vendredi 24 novembre 2006

Panne


La panne du forum dépendance-sexuelle me donne l’occasion de mesurer mon attachement; le serveur est en vrac ou phagocyté par un dark vador du libéralisme pornocratique : impossible de franchir le barrage de la page d’accueil, et aucun message posté depuis hier soir 18 heures (c’est louche.)

Vous allez me dire qu’être “attaché” au forum c’est mieux que d’être attaché au cyberporn, et vous aurez raison.
Quelle merde cette dépendance ! c’est d’ailleurs pour ça qu’on s’y attache ! la merde ça colle, c’est bien connu. On s’attache au poison, puis on s’attache à l’antidote, qui finit heureusement par devenir contre-indiqué. Il est paradoxal qu’on se sente “utile ” en ayant plus d’ancienneté dans l’abstinence, parce qu’on a “valeur d’exemple”, quoi qu’on puisse raconter là-bas, et qu’on sente en même temps à quel point on a besoin des autres, ceux qui souffrent encore, qui sont au tout début du sevrage, et qui nous rappellent d’où on vient et où l’on ne retournerait pour rien au monde.

Et pas seulement pour se donner une excuse de continuer à zôner sur Internet, il faut que nous redonnions ce que nous avons reçu, sinon on court le risque de le repaumer. Ca ne plaisante pas de ce côté-là.

Du coup, la condescendance suintante qu’on éprouverait pour les p’tits nouveaux si on était chez les francs-maçons, par exemple, ne vient pas.
J’espère qu’il n’y a pas de francs-maçons parmi vous, et s’il y en a, qu’ils veuillent bien me pardonner cette pique qui ne leur est pas destinée. Les francs-maçons sont des connards auto-illuminés empétrés dans des rituels obsolètes comme tout le monde. C’est valable dans quasiment toutes les confréries humaines. Les Alcooliques Anonymes ont tout compris quand dans leur définition ils ont inscrit : AA ne s’oppose ni ne cautionne aucune cause, notre but primordial est de rester sobres et d’aider d’autres abstinents à parvenir à la sobriété.

Ce week-end je voulais aller voir Guéshé Guelek à Shenten, mais des circonstances extérieures (l’expression “indépendantes de ma volonté” est toujours pléonastique), inachèvement des travaux de la cuisine, appendicite récurrente mais toujours pas opérable du fils, fatigue terminale de ma compagne, m’incitent à penser que ma présence sera très appréciée ici et maintenant. Et puis je peux toujours continuer mes pratiques en dehors des heures de service.

Commentaires

  1. C kler, en rade le forum alors on fait koi ???
    On va pas s’en taper une quand même … lol
    Bon mieux vaut squatter le blog des autres et y déposer son trop plein ;-)

  2. Il est reviendu le forum ! :-)
    Essentiel de continuer à partager avec les frères qui souffrent encore (même si j’aiu l’impression d’en avoir choqué avec cette expression monastique). C’est bien tous ensemble qu’on s’en sort, et comme j’ai pas moyen d’assister à des réus en live (DASA n’existe pas par chez moi, là haut à Lille), je m’accroche à ce forum. Oui, tous ensemble, car tout seul, on est bien faible, vulnérable à tous les pièges. Ce midi, j’ai trainé dans un coin où je trainais du temps de ma pratique, avec des prostituées ; et l’interpellation d’une fille m’a encore mis mal. Heureusement que la nourriture saine accumulée est là pour ne pas replonger dans la boulime à fantasmes.

  3. Toi dont le blog est si sobre, choquer les gens avec le mot “fraternité” semble être ton cruel destin… ceux qui étaient hier encore monastiques ta mère, (voire ta soeur) sont bien sûr choqués de cette expression… du coup je suis allé voir sur le dictionnaire, la Fraternité est bien ce sentiment de solidarité et d’amitié a) [entre les membres d’une association, confrérie, nation, etc.] Fraternité raciale, tribale. La fraternité régnait entre nous, et les enfants couraient derrière le bataillon (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 160). b)Fraternité d’armes, Alliance, association d’armes de deux chevaliers qui s’étaient juré réciproquement d’être toujours unis, et de s’entr’aider envers et contre tous. “Du Guesclin et Clisson s’étaient juré fraternité d’armes, en touchant les saints Évangiles. ”
    ça, pour se toucher les saints Évangiles, faut r’connaitre c’qui est, on a été balèzes.
    il y viendra : si le mot lui répugne, le fait épatant est patent.
    Je me demande si tu ne devrais pas aller au devant d’une de ces prostituées qui te mettent toujours dans tous tes états. Pour lui dire quoi ? que te voilà sympathisant non pratiquant ? ça lui ferait une belle jambe, sans parler de l’autre. Que tu la plains de ne pouvoir exercer commerce moins vénal et difficultueux ? c’est son problème.
    Je ne sais pas. “Va dans les lieux qui t’effraient.” était un des conseils donnés à une yogini tibétaine par son maître.

    http://johnwarsen.blogspot.com/2008/08/le-bouddhisme-pour-les-nuls.html

    Certes, tu n’es pas une yogini tibétaine, et d’ailleurs si tu l’étais et qu’en plus tu étais noire avec de jolis seins et que tu aimes la science fiction, je pense que y’a longtemps que j’t'aurais demandé ton adresse en mp. Bref.
    Qu’est-ce que t’es allé traîner là-bas, d’abord ? c’était pour jouer avec le feu histoire de voir si ça brûle encore ?

  4. Eh mec, heureuse comme un porc épique, comme toutes les grandes cochonnes historiques, que tu sortes de ce mutriste pour nous varillonner tes pensées no roses, car la norosité excite mes neurones toujours joyeux et humides comme ce que tu sais. Je t’embrasse avec la langue de Déproges. Amour et paix!!! Marie Claire Pellas chaude comme un fils De Villiers

  5. Ah ça y est j’ai compris. En fait, ce blog ne va pas nous informer des progrès de ta pratique, mais des progrès de ton intention de pratiquer !

dimanche 19 novembre 2006

Autopédagogie de la rigolade


Je vais nuancer mes récents propos sur la vacuité de la dérision. Quand on regarde le sketch des Monty Python “The Dirty Vicar”, on comprend pourquoi ça prend si longtemps d’être correctement sevrés de porno. Tout peut devenir stimulus si on n’a pas déblayé son champ pendant et après le sevrage proprement dit (qui ne dure que quelques mois si on le fait avec constance et détermination, en gardant présent à l’esprit que d’une façon ou d’une autre, il faut en finir.)

