mardi 31 juillet 2007

masochismes


Dans le temps , je m’étais promis un billet sur le masochisme, mais j’ai l’impression que sans être explicitement nommé, le sujet a été quand même pas mal abordé lors des derniers posts, donc avant de plier les gaules again puisque sur mes terres tout semble me ramener au même brouet autofascinatoire®, je voudrais juste comparer deux écoles de pensée par simple juxtaposition; la première provient d’un mémoire universitaire dérobé un soir d’ivresse chez un photocopieur universitaire à la fin des années 80 : “Eléments pour une nosographie gestaltiste”. (il fallait vraiment être saoul pour tchourer cela) et demande un certain nombre de mots pour se développer :

“Sacha Nacht, auteur de travaux importants sur le masochisme donne une portée large à cette notion : “Tout être qui, placé dans des conditions de vie objectivement normales, s’avère incapable de donner un sens satisfaisant à sa vie, révèle par là son caractère masochiste.” Hanus, pour qui le masochiste fait partie des caractères pathologiques, le décrit comme un être habité par un sentiment diffus de malaise, de souffrance, d’insatisfaction, quelqu’un qui a besoin de se plaindre, de se montrer ou de se rendre malheureux; une personne qui a des conduites partivculières caractérisées par les maladresses, l’inopportunité dans les relations sociales et par les conduites d’échec. Le masochiste se sent coupable et le trait essentiel du masochisme moral est le besoin de punition qui va combler, blanchir, laver cette culpabilité par la souffrance et la douleur. Le masochisme appelle ainsi le sadisme d’autrui. Il prend souvent aussi une forme d’auto-punition frisant la perversion. Cette structure trouverait son origine, selon Reich, dans l’expérience d’abandon dont le masochiste a été la victime de façon aigüe au cours de sa petite enfance. Lowen y voit quelqu’un qui a été profondément humilié dans son enfance. Personnellement nous pensons qu’il y a à la base la mise en place parentale d’un système non pas d’amour inconditionnel, mais de répression-châtiment d’un côté et de récompense de l’autre. L’enfant n’est pas aimé pour ce qu’il est, mais pour ce qu’il fait. L’amour est distillé au compte-gouttes; la menace de son retrait est constante et l’enfant reste donc sur une quête excessive et anxieuse. Il se vit comme ne valant rien en lui-même, mais seulement si et pour autant qu’il a l’approbation de l’autre, et se sent coupable de ne pas être à la hauteur des attentes portées sur lui (…) d’autre part, alors qu’il mendie l’amour, le masochiste ne peut l’accepter, son expérience, son vécu lui disent que ce n’est pas possible, qu’il va être rejeté, ou à nouveau, abandonné. Il a peur, il se méfie. Il adopte alors des conduites d’échec : la demande est faite sous forme de provocation, ce qui est une façon d’aborder l’autre dépitante pour celui-ci. D’où échec, d’où confirmation par le masochiste de sa position initiale (j’abrège parce qu’il y en a encore des brouettes) Existentiellement le masochiste se trouve confronté à une épouvantable solitude et a un éprouvé totalement dévalorisant d’imperfection dont il estime porter la responsabilité. La Personnalité est dévalorisée, sans espoir, méfiante, déficiente. Elle souffre d’une perturbation profonde car, du fait de l’invalidation systématique de toute expérience satisfaisante, l’assimilation ne se fait jamais. Ainsi la croissance, la structuration sont paralysées. Concernant le traitement thérapeutique il convient d’avoir à l’esprit que le masochiste est invalidant pour lui-même et pour le thérapeute qui pourrait vouloir le sortir de son système. Il se dit toujours tout disposé à essayer ce qu’on lui suggère, mais : “Je ne peux pas, bien que je le voudrais…” “Ca va rater, je le sais j’ai déjà essayé… “Même si ça marche, ça ne prouve rien parce que cela ne compte pas vraiment puisque…” Dans l’expérimentation (avortée) le masochiste demeure sûr, assuré de l’échec, confiant en son incapacité. Il n’est pas opportun d’attaquer d’emblée l’introjection fondamentale sous-jacente (”Je ne suis pas capable par moi-même et ma gratification est conditionnée par l’approbation de l’autre, le plaisir se mérite sinon ce n’est pas permis, je n’y ai pas droit”) il vaut mieux s’en prendre à ses manifestations dans la déflection (de toute manière, même si je le voulais, si j’essayais de me faire plaisir, de pourvoir à mon besoin, je n’en serais pas capable, ça ne marcherait pas puisque) et la rétroflection (terme spécificique à la Gestalt dont je n’ai pu trouver de définition exacte) Il faut traiter le masochiste comme un rétroflecteur/déflecteur, ce qui veut dire qu’il ne faut jamais lui fournir de matériel de nature à alimenter ses idéations, intellectualisations, rationalisations et introjections. Il est expert en réflexion paralysante. Il est préférable de le prendre par surprise au niveau du désir, à l’improviste sans qu’il ait pu mettre en place sa logique défensive. Les moyens de choix à cette fin sont l’utilisation des rèves (mais bien vite il risque de dire qu’il ne rêve plus) la mise en actes imprévue et rondement menée, l’amplification de la résistance, l’injonction paradoxale, enfin toute méthode de nature à le déséquilibrer temporairement. A noter qu’avec le masochiste, l’humour peut porter très bien. Il n’est pas sans ironiser sur son propre état, un peu spectateur lucide de la manière dont il forge son propre malheur, et l’humour peut être utilisé pour l’aider à prendre conscience du ridicule (douloureux) de la chose.”

