vendredi 31 octobre 2008

des séductions de l'esprit mauvais


Un ami vient dîner et nous comparons nos vacances récentes en Californie.
Mon fils dit son désir d'aller en vacances en Ecosse et dévoile sa motivation : y boire du whisky. Il aimerait aussi se rendre au Brésil. Je lui réponds que si c'est pour y voir des trans, si ce n'est que ça, on peut très bien lui servir un scotch devant un site internet de poutasses fiveur's, comme ça il visitera les deux pays en même temps de manière économique. Tout le monde rigole. Il ne s'agit que de répondre par la galéjade à une provocation, sans bavure policière ni échauffement des esprits.
Plus tard dans la soirée, comme mon ami lance un nouveau savon au nom d'insecte, et que cet insecte est de moeurs sexuelles plus que douteuses, nous ironisons sur la pertinence de ce nom, et les spots de pub que nous pourrions produire si la publicité ne se cantonnait aujourd'hui à une mièvre pornographie du bonheur matérialiste obligatoire, après des incursions frileuses dans le cynisme hara-kiri light dans les années 80.
On rit encore. On ne m'a pas encore raconté la blague que Christian Descamps, leader du groupe Ange, fait sur scène aujourd'hui : "il vaut mieux être gérontophile que pédophile, on a moins de soucis avec les parents" sinon elle serait de circonstances. Il arrive que le mauvais esprit soit bon enfant, quand on est dans l'acceptation de son potentiel.
Comme dans cet incunable retrouvé par un charognard dans une poubelle.

De : "Flo"
Date : Sat, 26 Jul 2003 07:32:18 +0200
À :
Objet : [conscience-lucidite] radio CL - le délire de 7h du mat'

Récemment j'ai eu une sorte de prise de conscience. Je me suis rendue compte qu'on était tous absolument différents les uns des autres, et qui si on consacrait son énergie à découvrir comment on était fait plutôt qu'à imiter le voisin, le problème de la réalisation ne se poserait probablement plus, parce que tout se ferait naturellement.
Je ne parle pas des exercices comme la Pensée Perceptive qui me semblent universels, mais de la façon dont on projette son énergie. Par exemple j'ai un copain qui autrefois était un (jeune) mage noir et qui s'est converti au bouddhisme depuis quelques années. Et maintenant il redevient mage gris... Pourquoi s'est-il converti au bouddhisme ? Parce qu'une personne bien intentionnée (c'est pas moi je l'jure !) l'a convaincu que c'était le seul salut possible. Malheureusement le lama et ses disciples ne lui permettaient absolument pas de projeter son énergie (de faire des projections intéressantes pour lui), donc la nénergie ne tournait pas, le serpent ne se mordait pas la queue, et ça n'allait pas si bien que ça.
Il y a une croyance fausse qui circule, c'est qu'on ne peut projeter sa nénergie que sur certaines choses : des gentils maîtres, des gentils yiddams, des gentils curés et des gentils zanges. On peut le faire sur n'importe quoi. Francis par exemple peut faire des projections sur les saunas, on dirait que ça lui réussit.
Oui mais, me dira-t-on, il faut que l'objet soit puissant pour que la transmission soit puissante ! Erreur ! Il n'y a pas d'objet puissant. Toute la puissance vient de nous. Qui n'a pas entendu d'histoire de types qui priaient des statuettes idiotes, des bouts de bois, que sais-je... et qui en ont reçu des transmissions ? Personne n'en a tiré la morale.
La morale, c'est que Tenzin Mandale Rinpoché ne vous sera d'aucune utilité si vous ne pouvez pas projeter d'énergie sur lui. Pour vous, il n'existera tout simplement pas.
Les apparences extérieures ne sont là que pour servir de support à la projection de la nénergie. En elles-mêmes, elles sont vides. Comme je le disais à mon jeune ami, prenons une messe noire :
- le matérialiste y verra des mecs avec des cagoules s'agitant pour rien
- le chrétien y verra un truc hyper malsain
- le sataniste y verra un truc hyper exaltant
- le mage y verra quelque chose de puissant.
Pour les uns, il y aura intervention d'une force (obscure), pour les autres, il n'y aura rien.
Qui a raison ?
TOUT LE MONDE !
Même s'il y a en soi des forces obscures, si nous ne sommes pas orientés de façon à les percevoir, elles n'existeront pas (comme un poste radio qui ne reçoit qu'une partie des fréquences). De même, si nous ne sommes pas orientés pour voir les forces "spirituelles", inutile de se diriger par là.
En fait nous sommes des postes radios qui ne peuvent chacun recevoir que certaines fréquences. Ce qu'ils nous faut absolument trouver, c'est les fréquences que nous pouvons recevoir, et ensuite les amplifier.
En revanche, l'erreur ultime, c'est de croire à l'objectivité de tout ça. Même si Tenzin Mandale Rinpoché EST puissant en tant qu'émetteur de sa propre nénergie, c'est un péché d'orienter vers lui des gens qui ne sont pas construits pour ça, car on les sépare d'eux-mêmes. Il y a des gens pour qui TMR n'existera jamais et il serait infiniment prétentieux de croire qu'il devrait exister pour tous.