On est un peu comme des pylônes électriques, la tête dans les nuages et les pieds dans la terre. Parfois l’inverse, alors ça fait masse, mais bref, des courants énergétiques nous parcourent en tous sens, mais comment nous gérons notre électricité - ce qui rentre, ce qui sort - dépend de l’interprétation que nous en faisons, qui elle dépend de notre bagage, de nos outils, de notre expérience… et des dispositions de notre inconscient. Or, le mental croit qu’il trie, et se prend volontiers pour le chef de gare, alors qu’il agit en aval d’un chaos de déterminismes affublés du mutilé douloureux que nous appelons “le moi”. Qui sera toujours débiteur envers les puissances cosmiques parce que son économie est fondée sur la saisie, alors qu’il n’est que l’usufruitier d’un legs qui le précède et le dépasse.

Moyennant quoi ce malheureux curé (je le croyais wicked alors qu’il n’était que dirty, et c’est pour ça que je n’arrivais pas à remettre la main dessus) méconnait totalement sa nature, il est pré-freudien comme on pouvait l’être au XIXème siècle, et les Monty Python arrrivent à en faire rire même le premier compulseur sexuel venu. Mais c’est pas en rigolant qu’on peut faire le ménage dans ses addictions.
Le premier axiome du pylone auto-réflexif qui en découle, c’est que pour éviter d’avoir les fils qui se touchent, il faut renoncer à construire dans les endroits venteux.

Après, on s’aperçoit que les vents, ils sont intérieurs. Et qu’ils peuvent très bien aller souffler dans d’autres tuyaux pour y jouer leur petit air entraînant.

On touche là les limites de l’autopédagogie de la rigolade.


Commentaires

  1. Je croyais que ce blog servirait désormais à nous faire part des progrès de ta pratique. Au lieu de ça, qu’y trouve-t-on aujourd’hui ? Des réflexions !

  2. Je ne puis nier cet écart à la ligne de conduite que je me suis fixée et de laquelle je ne sortirai plus.
    D’autant plus que le niveau desdites réflexions n’arrive pas à la cheville de certains que je connais et qui m’envoient en mp de salutaires coups de bâton.
    Je m’interroge aussi sur la perte irrémédiable du sens des enseignements qui a eu lieu entre les Monty Python et Rowan Atkinson.

  3. Nous sommes désolés de vous annoncer cette terrible nouvelle: notre maître à tous John Warsen est enrhumé.
    Il ne peut s’exprimer actuellement, vous comprendrez aisément qu’il s’agit de vous épargnez des propos dont un aperçu ci-dessous révèle tristement sa souffrance:

    Ze bais nuanzer bes rézends brobos zur la baguidé de la dérizion. Guand on regarde le zkedj des Bondy Bydhon “Dhe Dirdy Biguar”, on guombrend bourguoi ça brend zi longdembs d’êdre guorregdebent zebrés de borno. Tout beut debedir zdibulus zi on n’a bas déblayé zon jamb bendant et abrès le zebrage brobrebent dit (gui ne dure gue guelgues bois zi on le fait abeg guonzdanze et déderbidazion, en gardant brézent à l’ezbrit gue d’ude façon ou d’ude audre, il faut en fidir.)

    On ezt un beu guobe des bylônes élegdrigues, la têde dans les nuages et les bieds dans la terre. Barfois l’inberze, alors ça fait baze, bais bref, des guourands énergédigues nous barguourent en tous zens, bais guobent nous gérons nodre élegdrizidé - ze gui rendre, ze gui zort - débend de l’inderbrédazion gue nous en faizons, gui elle débend de nodre bagage, de nos oudils, de nodre ezbérienze… et des dizbozizions de nodre inguonzziend. Or, le bendal groit gu’il trie, et ze brend bolondiers bour le jef de gare, alors gu’il agit en abal d’un jaos de déderbidizbes affublés du budilé douloureuz gue nous abbelons “le boi”. Gui zera touzours débideur enbers les buizanzes guozbigues barze gue zon éguodobie ezt fondée zur la zaizie, alors gu’il n’ezt gue l’uzufruidier d’un legs gui le brégède et le débaze.

    Boyedant guoi ze balheureuz guré (ze le groyais wigked alors gu’il n’édait gue dirdy, et g’ezt bour ça gue ze n’arribais bas à rebedre la bain dezuz) béguodait todalebent za nadure, il ezt bré-freudien guobe on boubait l’êdre au ZIZèbe ziègle, et les Bondy Bydhon arrribent à en faire rire bêbe le brebier guombulzeur zezuel bedu. Bais g’ezt bas en rigolant gu’on beut faire le bénage dans zes addigzions.
    Le brebier aziobe du bylode audo-réflezif gui en déguoule, g’ezt gue bour ébider d’aboir les fils gui ze toujend, il faut redonzer à guonzdruire dans les endroids bendeuz.

    Abrès, on z’aberçoit gue les bends, ils zont indérieurs. Et gu’ils beubent très bien aller zouffler dans d’audres tuyauz bour y zouer leur bedit air endraînand.

    On touje là les libides de l’audobédagogie de la rigolade.

jeudi 9 novembre 2006

La vacuité égotiste de la dérision


09 novembre 2006

Qu’ils se gaussent avec un art consommé du pastiche de la nécrophilie, de la biogénétique, des films de SF des années 50 ou des limites inhérentes à l’autoérotisme, les humoristes n’échappent pas à la futilité de leurs mises en boîte : l’intelligence leur sert à karcheriser l’ignorance, mais après on fait quoi ? Elle est censée briller dans le noir de sa propre inventivité ?
Et si en plus il n’y a personne ? risquait Souchon.
L’angoisse de s’être fait flouer est alors une variante inquiète de la fantaisie déconstructiviste : si on se fait chier à essayer de se tenir debout alors que le néant nous guette et nous avale au bout du compte, alors à quoi bon se raser ?
Et si c’était une arnaque ?
Une telle attitude repose sur un paradoxe : s’il faut attendre l’au-delà pour apprendre qu’on s’est fait trouer le cul, c’est qu’il nous en reste un, donc c’est pas encore l’au-delà. L’odeur de ce genre de peur syllogistique est donc une fois de plus la signature du Malin.
Le Gros.
S’il n’y a personne, y’aura eu nous.
…Pas sûr, comme on verra plus bas.
En attendant, brûlons donc les humoristes, les pétochards et les tièdes en nous, même s’il ne reste pas grand monde. Juste avant de céder à cette rage de la destruction, on aura été bien embétés de trier pour éviter de se détruire soi (le soi qui nous a été donné) alors qu’on voudrait juste détruire le moi (le noeud dans le torchon) et d’ailleurs, le noeud sait très bien jouer sur l’angoisse que sans lui, plus de torchon… C’est pourquoi la rage est préconisée, sinon on n’est pas prèts d’errer dans les ruines, avec notre sac de ciment flambant neuf acheté en promo chez Casto dans une main et notre truelle dans l’autre.