La seconde école s’exprime à travers ces mots du dalaï-lama : “Il est des souffrances inévitables, et d’autres que nous nous créons. Trop souvent, nous perpétuons notre douleur, nous l’alimentons mentalement en rouvrant inlassablement nos blessures, ce qui ne fait qu’accentuer notre sentiment d’injustice. Nous revenons sur nos souvenirs douloureux avec le désir inconscient que cela sera de nature à modifier la situation - en vain. Ressasser nos maux peut servir un objectif limité, en pimentant l’existence d’une note dramatique ou exaltée, en nous attirant l’attention et la sympathie d’autrui. Maigre compensation, en regard du malheur que nous continuons d’endurer.”

Commentaires

  1. Ben oui, les 2 ans de psychoanalyse m’avaient deblayé le terrain, ma rationalisation, mes défenses n’avaient pas encore dit leurs derniers mots mais je continuais à me secouer le poireau les soirs : l’impasse.
    J’était bien un “abandonatif”, je ne croyais qu’au mérite.
    c’est écrit ici sur ce blog “Masochisme”, j’appellais ça peur de réussir, peur d’être aimer, et puis un jour j’ai compris que j’étais rester un gosse en mal d’amour.
    Et pour combler se manque je jouais le rôle du héros de mon propre drame: ma vie est un roman, donc je commence les voyages. Tout d’un coup j’ai réalisé le ridicule de mon coté romanesque bidon, en peu mytho bien sûr, d’un adolescent à 30 ans: le choc terrible. C’est arrivé sans avertissement par des rencontres avec des morts : Dostoevski de m’avoir montrer un chemin et Tchekov qui par une nouvelle “le Duel” m’a montrer une sortie.
    Merci à Salinger de m’avoir fait vivre en livre une révolte ado
    que je n’avait pu faire en vrai et son mot “BIDON” , “Lousy”, qui tout d’un coup me qualifiait parfaitement . J’avais pas mal lu, pas de pote et solitude oblige, mais je n’avais vécu dans le monde réel qu’un roman triste et plein d’échecs, il fallait fermer ce livre et le défi permanent est devenu pour moi d’éviter l’auto-imposture: LA POSTURE.
    Echecs “sentimentaux” d’un casanova foireux, chômage déguisé en longues études : le constat est sévère.

    Je me dégoute quand je réalise qu’ici et là j’ai fait un petit mensonge pour embellir la vérité et pour mendier de l’amour et de la reconnaissance.
    C’est une dépendance aussi.
    Mythos de tous les pays unissez-vous !

    Au hazard d’un “clic” sur un “blog” dans un “post”, je comprends là, aujourd’hui le lien entre ces faciles petits arrangements avec le réel du pauvre gosse que je suis et mes séances d’angoisse spermatiques auquel je me suis adonné pendant de longues années.
    2 ans de psychothérapie à faire le guignol devant un muet aboutissent enfin.

    Un gars sur le net,
    à 34 ans et quelques cheveux blancs.

  2. Ca fait plaisir,
    De relire sur ce blog.

    Punaise, sur le masochisme, ça fait mal ! La pensée de Sacha Nacht m’a sauté à la figure. Est ce donc la la vérité ? Une partie peut-être !
    Un manque d’amour dans l’enfance, alors qu’il me semble que je n’en manquais pas.
    Ca fait mal.
    Cette posture de la victime, de la mendicité de l’amour….
    C’est si facile de jouer la victime, de se dire que de toute façon, ça ne marchera pas.
    Manque de confiance.
    Et si “par malheur”, cela marche, vite fuyons, rejetons ce dont nous ne nous croyons pas digne !

    C’est pas bientôt fini, John, de taper la ou ça fait mal.