C'est curieux parce que je connais quelqu'un qui est spécialiste de ça, et je me demande si ce n'est pas ce qui karmiquement lui revient dans la figure sous forme de différents problèmes. Il plonge un tas de gens dans l'angoisse, car il les convainc qu'ils doivent faire comme lui, alors que les pauvres ne sont pas faits pour ça. En fait, toute sa vue est faussée par ça. Il a sans arrêt des altercations avec les gens qu'il conclut par un discours du genre : ils voient la perfection en moi et ne peuvent que me détester.
Ce qu'il ne sait pas, c'est qu'il n'est parfait que dans son propre monde. Aux yeux des autres, il paraît plutôt bizarre. C'est comme moi, je serai très contente de moi quand j'aurai plein de muscle, mais j'ai conscience que pour les autres gens, ça n'aura pas la même signification que pour moi (surtout pour Vinz). ça aura même une signification négative pour pas mal d'entre eux. Mais si pour moi c'est le chemin vers la divinité, hein ? Qu'est-ce que je m'en tape de l'avis des autres ?
Et si le chemin de la divinité pour certains c'est de vivre dans une poubelle, amen je les bénis !
C'est quand on a trouvé son propre chemin que la confusion disparaît. Par contre il faut être sûr de l'avoir trouvé.
C'est pour ça que les religions sont la plus grosse entreprise anti-spirituelle de tous les temps. Elles imposent un chemin unique.

Bon. Je me dis que si je faisais des conférences sur ce thème, eh ben ça serait un peu nouveau. Seulement voilà j'aime bien parler pour beaucoup de gens, alors à moins de 30 personnes ça me ferait chier, et comme je suis personne j'aurai pas 30 personnes. Alors voilà j'en suis réduite à vous casser les oreilles.

Té, ça me fait aussi penser à cet ami, qui lui, juge la réussite au nombre de livres publiés, au nombre d'amis intelligents, et qui trouve ma vie nulle d'après ses critères et voudrait me convaincre de me bouger le cul, parce que décidément je gâche mon temps.

(Mon Dieu je jure de ne pas juger les gens sur la taille de leurs biceps ni sur le nombre de cactus qu'ils ont chez eux...)

ou dans le début de cette discussion sur un un café-philo où je n'étais jamais passé me servir un godet du temps où il était ouvert, mais que je trouve très bien fréquenté depuis sa fermeture. Discuter avec des morts ou des leurres ne me pose guère plus de problèmes que les cigales mâles qui cherchent à s'accoupler avec des mâles ou des femelles sans vie placés près d'eux. L'esprit mauvais n'est pas toujours pote avec le discernement.