Flo m’accordait son attention sur ce thème l’an dernier : “heureusement, me disait-elle, il y a quelque part chez l’individu l’intuition de sa non-existence (en tant que je). Son mensonge quotidien lui devient insupportable : demain ça ira mieux, demain je serai heureux, j’aurai moins de défauts etc… Comme le dit le bouddhisme, l’existence est souffrance, et il est normal qu’il y ait dans l’individu une tendance qui veuille mettre fin à ce mensonge (…) il ne faut pas culpabiliser de ses comportements auto-destructeurs car ils ne sont que l’autre face du mensonge quotidien. Une face pervertie, certes, mais quand même. Je veux dire par là que tout a sa place, et croire qu’il y a du bon et du mauvais ne fait que perpétuer les problèmes. Il n’y a ni bon ni mauvais, il n’y a que des phénomènes qu’il ne faut ni accepter ni rejeter. Accepter le mauvais, c’est mauvais. Mais accepter le bon, c’est mauvais aussi. Il faut simplement voir comment ils sont liés l’un à l’autre, et comment tous les deux sont, en fin de compte, des mensonges.”
Bon, c’était sa période Karl Renz.
Quand on étudie le marché spirituel, on a tous notre période Karl Renz. Ou U.G., Eckardt Tolle et la mafia des aficionados de la non-dualité
“Il est très bien mais il ne faut en attendre aucune méthode ni aucun enseignement relatif. ” conclut-elle, pratique.
Pour les méthodes et les enseignements relatifs, on sait où aller.
Je change de stratégie. Après tout j’ai moi aussi baratté mon beurre sur des prémisses auto-contradictoires, et l’effet vache-qui-rit me rend tout nauséeux. La station assise devant un écran ne me vaut rien de bon en ce moment, sauf quand un témoignage lu sur le forum des aspirants-dépendus m’inspire quelques mots d’encouragement, voire un fraternel coup de latte. Mon silence retentira donc (avec une réverb graduée jusqu’à 11) comme une victoire assourdissante sur la cyberdépendance.
Sur ce blog, je reste le petit niqué qui n’a pas peur des gros, mais ça n’avance pas vite, et mes grimasques me fatiguent.
Je reviendrai donc ici consigner uniquement les progrès de ma pratique spirituelle, en espérant que les bénédictions transmises par le lopön fin aout n’ont pas la même date de péremption que les yaourts de flo.

“Pas d’échappatoire! Tu ne peux pas échapper à ce que tu es !
C’est l’enfer, et l’enfer est là parce que tu veux en sortir.»

Sacré Karl, quand même.





Commentaires

  1. Et bé, bien frais le John du jour!!
    Perso, j’en retirerais cette phrase toute simple (noyée dans la masse des phrases moins simples!!!) : “S’il n’y a personne, y’aura eu nous”. A mon avis, c’est une figure de style!! Faire des circonvolutions grammaticales et orthographiques pour planter là, en plein milieu de nos yeux, cette vérité essentielle, lavée de toute figure rhétorique.
    Bref, j’ai rencard avec Déclick jeudi et je suis impatient de ne pas faire mentir ce “y aura eu nous”. Tant pis pour le gonflement de l’Ego…

    Rédigé par: Viking | le 10 novembre 2006 à 09:47|
  2. Demain, ce sera mieux, demain je serai heureuse, demain j’aurai plus de défauts, des trucs nouveaux , tout scrapuleux et gluantesques à capauter dans les mares fangeuses du plasir facile, des trucs que j’aurais pas imaginé aujourd’hui, plus rence que Karl, plus Popper aussi, des vers mouillus qui se glissent sous la peau du zarbi et qui te surprenne toi même. “Non, j’ai pas fait ça quand même, moi, si de gauche!!, j’ai scabré à mort ” quelle vie fabuleuse, collée là sous les draps de la peau de mon amant de St Jean, Jacques, Jules, Antoine, Fernand, Lucette, Nicole, et tant d’autres douces omoplates à me coller l’amour au bide. Vive la gluance brute !!! La Marie Claire des vacances…
    Rédigé par: liebig | le 12 novembre 2006 à 23:10|
  3. Vik, c’était un test ophtalmologiste, tu l’as réussi. Le style défait l’homme en l’enfermant (plus ou moins vivant) dedans.
    Marie-Claire, tu te serais pas fait passer dessus par des gars qui prétendaient être de la Légion ou un truc comme ça ? (cf les comm’ du post précédent)
    Ca expliquerait bien des choses.
    Ce siddhi, j’en fus et n’en suis plus.
    Même si tu me donnes l’occasion de me remémémorer qu’il ne faut jamais dire “tontaine, je ne boirai plus de ton martini-gin” au risque d’avoir à avaler la pilule du lendemain.

    Rédigé par: johnwarsen | le 12 novembre 2006 à 23:40|
  4. Eh bien en voilà du beau du bon J Warsen.
    Je me retrouve comme du co du con avec mes torpilles de 18 cm face au pas que beau “Le John Warsen”: 50 m de haut, 3000 tonnes de concepts mentaux en perpétuel (r)évolution. La base de registre de windows, qui a pourtant rendu fou ses propres concepteurs, eh bien il l’a depuis longtemps donnée à ses gosses pour qu’ils s’amusent avec.
    Je m’aperçois avec effroi que je n’ai pas eu de période Karl Renz ni U.G., Eckardt Tolle.
    Une période Fripounet: ça peut aller?
    (dois-je vous rappeller qu’à 23 ans je jouais encore au Lego)
    Je viens d’envoyer un mail au Ministre de l’Education: il faut étudier John Warsen en cours de Français.
    En oeuvrant pour la France, mon torchon va t-il retrouver son noeud?
    (ou l’inverse)
    John: ton blog se suffit à lui-même.
    Nous qu’on est dans la merde, on a cas le lire. Si tu nous tends la main tu vas t’en mettre plein les doigts.
    Je m’extrait seulement de mon stade anal.
    Mais ce stade anal n’est là que parce que les mômes doivent en sortir…
    Enfin c’est que mon QI de 62 m’a permis de percevoir.
    La question n’est donc pas “être” mais “devenir”, c’est bien ça?
    Et surtout ne pas y retourner, ajouterais-je…