    Bonne journée, à plus tard

    Un gars sur le net
    A 37 ans et quelques cheveux blancs

  3. putain, c’est terriblement moi, je suis un gros maso!
    alors quoi en faire de ce texte, si je comprend bien le masochiste est quasiment incurable. un expert en echec. gloups!
    je viens de passer des mois sans me prendre les pieds dans le tapis de ce manque de confiance. letmotif des dépendants affectif.
    voilà que toutes mes faiblesses, me reviennent à la gueule, je rame depuis des semaines pour me sortir de ce marais vaseux. un marais dont je suis l’unique proprietaire.
    je crois qu’avec tous ça, je n’ai pas d’autres chose à faire que de reprendre une tartine de thérapie. et encore, est ce que la thérapie dans certains cas ne veut pas dire chez le masochiste , sentiment d’échec.
    j’ai les boules, mais c’est rafraichissant de savoir qu’on se crée son propre enfer. l’enfer n’est donc pas l’autre. me voilà ragaillardi pour reprendre le chemin de la rencontre de l’autre. il me veut peut être pas tant de mal que ça.

    merci john

    un gars pas toujours net, sur le net aussi
    a 38 ans et un petit ventre

  4. ça fait du bien de recommencer à te lire, John… L’intelligence n’est pas une denrée si courante… Oui, je crois que la clope, c’est le plus dur à décrocher, en fait, c’est comme décrocher de l’héro avec quelqu’un qui te fous un rail sous le pif dix fois par jour en te disant “Vas-y prends en une, ça mange pas de pain”… ça dépends pour qui, dans mon cas ça mange mon foie qui a déjà fort à faire avec cette petite pute d’hépatite c que j’encule profond, salope… Oui, ça mange mon pain et puis vous puez, tous les fumeurs, avec ou sans clope au bec, vous puez…
    Bef, en pleine lecture de ton post sur le masochisme, devine qui m’appelle ??? ma mère!!! TROP FORTE !!! Pour… me péter les couilles, évidement et essayer de me coller une culpabilité quelconque sur le dos… SALOPE !!!

    Allez, bisous à tous et bon courage pour vos décros…

  5. Personne ne relève le côté spéculatif et conjoncturel de la première école : vous semblez prendre pour argent comptant les enluminures que la nosographie gestaltiste tresse sur nos têtes. Il est vrai que moi-même j’ai compté mes poils blancs dans le post précédent, comme si quand ce que la vie nous propose ne nous plait pas il ne restait plus qu’à lui faire un procès d’intention ou se lancer dans un pissing contest du malheur. Personne ne fait remarquer que la finesse éventuelle de l’analyse se double d’une quasi-absence de remède : tout juste peut-on lire quelques vagues suggestions en fin de paragraphe. On dirait qu’en rajouter une caisse fait du diagnostic quelque chose d’auto-suffisant, presque comme un objet littéraire ou un savoir scientifique. Alors qu’en huit lignes, le dalaï-lama pointe l’intention sous-jacente en dépouillant le symptome (je devrais peut-être me mettre au bouddhisme, moi)

lundi 30 juillet 2007

Fondus, enchainés, savoyards (2)




N’oublions pas que le moi, même aussi opiniâtre qu’un livre de Russell Banks, n’est qu’une fiction, c’est d’ailleurs ce qui les rapproche et inquiète vaguement le premier penché sur le second ; observons que quand tu cesses momentanément de croire à la solidité de ton moi, ce qui ne relève pas d’un effort quelconque de la volonté mais se manifeste parfois à travers les trous de mental(1), les fragments qui prétendent fonder ta personne ont tendance à se désolidariser, se disjoindre, surtout ceux qui ne s’insèrent pas dans le puzzle, qui du coup prend du jeu. Le jeu, c’est justement le truc que tu avais perdu. Plusse de jeu, c’est plus de souplesse. Au fond, il ne s’agit que de comprendre et d’appliquer les conséquences du fait que les briques qui composent notre personnalité ne nous sont pas plus intimes que le codage des acides aminés sur la double hélice d’ADN, et pourtant le sentiment d’identité perdure comme si nous les avions chiées(2) nous-mêmes, donc au-delà de toute décence (rien que l’expression employée devrait en fournir la preuve à qui en récuserait l’intuition.)