dimanche 19 octobre 2008

pop culture



Hier soir j'ai enterré dans le jardin la pop culture avec Indiana Jones 4, parce que c'est vraiment "Harrison Ford contre la soupe froide qu'on lui sert à l'hospice" (et il a perdu dans les 20 premières minutes.)
Bon Spielberg a le droit d'être fatigué, il a bien oeuvré pour le cinéma populaire de qualité quand il était plus jeune.
La semaine dernière, Hancock c'était bien affligeant, aussi. On sent l'épuisement des formes culturelles, qui contraint les scénaristes à tenter des greffes bizarres entre groupes sanguins assez dissemblables. Au moins Indiana Jones c'était de l'auto-greffe, ça reste propre. Nul et vide mais propre, là où Hancock est violent et pitoyable dans son assassinat en direct de bonne idée de départ.
Bref je me suis endormi d'ennui devant mon écran plasma ultra-consumériste, ouah la louze.
Je connais quelqu'un qui faisait des critiques brillantes de films qui m'apparaissaient stupides, et j'aurais bien postulé pour essayer de faire l'inverse, mais le dernier film qui m'est apparu génial c'est Les Fils de l'Homme, et ça ne serait pas lui rendre service que de l'encenser avec mon imitation de mongolito.
Il y a aussi Jennifer Shiman qui vous fait sombrer dans une sorte de nihilisme cinématographique : après avoir visité son site, on ne peut plus regarder un film de fiction traditionnel sans l'imaginer réinterprété en 30 secondes par des lapins crétins...
Ca sent le nivellement par le bas.
Mais ce midi j'ai dû redéterrer d'urgence la culture pop, en plus je me rappelais plus où je l'avais inhumée, j'ai fait des trous partout dans le jardin mais ça valait le coup, parce que j'avais prévenu mes gosses qu'il y avait des séances de ciné à 4 euros jusqu'au 21 octobre (des fois je suis un bon père), et qu'ils m'ont trainé voir Kung Fu Panda, et que c'est un tel bonheur esthétique de voir la culture asiatique absorbée/digérée/recrachée avec de nouvelles épices, avec dissolution du corps du Maitre en Corps d'arc-en-ciel et tout, et je dis pas ça du tout pour qu'une certaine personne aille le voir, que c'était comparable en plaisirs et en intensités diverses à Ratatouille ou Monstres et Compagnie, et du coup c'était vraiment c'était une bonne journée à goûter des joies simples.
C'est la vie.

samedi 18 octobre 2008

un truc avec la mère (2)

Deuxième vague de feuilles mortes kamikazes endiguée sur la pelouse et refoulée dans le bois. Les vagues 3, 4 et 5 sont attendues jusqu'à fin décembre.
Dans ma tête aussi, les feuilles mortes se ramassent à la pelle.
Qu'en faire d'autre ? du compost.
Mon père m'envoie cette photo de ma mère, je suppose que le message caché c'est "Venez donc à la Toussaint, sinon j'lui crève l'autre."
Ou alors indignité et ignominie sont des vocables inventés rien que pour notre famille, sans vouloir faire de lexicocentrisme. Il y a une certaine tendance à exhiber des blessures, dont ce blog n'est d'ailleurs pas exempt.
Je les appelle, mais non, tout va bien, c'est juste les conséquences normales de l'opération de la cataracte.
Je suis traumatisé par cette campagne d'information sur les conséquences de l'alcool au volant "Pour que des telles choses n'arrivent plus, prenez conscience que boire saoul peut briser votre vie."
Boire saoul, comme je l'ai trouvé texto sur un site tellement bidon qu'il donnerait honte de faire partie des buveurs d'eau. Boire saoul doit donner envie de fumer des cigarettes électroniques.
Christophe le note dans son déroutant journal : "Sur internet j'ai trouvé : 'aigri : qui a eu trop d'expériences amères. Je cherche encore et je trouve : l'amer / la mère. Ok c'est clair non : je suis aigri à cause de la relation très mauvaise que mon enfant intérieur a avec les mères en général."
Je m'aperçois que je l'avais noté il y a 20 ans, mais c'était inexploitable.


alors que là, ça va au moins me faire reconsidérer mes rapports avec la mère de mes enfants. Sans parler de mes vacances de Toussaint, en attendant qu'un de ces jours la Toussaint et la fête des mères tombent le même jour.

vendredi 17 octobre 2008

la cigarette électronique ta mère










J'ai été récemment taggué par un spybot qui m'invitait à fumer des cigarettes électroniques.
Dure vie que celle du bloggueur auto-addicté, soumis à tant de tentations... Abasourdi par l'audace du robot vaguement humanoïde à la solde des labos enivrés d'autosatisfaction à l'idée d'avoir mis au point un produit si stupide, je me rends sur leur site. C'est là qu'on comprend les limites de l'approche techniciste, pourquoi la Bourse s'effondre, pourquoi Jesus ne sauve pas toutes ses ouailles... Bref, c'est l'instant de triomphe où les épiciers se prennent pour Néron, c'est l'instant de triomphe où les Anglaises se prennent pour Wellington.
Comment un fumeur peut-il croire qu'il va renoncer à son vice en se livrant au simulacre ritualisé d'introduire dans sa bouche un cylindre de plastique dont l'extrémité comporte une LED qui rougeoie dans le chuintement de vapeur d'eau qui s'en échappe ? Sa duplicité ne le cède en rien à la roublardise de celui qui lui propose un tel substitut, sans doute en vente uniquement dans les pharmacies. Aussi ridicule qu'elle soit ainsi vidée de sa teneur nicotinique, l'habitude funeste est reconduite.
La cigarette électronique est à la clope ce que le cybersexe est à l'amour, ce que le blog est à la littérature, la cigarette électronique pue des pieds, bref je crois que je préfèrerais refumer que tomber victime de cette merde.
Fin de notre rubrique "gagnez de l'argent avec de la publicité sur votre blog."