    Le Glaute
    (PS: je suis pas tout le temps là, parfois je suis dans la remise, frapper fort sur la grande porte)

    Rédigé par: KlöD | le 20 novembre 2006 à 10:45|
  5. Je te ferai la réponse de Terry Jones à Eric Idle dans le sketch “Nudge Nudge” :
    Are you trying to insinuate something ?
    http://www.youtube.com/watch?v=zVJOP1RdHC4

    Rédigé par: john | le 20 novembre 2006 à 11:24|
  6. A part moi-même dans ton blog, je n’insinue rien d’autre…
    Mais c’est toi-même qui m’inspire ces propos!
    N’ayant aucune culture, je manipule les concepts que je peux…
    Donc je disais qu’un texte comme celui que tu viens de pondre obtient d’après moi le statut d’oeuvre et à part la postérité je ne vois pas à qui d’autre elle pourrait être destinée.
    Si bien que les torpilles que j’ai l’habitude d’envoyer je peux les remettre dans mon coffret JouetClub: toute stratégie est superfétatoire (http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/fast.exe?mot=superf%E9tatoire) On réagit face à une oeuvre mais l’oeuvre s’en fout.
    L’oeuvre est.
    Cela veut dire que toute critique de cyberdépendance devient vaine face à l’oeuvre: c’est comme si on accusait Picasso d’être picturo-dépendant (mais sors donc un peu de tes toiles devait lui dire sa mère)
    A partir de là mon cher John tu n’as donc plus à te poser de questions sur ton blog.
    Et pour moi c’est une simple façon de m’autocritiquer car de toute façon je m’envoie des torpilles à moi-même en permanence.
    Ceci dit nous pauvres zetres humains il nous faut devenir.
    Etre ne nous suffit pas…
    (ça me tracasse vraiment ce truc-là, l’enfer finalement c’est pas les autres, c’est le futur?)
    Ou plutôt c’est le temps: voilà ce qui différencie l’homme de l’oeuvre… Bon sang c’est incroyable!
    Une autre question ronge le frein de mes derniers neurones: John Warsen serait-il soluble dans son oeuvre?
    Je veux simplement dire: pour quand des petits John Warsen avec la neige qui tombe dessus, des posters, des Tshirts, des badges avec écrit dessus “John Warsen, a new way of life”? (même que t’en as 2 pour le prix de 3: génial!)

    Rédigé par: KlöD | le 20 novembre 2006 à 23:44|
  7. Ce genre d’article est autoréférent, et personne ne peut s’envoler en tirant sur ses lacets. Peut-être que Picasso était autant dans la merde devant ses toiles que moi devant mon blog, mais tu devrais profiter de ton extase pour faire autre chose que m’inciter au mercantilisme. Pour devenir, je n’ai rien trouvé de mieux que de commencer par accepter ce qui est : ni désirer ce qui sera, ni regretter ce qui fut.
    Poil au fût.

    Rédigé par: john | le 21 novembre 2006 à 00:00|
  8. Ne me parle pas d’acceptance, je suis un révolté permanent ( à poil ou pas)
    Rédigé par: KlöD | le 21 novembre 2006 à 00:08|
  9. Peut-être, mais je viens de modifier le commentaire précédent le tien.
    Je conçois que ce soit un nouveau motif de révolte, d’autant plus que je vais me pieuter.

    Rédigé par: johnwarsen | le 21 novembre 2006 à 00:14|
  10. Pourquoi mon commentaire serait-il plus autoréférent que les autres qui parsèment ton blog?
    (je suis pas révolté mais dubitatif)

    Rédigé par: KlöD | le 21 novembre 2006 à 00:52|
  11. il y a méprise, mais elle est lumineuse : je parlais de mon article de départ. Tu devrais créer un blog pour y découvrir les joies de la surdité autofascinatoire®
    Rédigé par: johnwarsen | le 21 novembre 2006 à 10:04|
  12. Ah oui tiens je me suis trompé, je croyais que tu parlais de mes commentaires.
    Rédigé par: KlöD | le 22 novembre 2006 à 22:59| Alerter

dimanche 5 novembre 2006

L’orgueil de l’ignorance


05 novembre 2006



les âneries de Charb dans Charlie Hebdo

Bon, d’abord je voudrais dire à Flo que je suis désolé de commettre un acte de brigandage sur son blog au lieu de voler mes vivres al païs et d’écrire mes posts tout seul.

Flo, pour te dédommager je suis prêt à mettre l’intégrale de Steve Roach en mp3 sur ton serveur. Par avance, merci aussi de la compassion des intervenants instrumentalisés au passage.

Je suis actuellement dans une phase de copier/coller compulsif qui cache sûrement quelque chose.

Je voulais reposter des trucs sur la pornodépendance, mais je n’avais plus de cartouches, et je suis tombé sur cette conversation :
Flo : “vous êtes nombreux à manger des steaks, et vous savez pertinemment qu’en mangeant un steak, vous commanditez l’assassinat d’un autre animal. Lors de votre prochain steak, regardez l’effet que ça vous fait. Et comparez-le à l’effet que ça vous a fait la dernière fois que vous avez tué un animal, si cela vous est arrivé bien sûr. Mettons une souris, ou un petit poisson - ce qui est bien moins qu’un boeuf. S’il y a des gens ici qui ont tué des boeufs, ou des cochons, ou des poulets, ils peuvent nous livrer leur témoignage, et nous comparerons cela avec le fait de manger un steak ou un poulet, ou de porter un blouson en cuir. Et même sans aller jusque là, nous pouvons simplement comparer la sensation résultant du fait de voir un poisson au bout d’une canne à pêche, et celle résultant du fait de manger un poisson.”
Julia : “Voir quelqu’un jeter des écrevisses dans l’eau bouillante.