…qu’il est doux de se sentir bercé de ce ronron mental de la désidentification aux formes, nourri de lectures empruntées à la mafia de la non-dualité, l’estomac plein de cette confiture de cassis qu’on ne produit qu’ici, sur ce coteau savoyard couvert d’arbustes fruitiers… mais qu’un beau-frêre vous ait subrepticement photographié pendant le ramassage des framboises ou le désherbage des groseilles, et que l’image ressurgisse au cours de la soirée pécé portable/écran plasma, résurgence moderne des anciennes « soirées diapo » avec écran perlé sur support pliable, projecteur à chargeur manuel et charbon de bois, et en quelques millisecondes, la fiction recoagule, avec la violence d’une rechute dans le porno : vous vous croyiez détendu et reposé, et l’image projetée est celle d’un quadra empoté, bientôt grisonnant, avec un début de bedaine qui vous renvoie son regard gradubide et vaguement tristouille. Les kilos pris depuis l’arrêt du tabac (tandis que les trois-quarts de l’humanité dépérissent de sous-nutrition) et les signes de l’âge rendent alors malaisé l’effort de s’épouser du regard (tout pour ne pas retomber dans le panneau du mépris, au coût exorbitant)… en plus, si c’est pour s’en désidentifier ensuite, autant tenter de percevoir directement la nature transitoire de l’assemblage de fonctions mentales, digestives et gestuelles dont le reflet grimaçant vient de surgir sur l’écran.

…Frustration, dépit, nostalgie et autres émotions négatives assimilées au regret relèvent alors clairement du chantage affectif infantile le plus éhonté qui soit : on somme l’Univers de nous restituer le Plaisir Perdu – celui-là même qui avait le goût de Revenez-y le plus prononcé – sinon, on est prèt à cesser de respirer jusquà ce qu’il nous arrive quelque chose - et en général, l’arrèt du souffle est ce qui finit par arriver pour de vrai - que ce plaisir dépende de la résurrection de temps, de lieux et de personnes disparues (nous inclus) n’affecte pas la virulence de la demande. Il n’y a plus qu’à ignorer/étreindre/saluer le forcené : on ne le raisonnera plus.

La quantité de frustration accumulée légitime d’ailleurs aux yeux du dépendant à la fois son désir et sa façon bien à lui de l’assouvir en s’assurant qu’il reste inextinguible. Et ce qui le baise, c’est sa collusion ritualisée avec son anima en ignorant l’Autre. Je dis ça parce que j’ai lu sur un forum que les dépendants sexuels passaient leur temps à s’auto-congratuler sur leurs blogs(3), il faut donc rétablir la balance.

Dans ma famille, quand on tente de communiquer par la parole, on a vite l’impression de gesticuler au fond de l’océan, engoncés dans des scaphandres de deux tonnes, tandis qu’un discours aussi intelligible que le flot de bulles qui fonce vers la surface résonne dans le vide de notre prison de caoutchouc et de métal. Et si on s’écrit, c’est pire : on se fâche à mort en envenimant en toute bonne foi des échanges qui au départ n’avaient rien que de très commun. Le génie familial nous interdit l’usage du Verbe; ne nous restent que les actes. Chez nous, on s’accommode aussi des contraintes antagonistes de la peur de la solitude et d’un orgueil quasi-autistique par la conversion du couple en une bouderie réciproque et accompagnée (comme on le dirait d’un voyage du troisième âge) tantôt maussade et tantôt vindicative.

Les racines du liseron finissent par ne plus pousser qu’entre celles du framboisier, parce qu’il n’y a que là qu’on leur foute la paix, sauf à vouloir s’en débarasser au prix d’un combat minutieux : même scandalisés par l’étreinte mortelle dont elles enlacent l’arbuste, nous constatons que l’insulte a moins d’effet que l’arrachage. S’insurge-t-on de la repousse quotidienne des poils de barbe ? Non, si l’on veut conserver le menton glabre, on se rase et cela suffit.

Fin de mes notes savoyardes. Ouf.

(1)comme chacun le sait, la Haute Savoie est propice à l’apparition des trous d’emmenthal
(2)les briques
(3) ce qui est loin d’être faux, mais d’un autre côté si nous ne nous auto-congratulons pas, qui le fera ?

