temps de le redescendre: le fleuve se referme sur lui, et l’emporte dans un tourbillon vers sa dernière demeure.

Le Belge, attristé par la disparition tragique de son gourou, continua néammoins sa routine quotidienne, en l’honneur de son défunt maître, dont il ne lui restait plus que la photo sur la table de chevet, à côté de celle de Maître Zhu. Douze ans plus tard, alors qu’il balayait la salle de méditation, le Belge s’éveilla à la nature de son propre esprit. Il rendit grâce à son gourou, dont la Grâce avait permis sa réalisation, puis il reprit son balai, et poursuivit sa tâche.

Au fil des ans, venus de nulle part, des hommes et des femmes étaient spontanément attirés par le brave Belge. On venait s’asseoir autour de lui alors qu’il balayait quotidiennement la salle de méditation. Il n’enseigna jamais, mais jusqu’à son dernier souffle, il rendit grâce à son gourou, et témoigna des nombreuses bénédictions qu’il avait reçues à son contact.

A sa mort, on n’éleva aucun monument, mais aujourd’hui encore, chaque matin à 4:30, on balaie la salle de méditation et on se réunit pour partager le souvenir discret du brave Belge, dont l’histoire taira le nom, car au fond, ce n’était qu’un Belge.


Commentaires

Eh oui, comme le disent les Saintes Ecritures : “Bienheureux les Belges d’esprit”.

Amen.

Catholique Attitude

first published in "La Murge" by courtesy of Person/Ptiluc

Les hasards de l’actualité font que j’ai plaisanté l’autre jour avec un cyberpote sur les catholiques anonymes, et que dès le lendemain soir, j’ai modéré une réunion AA où s’est pointé B***, qui a fondé il y a 20 ans le groupe où je vais tous les lundis. Sa femme était morte l’après-midi même des suites d’une longue maladie, comme on dit. Il est venu témoigner de sa reconnaissance pour elle et envers les AA dans leur ensemble. Pendant 20 ans, elle a apporté son soutien et son énergie au groupe d’Al-Anon (les groupes de conjoints et de proches de malades alcooliques, qui viennent donc se soigner de la maladie de l’autre et se réunissent à la même heure que nous dans la salle d’à côté.)
Tout le monde pleurait sauf moi, d’abord je ne connaissais pas sa femme donc pas de compassion pour elle, pas d’élan du cœur pour une morte virtuelle; et puis comme j’étais l’animateur du groupe, si j’m'étais barré en sucette dans l’émotion, la réunion serait partie à vau l’eau.
Bref.
Le thème de modération que j’avais choisi sans savoir ni quoi ni caisse c’était "l’acceptation" (de la maladie, qui conditionne le rétablissement ultérieur : "nous avons admis que nous ne pouvions vaincre …avec les seules ressources personnelles qui nous restaient. Aussi avons-nous accepté que la dépendance envers une puisssance supérieure, ne serait-ce que celle de notre groupe d’abstinents, pouvait accomplir ce qui nous avait été jusque ici impossible. Dès que nous avons pu accepter sans réserve ces deux faits, notre affranchissement de l’obsession avait commencé.)
B*** a souligné qu’on avait du bol d’avoir une maladie qui se soigne en évitant de boire le premier verre.
On m’a sondé pour savoir si je pensais que notre groupe AA devait se fendre d’une gerbe pour sa femme.
Il est normal que des AA déposent des gerbes sur la tombe d’une Alanon.
Non ?

Commentaires

  1. Comment tu fais pour pas te barrer en sucette quand l’émotion te submerge ? c’est la pratique boudhiste qui te permet cette maitrise totale de ton mental ? Ou quoi d’autre ? Quand je suis dans l’émotion, je ne gère pas. Débutante en yoga, j’arrive à me mettre parfois dans ma bulle de conscience mais ça marche pas à tous les coups. On doit pouvoir y arriver avec de la persévérance, non ?

  2. où as-tu lu que j’avais été submergé par l’émotion ?
    J’ai surtout été submergé par la nécessité de continuer d’animer la réunion. “pas de compassion pour elle, pas d’élan du cœur” je te signale que je te l’ai emprunté dans un mail que tu m’as envoyé hier. Avant de rêver de “maitrise total de mental”, relis-toi, sinon je risque de contrôler le tien bien avant le mien ;-)

  3. Faible d’esprit et faible de corps, et pour couronner le tout, pochtronne en cours de rétablissement, ne peut donner qu’un résultat approximatif dans la lecture et par là même dans la réponse à des posts aussi brillants. Voilà, ça m’apprendra à essayer d’exister sur un blog hautement intellectuel. Je ne dirai plus à mon fils de bien relire sa copie avant de la rendre au maître professeur. C’est toujours ça de gagné… pour lui ;-)

  4. n’oublie pas que la prière qui doit monter immédiatement après “Mon Dieu, préservez-moi de me prendre pour un minable” c’est “Mon Dieu, préservez-moi de l’auto-apitoiement.”
    Quant à la tentation d’exister, elle est bien compréhensible http://johnwarsen.blogspot.com/2008/09/exister.html