Passer devant un étal de moules et d’huitres.
Dans un pays de foie gras, passer devant un grand enclos où s’ébattent des oies.
Voir un reportage sur les abattoirs et les méthodes d’abattage dites “douces”.
Voir quelqu’un écraser délibérément une abeille, de peur de se faire piquer.
Il y a beaucoup d’attachement/aversion dans la réaction induite (je ne parle que pour moi). Je crois qu’il faudrait être capable de voir tout cela d’un oeil clair, faute d’avoir le pouvoir de sauver tous ces êtres, et de dire des millions de mantras pour leur bénéfice. Mais les lamas disent que tuer est une chose, manger en est une autre. Et que la vie humaine est précieuse. Certains d’entre eux, et non des moindres, mangent de la viande, d’autres pas. Je n’en mange plus, mais qu’est-ce que cela change ? Quand je pense au goût des entrecôtes grillées, je me souviens comme c’était bon, et peut-être que je me trompe, mais il me semble que c’est au moins une petite victoire sur l’attachement/aversion que m’inspirent les choses citées plus haut.
Flo : “Il me paraît important d’interroger les notions que nous utilisons : Qu’entend-t-on par “précieuse existence humaine” ?
Les lamas mangent de la viande, mais la mangent-ils comme nous la mangeons ?
Si tu te souviens du bon goût de l’entrecôte, on peut dire que c’est une victoire sur l’attachement au sens où tu ne commets plus l’acte, mais aussi que la victoire est incomplète au sens où la racine est toujours là.


Julia: “La racine est toujours là parce je me souviens du bon goût de l’entrecôte ? Si c’est ce que tu as voulu dire, alors ma victoire (s’il y a victoire) vient de ce que dans une précédente période de végétarisme, j’éprouvais de l’aversion à l’idée de manger des huitres en passant devant les étals. Et il m’a semblé que non seulement les huitres, comme êtres vivants, mais aussi toute nourriture doit être respectée. Que mon attitude n’était pas juste. D’où mon effort pour me souvenir du bon goût de l’entrecôte. Maintenant que je suis à vie végétarienne, j’essaie de garder le respect pour ceux qui mangent de la viande ( il me semble que ça devrait aller de soi) et aussi pour toute nourriture (huitres ou pas huitres). J’ai plus de mal avec les gens qui écrasent les insectes (encore que ça m’arrive aussi accidentellement), mais on a le droit de se protéger, alors là aussi j’ai encore un effort à fournir.

Flo : “La “bonne” façon de ne pas manger des huîtres ou des entrecôtes, consisterait à “voir” l’animal et ce qui lui est arrivé… ce qui demande une très grande clarté bien sûr (que je n’ai pas). Je ne parle pas d’imaginer la chose mais de la voir, au sens où par exemple Virgil voyait des gens qui avaient fabriqué les statuettes mexicaines qu’il regardait.

Dado :” Personnellement, je pense t’avoir répondu dans mon article, non pas d’un point de vue théorique, mais par un exemple tiré de mon expérience et de ma sensibilité. On pourra estimer qu’il n’est pas concluant mais ce n’est pas le succès ou l’échec qui étaient essentiels. Maintenant, j’ai lu quelques commentaires ici qui recoupent mes autres points de vue. Je vais prendre une perspective bouddhiste puisque c’est seulement dans cette optique que se pose la question.
>>
RiceRcaR: “Je réfléchissais (dans le post précédent) sur le karma accumulé. Il transcende forcément l’individu et, au niveau d’une collectivité (300000), etc.”
Il y a évidemment dans tout cela un énorme part de karma collectif. Si cette horreur a été possible, c’est que durant des dizaines d’années avant le massacre, il était de bon ton de dénigrer les juifs ; la plupart des soi-disant intellectuels se faisaient bien voir en répandant des propos antisémites ; l’affaire Dreyfus n’avait servi à rien ; on continuait gaiement à voir en eux la cause de tous les malheurs de la société. Il fallait bien un jour que ça explose et que tout le monde se retrouve le nez face à son caca. Du point de vue de la sensibilité, ces karmas collectifs se manifestent par des poussées de violence et de peur qui vont agir de manière quasiment hypnotique sur la population. Certaines personnes vont s’en rendre compte et agir en fonction, certains décideurs vont essayer de calmer le jeu, d’autres vont au contraire exciter à la haine et à l’aveuglement. C’est quelque chose de totalement sensible dans l’atmosphère, que généralement on saisit avidement ou qu’on rejette avec répulsion. En tous cas, il faut être bouché pour ne pas s’en rendre compte. Ensuite, pour répondre précisément à ta question sur la sensibilité, dans plusieurs posts, il est question d’ignorance. Ah ben tiens, j’ai retrouvé la ligne :
>>
Flo: “Ce que nous avons en commun avec les criminels, c’est l’ignorance, l’opacité mentale, les voiles émotionnels.”
Toujours d’un point de vue bouddhiste, l’ignorance est une chose à ne pas sousestimer. Si je ne m’abuse, c’est considéré comme un voile émotionnel et la source de karma négatif. Celui qui mange un steak est totalement ignorant des conditions dans lesquelles est mort l’animal. Peut-être que s’il visitait un abattoir, ça le dégouterait à vie de manger des steaks. Mais tant qu’il est ignorant de cela, il ne faut pas s’étonner qu’il ne ressente rien de spécial en mangeant un steak. Il ne ressent pas de haine pour la vache, pas de remords, pas de peur, pas d’émotion particulière. Mais il “éprouve” de l’ignorance. Il ne sait pas si ce qu’il fait est bien ou mal, c’est le flou total. On a l’impression que ça ne porte pas préjudice, parce que justement on ne ressent rien, mais je pense qu’un lama ne serait pas d’accord. C’est de l’ignorance et c’est problèmatique. Je pense d’ailleurs que, selon le supposé lama, il ne s’agirait pas de se débarrasser de ça de manière intellectuelle, parce qu’on ne rajoute que de l’ignorance sur de l’ignorance (c’est encore une fois le fameux coup des frelons). C’est seulement à partir du moment où on ressent quelque chose qu’automatiquement, on n’aura plus envie de manger du steak, ou au contraire d’en manger, pourquoi pas. L’ignorance est entre autres la résultante des croyances d’un milieu à un moment donné. Très facilement, ça peut atteindre des sommets de connerie et donc de monstruosité. On en a la preuve tous les jours pourvu qu’on allume la télé. Dans le cas que tu évoquais, il ne s’agit pas seulement d’ignorance mais de haine. On ne peut raisonnablement pas considérer des êtres humains comme des bestiaux rien que par ignorance. Il faut leur en vouloir, ou les mépriser, ou quelque chose comme ça pour arriver à cette conclusion. En conclusion, je pense que des personnes qui ont une position élevée dans la hiérarchie sociale, qui savent qu’un tel karma collectif existe (et ils le savent puisqu’ils ont décidé d’en jouer) et usent de leur crédit pour amplifier les conséquences négatives d’une telle ignorance et d’une telle haine ont du souci à se faire pour leur karma personnel. Sinon, je suis complètement d’accord avec toi lorsque tu dis que c’est une vision totalement romantique de les prendre pour des timbrés ou pour des monstres (ce n’est pas après avoir écrit mes derniers articles que je vais te contredire sur ce point, lol!). Je pense aussi très sérieusement que cette vision romantique est terriblement dangereuse car elle prédispose à recommencer de telles horreurs, puisqu’on ne veut pas croire qu’on puisse reproduire ce qu’ont fait des personnes exactement semblables à nous (sans chercher les ministres, tout simplement le peuple allemand). Et que dans le fond, en ce qui concerne l’ignorance crasse, ils sont bien pareils que nous.”