dimanche 29 juillet 2007

Fondus, enchaînés, savoyards

N’ayant rien de mieux à faire en juillet, j’ai rejoint la plus grande partie de ma famille qui se réunissait pour huit jours du côté d’Annecy, parce que ce n’est pas quand mes enfants seront grands qu’ils pourront se lier aussi aisément avec leurs cousins, ni quand mes parents seront grabataires que je pourrai les honorer, au moins par mes actes si pensées et paroles ne peuvent s’y résoudre. Profitant de cet accès inespéré de piété filiale, mon père nous a emmenés grimper, mon fils et moi, à la Dent du Chat (massif de l’Epine, Haute-Savoie); soi-disant une ballade d’agrément, qui s’est révélée l’ascension pendant 3 heures d’un raidillon ininterrompu sous un cagnard d’enfer, au cours duquel le pré-vieillard cacochyme s’est mué en un jeune cabri de 69 ans, après 30 minutes d’un préchauffage laborieux qui nous ont fait craindre un moment de bénéficier d’un héritage anticipé sans sommations.
Comme l’expédition se composait uniquement de mâles, la logistique et l’avitaillement avaient été quelque peu négligés (deux bouteilles de flotte) ne nous laissant comme tout nutriment que des fantasmes et des regrets – la teneur énergétique est la même - de barres céréalières que nous n’avions pas emportés. Le génie warsenien, qui se manifeste lors des repas de famille par de nonsensiques conversations menant rapidement de l’innocente évocation d’un nid de frelons à détruire dans la façade du chalet sororal à la mise au point d’une pizza au polystyrène expansé pour obstruer le trou à conneries de mes neveux, nous susurra de nous serrer les miches en attendant que ça passe : lui faisant observer que se lamenter sur l’absence de vivres ne les faisait pas apparaître, je réussis à convaincre mon fils d’abandonner ses incantations, qui avaient pour but de faire se matérialiser un paquet d’abricots secs, et vu la propension de certains adolescents à mépriser les fruits et autres aliments vitaminés, il y avait déjà là comme un petit miracle. Et puis, contre la faim dans le monde, la saveur d’un bon bifteck rend tous les discours forclos.

La vigueur tardive et persistante de mon père, la saillance de certaines de ses obsessions et l’économie de moyens avec laquelle il les affiche aujourd’hui, loin des orgies de rationalisations et du décorum passés (sans parler des terrifiantes identifications que j’ai pu faire sur lui naguère, aggravées par mon refus d’observer les similitudes entre nous et d’accepter héritage & filiation) confirment ce que j’en lis ces jours-ci dans le roman « American Darling » de Russell Banks :

« La vieillesse est une lente surprise. A un certain moment, l’histoire personnelle de chacun cesse tout simplement de se dérouler. On s’arrête de changer. Notre histoire n’est alors pas achevée, pas terminée, mais elle s’immobilise pendant un moment, un mois, une année peut-être. Et puis elle repart en sens inverse, elle commence à se dévider à l’envers. C’est là une chose dont on fait l’expérience à un certain âge. C’est ce qui est arrivé à mes parents. Ca arrive à tous ceux qui vivent assez longtemps. Et maintenant ça m’est arrivé à moi. C’est comme si tout le but de la vie d’un organisme – ou en tout cas de ma vie – consistait à atteindre le point culminant de son potentiel avec pour seul objectif de revenir ensuite à son point de départ, à l’état de cellule unique. Comme si notre destin était de retomber dans le fleuve de la vie et de s’y dissoudre à la manière d’un sel. Et s’il y a une chose qui compte, c’est bien le retour et pas l’aller

Ingurgitez 600 pages bien tassées de cette confiture d’oranges amères : vous finirez par penser comme lui, ou plutôt par lui emprunter des bouts de phrases pour regarder votre vie à la lueur d’une clarté dont la teneur en watts semble supérieure à la votre, bien que la lumière en soit fort sombre. C’est là le symptôme d’une intoxication assez bénigne, puisqu’elle disparaît en quelques jours une fois le livre refermé (je n’en suis pas là, et pour l’instant ça me saoule tellement que je fais une crise de Warren Ellis, scénariste de comics outranciers). J’étais assez fan de Banks, et je m’aperçois que je le suis encore, mais le côté “littérature de l’irrémédiable” depuis que je l’ai repéré, n’emporte plus mon adhésion – il en existe une version madérisée avec Jim Harrisson, qui fait alterner coucheries consanguines, accidents karmiques et cuites mémorables dans un pseudo-désordre assez monotone, et que je n’arrive plus du tout à lire – et du coup, il a perdu le pouvoir qu’il avait sur moi. C ‘est redevenu du virtuel, et même si la densité et la complexité des personnages les rend plus vraisemblables que, au hasard, ma vie décousue, et bien que je me sente concerné par ce « portrait d’une femme antipathique que le narcissisme absolu mène au néant », le charme s’est rompu le jour où j’ai découvert que les tous les lecteurs de Russell Banks que je connaissais (2)dressaient le portrait d’un individu globalement déficitaire dans sa vision de soi et qui s’en remettait à un écrivain de fiction pour accepter le fait que la frustration est le lot quotidien à dépasser, avec l’efficacité que l’on imagine.

(2) au nombre de deux(3)
(3) moi inclus


l’inventeur de la pizza au polystyrène expansé teste pendant de longues heures sa dernière trouvaille : la planche de méditation à voile

samedi 28 juillet 2007

Tombeau pour 500 000 goldos



trois générations de Warsens (la plongée accentue l’effet “Gimli, fils de Gloïn”)

Six mois et quelques sans tabac, une fois de plus. Bah… Je sais bien qu’exalter le sevrage et ses vertus, à part au début pour se motiver, c’est le rendre plus difficile qu’il n’est vraiment, en faisant de la saisie dessus, comme disent les bouddhistes. Le vertige de l’altitude qu’on est censé avoir pris par rapport à ce qu’on était dans l’addiction devenant prétexte à une redescente rapide et pas du tout climatisée (1). Alors, en redescendant de la tête de Parmelan, dans le massif des Bornes (Haute-Savoie) je m’octroie une cigarette virtuelle. Portant deux doigts à ma bouche, j’y introduis une clope imaginaire, et je sens l’herbe à Nicot me brûler les poumons comme si c’était pour de vrai. Il me semble que cette cigarette fictive ne porte pas à conséquence, tant que je ne flambe pas le paquet dans la journée.
D’ailleurs, les jours où j’ai un arrière goût de cendrier dans le bec, je me dis que je fume gratuitement et que je nique la Seilta, et je passe à autre chose. Enfin j’essaye, parce qu’un esclavage de 25 ans, même si on l’abandonne “joyeusement” (tu parles) on en ressort quand même abîmé (dans le sens nietzschéen “Si tu plonges longtemps ton regard dans l’abîme, l’abîme te regarde aussi”). J’ai fait le compte, et j’ai déjà fumé 185 000 cigarettes dans ma vie, et je comprends très bien le sexagénaire Dino quand il me dit “j’ai mis vingt ans à arréter de fumer”, je me sens pareil. J’ai un ami qui a toujours un paquet dans sa poche, mais il l’a acheté il y a deux mois et il en reste quelques-unes dedans. J’en ai un autre qui a cru qu’après 9 ans d’abstinence il pouvait s’en griller une petite, et aujourd’hui il est encore plus accro qu’avant. Comme quoi ça n’a rien à voir avec le produit, tout est dans la compulsion…
” Les cigarettes avaient d’abord provoqué en lui une douleur psychique particulière, puis elles étaient devenues le remède particulier de cette douleur (…)
Même si la mort en résulte, la dépendance consiste à effacer la douleur par ce qui la provoque, et comme la mort est quand même au bout du chemin, qu’est-ce que ça peut faire ?” tel est le syllogisme de l’amertume que nous assénait Russell Banks au détour d’un paragraphe… C’est dingue, cette histoire de recherche de plaisir immédiat dans la souffrance. Accro au stress, accro à la souffrance… dans l’appartement vide et parisien que je squattais en janvier, j’avais trouvé “Pour une Vie Réussie, un Amour Réussi” sur la table de nuit, un livre d’Arnaud Desjardins qui en parle très bien. Desjardins, obscur objet de mon ressentiment mes premières saisies spirituelles… Accro à ce qu’on connaît, par peur du reste. Même si on ne connaît que les émotions négatives et les promesses sans suite de la littérature de développement personnel.

(1) “le manque de confiance augmente le nombre de contrôles de l’action qui constituent en fait des interruptions dans la mise en oeuvre de la procedure en question. Un gosse continue de tomber à vélo tant qu’il a pas capté qu’il a intégré la procédure au niveau de ses neurones, alors que ladite integration est effective.
C’est le passage de la mémoire procédurale à la mémoire déclarative: on sait
qu’on sait, on a alors confiance pour faire ce qui évite de se foirer en plein
milieu de l’action en l’interrompant pour vérifier qu’on y arrive” disait Vinz en 2003 sur la liste CL.

Commentaires

  1. Il me semble que la citation de Vinz, c’est le cas contraire de ce à quoi tu l’attribue. Dans un cas, on sait faire du vélo mais on ne le croit pas. Dans l’autre cas, on s’enthousiame de faire super bien du vélo alors qu’on s’est juste assis sur une chaise et qu’on imagine qu’on fait du vélo. Quand on s’en aperçoit, on est sûrement assez déprimé pour se dire que par terre on était aussi bien.