Evidemment, on me voit venir de loin (en cheyenne, John Warsen signifie “Ombre-qu’on-commence-à-voir”) : on va relire tout ça en remplaçant “manger de la viande” par “consommer du porno” et en relisant l’article l’envers du porno, et on sera prêts à passer à table.

Commentaires

  1. Il me semble que t’as oublié des noms, parce qu’il y a des trucs on a l’impression que c’est de moi, alors que c’est de Dado (je crois)

    Rédigé par: flopinette | le 05 novembre 2006 à 14:28|
  2. En effet, si tu copiais-collais aussi les retours à la ligne et les sauts entre les paragraphes, ça serait pas plus mal. :p

    Rédigé par: Dado | le 05 novembre 2006 à 19:11|
  3. Flo, je t’assure que vous avez tenu les propos ci-dessus.
    Dado, il y a des beugues dans le nouveau logiciel d’édition de blogs du Monde qui rendent les retours chariots malaisés : on saute une ligne ou rien, et ça gâche du papier ;-) mais ça n’excuse pas tout.
    Je me suis retenu de rajouter une vidéo sur “l’envers du bifteck” à partir de rushes persos tournés dans un abattoir, j’ai trouvé ma limite à l’impudeur.
    De toutes façons, ce non-article (il faut bac+12 en warsen, flo et les autres pour comprendre de quoi il retourne vraiment) me donne surtout à penser que je ne suis pas au bout du labyrinthe, qui d’ailleurs n’en a pas, et que ça relève encore de l’auto-prévention fascinatoire®

    Rédigé par: johnwarsen | le 05 novembre 2006 à 22:07|
  4. “Flo, je t’assure que vous avez tenu les propos ci-dessus.”
    P’tain, j’apprends que je suis plusieurs, maintenant… ça expliquerait bien des choses…

    Rédigé par: flopinette | le 06 novembre 2006 à 01:33|
  5. Je ne veux pas dire que ton nom est légion ;-) mais que chacun a bien écrit les phrases qui lui sont attribuées, sauf Dado qui cite (en plus) Ricercar et moi qui sanibroie le tout. Sinon, oui, ça t’arrive d’être plusieurs, même si je te sens moins morcelée que la plupart d’entre moi… j’aime bien celle qui dit irrégulièrement “et où en sommes-nous avec tout ça ? nulle part !”

    Rédigé par: johnwarsen | le 06 novembre 2006 à 09:47|
  6. Non, ce qui commence par “toujours d’un point de vue bouddhiste” est de Dado…

    Born in lust, turn to dust, born in sin, come on in…
    … C’était quoi la photo qui n’apparaît pas ?

    Rédigé par: flopinette | le 09 novembre 2006 à 01:44|
  7. Ah oui c’est des smileys. Cette invention maudite…

    Rédigé par: flopinette | le 09 novembre 2006 à 01:45|
  8. Tu as raison. J’ai réparé par un artifice désitalicisant. Je vais me renseigner discrètement sur cette citation prometteuse sur le péché et la poussière. Tu sais ici c’est la campagne, alors si on veut pas se retrouver prématurément cloué sur une porte de grange en ayant fredonné des âneries, faut faire attention.
    Les smileys permettent de simuler la partie non-verbale de la communication, ils sont en cela bien pratiques.

    Rédigé par: johnwarsen | le 09 novembre 2006 à 23:18|
  9. Je pensais que la mention de la légion faisait référence à André Linoge, et donc j’ai continué avec ma citation préférée de ce charmant personnage…

    Rédigé par: flopinette | le 10 novembre 2006 à 15:58|
  10. Arg ! Stephen King était trop mainstream pour moi, et maintenant j’ai des trous dans ma contre-culture !

    Rédigé par: johnwarsen | le 12 novembre 2006 à 18:28|

vendredi 3 novembre 2006

Bénéfices secondaires de la compassion


dessin de Honoré © Charlie Hebdo du 25/10/06

L’année dernière, j’ai offert un pécé portable à ma chérie, parce qu’elle en avait marre que je lui répète qu’elle n’avait qu’à utiliser mon macintosh alors que j’étais collé dessus à toutes les heures ouvrables du jour et de la nuit. Je l’ai prévenue “tu sais, je suis une burne en pécé, faudra pas compter sur moi pour la maintenance”. Ca n’a pas loupé, panne sur panne, coups de fil au beau-frère instrumentalisé en hot-line, explosion du lecteur de cédérom un mois après l’expiration de la garantie, séjour prolongé au SAV de Leclerc auprès duquel la Caisse d’Allocations Familiales est une administration hautement qualifiée et très réactive, et là, cette semaine, alors que je croupis dans les affres d’un célibat quasi monastique (tes cuivres, et puis quand t’auras fini tu retourneras poncer ton plâtre dans ta nouvelle cuisine Vogica qui tarde à sortir de terre) la machine rentre de la polyclinique, et impossible de réinstaller windows avec les disques d’origine même pas tombés du camion. Alors je me suis mis dedans, en me disant que si je n’essayais pas de faire pour elle ce que j’aurais fait pour moi sans même y penser si j’avais eu une galère de bécane, je serais le dernier des garden nabbots, et pas que sur le plan de la maintenance. Secondé par un ami fidèle, le golem windowsien finit par réémerger de la glèbe siliconée, victoire qui induit une intuition salvatrice tout à fait involontaire qui me permet de redonner vie à mon scanner sans avoir à remonter dans le temps pour aller tchourer sur le présentoir d’un magasin informatique les drivers disparus à jamais.
Joie, fierté, et humilité de sentir que je n’y suis pour rien, heureusement réduites à néant par le ton triomphaliste de cet articulet.
Ce qui me permet de vous faire partager derechef l’édito de Philippe Val de la semaine dernière, le chevalier blanc de la conscience politique :