  2. Merci de m’aider à mettre le doigt à la fois sur le sujet de cet article et sur ce qui me gênait dans le raisonnement de Vinz : dans les faits il est impossible de savoir faire du vélo tout en feignant de l’ignorer, mais la pratique rend inutile l’énonciation d’une parole cycliste (tant qu’on reste dessus et qu’on pédale). D’ailleurs il me semble que tu as écrit quelque part que le Sage était autorisé à faire le bien à condition de l’ignorer.

vendredi 27 juillet 2007

La vie parisienne



carte de visite à la con

Cette nuit j’ai rêvé que je retournais vivre à Paris. Ni compagne ni enfants dans ce songe entièrement consacré au réemménagement dans un appartement minuscule, et à la satisfaction de retrouver du travail à la hauteur de mes compétences supposées… la disparition des miens et la satisfaction benoîte que j’éprouvais à retravailler comme un taré classe ce rêve dans la catégorie “aliénation salariale & identification au statut social” comme d’autres que j’ai faits récemment. Sur le plan professionnel, ma situation n’est pas meilleure qu’il y a 6 mois, date à laquelle mon employeur principal a cessé de faire appel à moi, mais l’état d’esprit est différent. Plus proche de l’esprit des 24 heures, de l’instant présent qui est le seul que nous vivions jamais, etc… Ce qui n’empèche pas ces préoccupations de ressurgir dans ma vie nocturne puisque le canal conscientiel diurne fait la sourde oreille.
Ca me rappelle un ami sage (sans disciples) qui “essaya” un jour l’héroïne alors qu’il était sous contrat de manutentionnnaire dans une entreprise de la grande distribution; la joie imbécile qu’il éprouva sous influence à accomplir les tâches les plus répétitives acheva de le convaincre de la grande toxicité du produit testé, et brisa en lui toute velléité de retenter l’expérience. Pour ma part, je remercie ma Puissance Supérieure d’avoir vomi tout mon quatre heures après un sniff d’héro dans les cabinets du Grand Odéon à Montpellier en assistant à la projection du film “Possession” de Zulawzki en compagnie d’un polonais destroy auprès duquel je faisais figure de boyscout niaisou. C’était l’bon temps.

mardi 10 juillet 2007

Trop de morbidité tue la morbidité



Il ne faut déclarer la guerre à la mélancolie qu’à condition d’être certain de la gagner.

Commentaires

  1. Salut John.

    Voilà longtemps que je n’avais pas été sur ton blog. Je suis content de voir que tu es toujours en train de progresser et je me réjouis de ne pas être tombé sur un message technique m’informant que l’auteur de ce blog est désormais inactif et qu’il a été tristement emporté par les griffes de Lilith.

    De mon côté, après avoir tenté différentes approches (avec et sans Internet), je me suis finalement résigné à admettre que la façon dont je m’y prenais pour m’en sortir était d’une importance insignifiante. Seule l’attitude compte.

    J’ai donc remis en ligne un humble blog, question d’exprimer tout ce que je ressens, avec cette fois l’intention inflexible de ne plus le supprimer bêtement.

    Je t’invite à me rendre visite et te souhaite une excellente journée. Bonne chance dans tous tes projets :o )

    Grisu, alias Spirit, alias John X, alias je ne sais plus trop quoi encore…

  2. Après être allé faire un tour sur ton blog, je dirai que la façon dont tu t’y prends, en tout cas depuis le 7 juillet, te garantit de continuer à NE PAS en sortir. Maintenant, si l’attitude qui consiste à prétendre que tu désires t’en sortir tout en t’offrant les moyens de continuer à pédaler dans la semoule, je veux dire à baigner dans le sperme et les émotions négatives, t’apparait seule compter, voire être furieusement rock’n'roll, n’hésite pas à persister. Après tout, on n’a que la joie qu’on se donne. Comme je te le disais en privé, sachant que j’ai fermé mon blog pour cause d’auto-addiction, calcule l’espérance de vie du tien…
    Par contre, je t’encourage vivement, sachant combien l’orgueil issu de la maladie sexolique t’en préserve, à poster sur le forum dépendance sexuelle, qui est là pour ça et qui permet d’allier l’utile (la reconnaissance du trouble compulsif chez l’autre) à l’agréable (le pissing contest, et sa variante d’un suprème raffinement : le no-pissing contest). Et à consulter un psy pour commencer à nettoyer toute cette merde que tu n’as pas renoncé à étaler joyeusement sur les murs de ta cellule capitonnée, et qui saura te le dire plus élégamment que moi. Et à aller en réunion DASA, parce que je suis sûr qu’il y en a une à deux pas de chez toi. Et encore une fois, sincères félicitations pour en être au même point que la dernière fois… il est manifeste que si certains coups de pied au cul se perdent, j’espère de tout coeur que celui-là atteindra son but.

  3. Wow. Je vois que tu n’as pas perdu ton mordant.

    Même si j’apprécie l’intention cachée derrière ton coup de pied au cul, je dois t’avouer que cette technique m’a fait avancer très peu jusqu’ici. Ma femme m’a elle-même donné de multiples coups de pieds au cul et il n’en a résulté que de l’irritation au derrière.