“Sarkozy, syndic de faillite du gaullisme

Sarko, facho ? Evidemment, la rime est tentante, comme l’était celle de CRS = SS en d’autres temps. Mais au fur et à mesure que le personnage se déploie dans la vie politique française, il faut se rendre à l’évidence. Sarkozy n’est pas un fasciste. Contrairement aux différents leaders du Front national, et à certains autres, comme de Villiers, il n’a encore rien dit ni rien fait qui prouve qu’il soit de cette famille qui cherche à fonder une autorité politique sur le racisme, par exemple. Il est de toute évidence étranger à tout sentiment antisémite, antiarabe ou anti-noir. L’attaquer là-dessus, c’est perdre son temps et lui en faire gagner, car il n’aura aucun mal à renvoyer dans les cordes de façon spectaculaire celui qui cherchera à l’atteindre par des accusations de ce genre. Et il aura raison.
Lorsqu’on combat le Front national, on est face à un ennemi qui se situe hors du champ de la démocratie, et qui cherche à faire croire qu’il y campe pour y foutre le feu à la première occasion. Sarkozy, jusqu’à présent, se situe clairement dans le champ démocratique, et il faut le combattre comme un adversaire, ce qui n’est pas la même chose. On peut juger que le sarkozisme, S’il triomphe, mettra en péril la démocratie, ce qui est très probable. Mais, contrairement à Le Pen, Sarkozy n’est pas un idéologue anti-démocrate. Et si l’on refuse de le comprendre, on rien arrivera jamais à bout. Nous nous essoufflerons à l’accuser de ce dont il n’est pas coupable, en ne convainquant que nos amis déjà convaincus.
Sarkozy n’est pas fasciste, il est de droite, ce qui n’a rien à voir. Il est vraiment de droite. À force de dire que tout le monde est de droite, un jour on va se retrouver avec un vrai facho et il sera trop tard pour réapprendre à faire le tri.
Lorsque Sarkozy est allé aux Etats-Unis pour se faire photographier avec George Bush et critiquer la position de la France, beaucoup ont pensé qu’il faisait une faute politique. C’est possible, parce que l’opinion française est travaillée par une sorte de racisme anti-américain auquel Bush sert de prétexte, mais ça n’est pas sûr. En revanche, on peut parier que l’adhésion de Sarkozy à la politique de Bush, elle, est sincère. Sur le plan international, sans doute, et sur sa vision de la répression en général, certainement. Ces deux-là sont faits pour s’entendre. Et si la démocratie américaine et son image dans le monde ressortiront en loques des huit ans d’administration Bush, elle préfigure l’état dans lequel la France sera au bout de cinq ans de Sarkozy. Mais l’Amérique dispose d’une puissance et de ressources qui lui permettront sans doute de se relever, tandis que la France, isolée au sein d’une Europe malade, risque fort d’avoir à raser les murs pendant longtemps.
L’UMP de Sarkozy est une machine destinée à liquider le gaullisme, pour lequel la cohésion sociale passait par un Etat actif, une unité incompatible avec le communautarisme et un système de valeurs qui n’ont plus cours aujourd’hui : grandeur nationale, rayonnement culturel, indépendance et maîtrise du jeu dans la construction européenne, à quoi s’ajoutaient un puritanisme et un jacobinisme vétilleux, une méfiance historique pour les milieux d’affaires, et une conception de la liberté de la presse à l’ancienne…
Sarkozy veut un État cantonné au maintien de l’ordre, il se fout de l’unité, il est communautariste, le rayonnement culturel passe par Christian Clavier et Doc Gynéco, il a soutenu le traité constitutionnel comme la corde soutient le pendu, il adore les milieux d’affaires, puisque c’est son milieu, il n’a gardé du gaullisme qu’une conception de la liberté de la presse à l’ancienne, voire, entre autres, l’affaire de Paris Match et du choix des journalistes à Europe I.
Quant aux valeurs, ce n’est pas son problème. Il est pour celles qui ne nuisent ni à I’ordre, ni au business.
Le point commun qu’ll a avec Bush, c’est le hold-up qu’il fait sur la modemité et le progrès. Ils ont mis au point un discours tendant à faire passer pour archaïque et ringard tout ce qui n’est pas, dans le domaine social, un retour à une brutalité économique sans freins politiques, et, dans le domaine politique, tout ce qui contrôle la violence de l’État.
Ils se font passer pour « modernes » et “allant de l’avant », alors qu’ils sont deux-représentants typiques du renoncement démocratique. Mais ils le font dans le cadre de la démocratie, certes en longeant les bords, avec peut-être la tentation de les franchir, mais peut-être aussi avec une certaine dose de bonne foi qui confine à la bêtise. La différence entre Bush et Sarkozy, c’est que l’un est président et que l’autre n’est que candidat. Pour le reste, ils sont deux rails parallèles sur lesquels le train du droit fonce vers une catastrophe.