    Je retiens cependant ta suggestion de consulter un psy. Nous allons justement déménager en ville d’ici quelques mois, entre autres pour remédier au fait que nous n’avons aucune ressource ici. J’ai compris depuis un bout de temps que cette étape était incontournable dans mon cheminement.

    Concernant le forum, je ne comprends pas trop ce que tu me dis. Est-ce une vraie suggestion ou du sarcasme?

    Peut-être suis-je tombé sur un de tes mauvais jours et que j’étais la cible idéale pour décharger un peu de ton fiel mais j’avoue que je ne m’attendais pas à un tel message. Tu ne me connais pas et tu me juges à partir de quelques phrases sur mon blog. Je trouve ça un peu fort, tu trouves pas?

    Menfin… sans racunes… je sais qu’on ne peut pas toujours être au top de nos aptitudes sociales… Je suis le premier à comprendre cela.

  4. Merci de ta compréhension. Les mots qui m’ont fait flipper dans ton premier message sont “tristement” “résigné” “humble” “bètement” et “inflexible”. Ils témoignent de cette auto-contemplation - tentative de saisie émotionnelle en forme de prise d’otages que le moi exerce pour se donner une consistance - si bien décrite par Flo dans son post “l’espoir n’est pas un steak” en vente partout sauf ici (mais je l’ai glissé sous le paillasson du forum dépendance). D’où ma colère compassionnelle : tu restes un frère de misère, mais un bon coup de latte dans un électrophone qui passe un disque rayé, des fois ça le décoince. Et il y a aussi l’effet miroir chez toi, qui me terrifie. C’est des coups à me faire fermer mon blog pour de bon, ça.

    Mais le fait que tu aies survécu à ma réponse est bon signe.
    Le forum reste grosso modo l’auberge espagnole que tu as connue, mais sans Orroz. Le village des Schtroumpfs sans le Grand Schtroumpf, quoi.

    A toi de voir ce que ça t’apporte, sachant que tu n’en es pas forcément le troll le mieux membré.
    Je disparais en vacances jusqu’à fin aout à cet instant.
    Chpouf !

  5. Et ben, John, tu n’y vas pas avec des pincettes !! Il est sûr que cette colère envers Spirit-Grisu révèle un effet-miroir surprenant, à l’heure où tu décides d’outrepasser ta page de Voeux et renoncements. Et oui, tu n’es pas le seul à revenir sur le devant de la scène (saine?) et il me semble que chacun fait comme il peut, non ? L’important n’est-il pas de continuer… d’arrêter ?
    Je vous suggère à tous les deux de ne pas dénigrer une certaine “verticalité” dans votre démarche, comme le fait Bruno sur son blog, que vous choisissiez ou non la démarche spirituelle pour vous en sortir. C’est grâce à cette verticalité, à l’aide de quelques psys et à une volonté inébranlable (lol) que j’ai réussi à dépasser les 18 mois de sevrage.
    De son observatoire, qui lui permet de se tenir à l’écart des gémissements des dépendants en voie de sevrage, “le Grand Schtroumpf” vous envoie ses sincères encouragements.

lundi 9 juillet 2007

C’est dur de grandir ! (contribution au remplissage des nappes phréatiques)


Eric Loonis suggère de remplacer une action de gestion hédonique surinvestie défaillante par une autre. Il n’a pas dit qu’il fallait chanter juste.

Commentaires

  1. … et ça fait du bien ?

  2. “De la musculation asymétrique du poignet appliquée à la réussite des accords barrés”.

  3. J’ADORE !
    MERCI JOHN DE NOUS FAIRE PARTAGER CELA !!!!!
    TRES TRES BONNE INITIATIVE !
    Hyalf

  4. hehe j’ai hate de venir te voir chez toi avec ma guitare pour faire le con ;) on se fera les classiques de brassens ;)

dimanche 8 juillet 2007

Pornographie, extended remix


La télévision belge prépare une soirée sur le porno à la rentrée. Ils vont diffuser mon film, dont j’ai ressorti pour l’occasion la version longue, qui n’est pas pire, surtout que j’aurais sans doute du mal à retrouver aujourd’hui cet enthousiasme. John Warsen va devenir aussi connu en Belgique qu’Alain Delon au Japon.

Commentaires

  1. 1 cil soit il
    et com dizè 1 cannard de mes bon zamib
    “ça m’en bouche 1 coin”

  2. Bien vu john, dommage que ça pixelise un max mais bon, de toute façon il n’y a pas grand chose à voir, et le discours tient la route.

samedi 7 juillet 2007

les vraies raisons du mauvais temps persistant sur la majeure partie du pays

D’après mon expérience, être timide et mal dans sa peau prédispose à se tourner vers le Métal.