1 • Bush, à quelques semaines des élections, vient de faire voter une loi permettant à la fois des pratiques torturantes, le secret et des tribunaux d’exception. Cette pérennisation de l’exception est un véritable cancer du droit constitutionnel qui garantit les libertés fondamentales. C’est exactement ce que voulait Ben Laden en organisant les attentats du II septembre. Il voulait que le système démocratique qu’il déteste—avec ses femmes libres, son cosmopolitisme, et ses lois au-dessus des cultes— se renie lui-même, sous l’effet de la peur. Cet affaiblissement démocratique de la plus grande puissance démocratique du monde est un signe alarmant de la fragilité des États de droit, dont l’existence ne pourrait bien être qu’une parenthèse dans l’histoire humaine, qui se confond avec celle de la barbarie.
2 • Sarkozy, qui rencontrait la semaine dernière les lecteurs du Parisien, en a profité pour révéler ses propositions en matière de répression de la délinquance. Elles sont au nombre de huit, et toutes relèvent de la tentation de l’exception. Lorsqu’il propose, par exemple, la prison préventive automatique pour toute atteinte à l’intégrité physique, il préconise de systématiser la peine avant enquête et jugement. Lorsqu’il propose une peine plancher automatique pour un multirécidiviste, il ôte à la fois au juge son pouvoir d’évaluation et il nie les droits de la défense que la justice accorde à tout coupable quel qu’il soit. Lorsqu’il réclame les assises pour qui s’en prend à un pompier, un gendarme ou un policier, et qu’il veut instituer des jurés populaires dans les tribunaux correctionnels, il cherche à marginaliser le pouvoir judiciaire. Il veut que l’opinion juge et décide, et non plus les juges professionnels. Si l’opinion décidait, à l’heure qu’il est, la guillotine fonctionnerait encore, et tous les accusés d’Outreau seraient morts. Si le peuple désigne des représentants, et que ces représentants eux-mêmes sont séparés en deux chambres, une « rapide », celle des députés, et une « lente », le Sénat, c’est que le temps et les degrés de représentation sont nécessaires à l’exercice de la raison. La « démocratie directe », c’est une merde démagogique au service du lynchage. La représentation, c’est la viscosité qu’il faut pour transformer les passions volatiles et aliénantes de la foule en civilisation d’hommes libres. Bush et Sarkozy ont en commun avec les extrémistes —qui en appellent sans cesse à la légitimité de l’opinion—de vouloir faire l’économie des institutions.
Ce sont eux les ringards et les archaïques. Il suffit d’ailleurs de constater la médiocrité des médias qui les soutiennent l’un et l’autre. Ils ne sont pas, comme les fascistes, les islamites et les totalitaires divers, des ennemis qui se situent volontairement à l’extérieur de la démocratie, ils sont les symptômes de ce qui la ronge de l’intérieur : un manque de foi en elle-même. Ils sont les produits de la peur, du manque de confiance dans le droit, et de ce fameux bon sens populaire qui croit toujours qu’au bout du compte les prisons sont plus utiles que les Parlements.”

Commentaires

  1. euuh disons que le front national possede un programme qui à 20 points,
    si sarkosy en respecte 15 il est facho ou pas??

  2. Camarade, nuance ton propos. Relis l’article plus doucement, ou retrouve le post de dado sur les grenouilles (genre automne 2005), et essaye d’y aller mollo parce que tu vas nous serrer une durite un de ces quatre, et que je serai co-responsable.

  3. camarade,

    j’ai fait une surchauffe ca arrive… j’ai relue ton post et l’article de Val..
    plus calmement.
    c’est un personnage particulier sarko…

    mais étrangement pour moi il ne sera pas au deuxieme tour.
    on vie une epoque étrange ou les bus brule, les ecoles…
    une espece de course à l’echalotte.

    et je pense qu’il faut une personne calme pour reglée ce type de probléme, il a cassé systematiquement ce qui à été fait (villepin a l’onu ou chevenement et la police de proximité), pour le remplacé par ce qu’il pense bon.

    on est pas l’abris d’une surprise, et d’une bavure surtout…

  4. Ça alors…
    Depuis que j’ai troqué mon vieux PowerMac 8600 tout plein de SCSI pour un G4 plus récent, j’ai dû me défaire de mon fidèle scanner Agfa, et je me disais, pas plus tard qu’il y a dix minutes, alors que je rangeais mes derniers numéros de “Charlie”, qu’il m’aurait été bien utile pour récupérer, précisément, cet édito de Val sur Sarkozy. N’écoutant que mon courage, je m’apprêtais à recopier tout le texte, décidément très bon ; et justement, me suis-je fait remarquer, s’il est si bon que ça, alors il a pu probablement émouvoir un autre individu que moi, dans ce monde de brutes ; et qu’un tel quidam eût pu, en plus d’être lecteur de Charlie, avoir un autre point commun avec moi, outre un scanner en état de marche et une connexion internet: l’envie de partager avec d’autres ce qui nous a procuré du plaisir (intellectuel, s’entend). C’est ainsi que “sarkozy syndic val” tapé dans Google m’a dirigé jusqu’ici, me permettant d’être un bénéficiaire tertiaire de la compassion.
    Merci John !

  5. c’est marrant parce que ça m’a fait le même coup il y a quelques mois quand je recherchais un texte de théodor reik cité par philip dick dans substance mort, j’ai tapé tout ça sur google et bingo !
    faisons à autrui ce qu’on voudrait qu’il nous fisse !
    Il existe de bons adaptateurs SCSI pour G4 (Adaptec SCSI Card 2906 Driver), après faut faire dans le dossier préférences des choses qui sont pas dans le manuel, mais bon… s’il fallait se contenter des manuels….

  6. Hé oui John, Internet est bien une immense base de données collective qui enrichit les intelligences. J’ignorais l’existence de cette carte ; je note, merci :)
    …et pourquoi pas : fais à autrui ce qu’il aimerait que tu lui fasses ?

  7. c’est une bonne idée, si sa mère est d’accord.
    Immense base de données collective, oké. Mais je ne dirais pas qu’Internet enrichit l’intelligence. Elle rend un certain savoir accessible (en même temps qu’un tombereau d’opinions collées dessus).
    L’outil est neutre, tout dépend de comment tu l’exploites. Si ton intelligence préexiste au support, tu peux ramener des trucs sympas dans tes filets. Sinon il y a de fortes chances que ça augmente ta confusion.
    Hier soir j’ai entendu Emmanuel Todd sur France inter, il disait des choses intéressantes sur l’état du monde, ce matin j’ai pu enrichir ma connaissance de ses théories.

  8. “L’outil est neutre, tout dépend de comment tu l’exploites. Si ton intelligence préexiste au support, tu peux ramener des trucs sympas dans tes filets” : absolument d’accord. C’est tellement évident pour moi que je n’ai pas jugé utile de le préciser. J’en connais pourtant beaucoup qui se contentent de s’envoyer des blagues par mail, avec le matériel dernier cri et la connexion haut débit. Chacun son truc…

  9. et moi, j’en connais qui font du lobbying pour la dépénalisation du chichon et qui n’ont même pô lu mon article (illustré par charb) sur les séductions haschichines ;-)
    http://johnwarsen.blogspot.com/2008/10/des-seductions-haschichines.html

  10. Je découvre ce blog très intéressant.
    Et tombe sur cette phrase hallucinante: SAV de Leclerc. dois-je comprendre que le portable provenait de cet antre dont la compétence se limite aux boites de conserves et tablettes de chocolat (ce en quoi, il fait bien son travail) et qui prétend nous fourguer bijoux, voyages et portable ?
    Il n’est pas responsable des produits qu’il distribue me direz-vous ? hé bien je pense que si.
    Et dans le cas d’un ordinateur portable, produit intrasèquement fragile, passer par le commerce de gros n’est pas une solution.