des robots un peu plus sympas, il y en a .


jeudi 16 octobre 2008

le rhinocéros de Monsieur Seguin

"Comme je l'ai déjà remarqué la semaine dernière, prends garde à la tentation de l'hermétisme, frêre. Elle comble assez bien la pulsion grégaire (car on se veut complice, et on l'est malaisément seul) et la soif d'élitisme, mais on n'est plus compris de grand monde, et j'ai cru comprendre que tu souffrais surtout d'isolement."
P'tain comment y cause, mon frêrot, on voit qu'il a fait des études.
"Et n'oublie pas que l'avidité et la jouissance sont incompatibles par nature."
Bien bien bien, alors aujourd'hui on va pas faire dans l'ésotérisme.
J'ai imaginé que la poignée de branleurs repentis qu'on était sur le forum dépendance sexuelle, on était un peu dans la position de Monsieur Seguin, on élève des chèvres en les sermonnant sur les dangers qu'il y a d'aller dans la montagne, où le risque de se faire bouffer par le grand méchant loup pornoïque est grand. Un jour ou l'autre, elles finissent toutes par ronger leur corde, et on n'en entend plus guère parler. Peu d'entre elles nous rassurent plus tard comme vient de le faire Spirit, à coups de cartes postales lénifiantes sur les merveilleuses vacances qu'elles passent à la mer, même si le verso de la carte s'orne d'un dessin épouvantablement grivois emprunté aux pires heures de Kiraz.

On ferait peut-être mieux d'élever des rhinocéros : bigleux, sourd, cuirassé comme mon pote Emkine,
le rhinocéros est relativement indifférent aux grands méchants loups pornoïques.
Mais d'un autre côté, dans ce cas-là, pas plus de Lettres de mon moulin que de beurre en branche.
Faut faire des choix.

mercredi 15 octobre 2008

Hyper-alcoolisation des (plus très) jeunes et krach boursier

Crise des subprimes : une explication très simple pour ceux qui essayent encore de comprendre.

Alors voilà, Mme. Ginette tient une buvette à Bertincourt, dans le Pas de Calais. Pour augmenter ses ventes, elle décide de faire crédit à ses fidèles clients, tous alcooliques, presque tous au chômage de longue durée.
Vu qu'elle vend à crédit, Mme Ginette voit augmenter sa fréquentation et, en plus, peut augmenter un peu les prix de base du "calva" et du ballon de rouge.

Le jeune et dynamique directeur de l'agence bancaire locale, quant à lui, pense que les "ardoises" du troquet constituent, après tout, des actifs recouvrables, et commence à faire crédit à Mme. Ginette, ayant les dettes des ivrognes comme garantie.

Au siège de la banque, des traders avisés transforment ces actifs recouvrables en CDO, CMO, SICAV, SAMU, OVNI, SOS et autres sigles financiers que nul n'est capable de comprendre.
Ces instruments financiers servent ensuite de levier au marché actionnaire et conduisent, au NYSE, à la City de Londres, au Bourses de Francfort et de Paris, etc., à des opérations de dérivés dont les garanties sont totalement inconnues de tous (c.à.d., les ardoises des ivrognes de Mme Ginette).

Ces "dérivés" sont alors négociés pendant des années comme s'il s'agissait de titres très solides et sérieux sur les marchés financiers de 80 pays.

Jusqu’au jour où quelqu'un se rend compte que les alcoolos du troquet de Bertincourt n'ont pas un rond pour payer leurs dettes.

La buvette de Mme. Ginette fait faillite.

Et le monde entier l'a dans le cul....


une archive incroyable mais vraie de l'époque où j'étais peu solvable, sauf dans l'alcool.

dimanche 12 octobre 2008

Expérience #53 : Devenir le média




J'ai vu cette lueur dans l'oeil de James Woods, dans Videodrome de David Cronenberg (Où finit la chair ? Où commence la manipulation du réel ? Qui décide réellement de ce qui est et de ce qui semble ?) : deviens le média.
Je l'ai revue dans l'oeil du rédacteur en chef de la station de télévision régionale où je travaille épisodiquement, lui qui a tout misé sur sa carrière, y compris sa femme et ses gosses, et qui s'y croit tellement que sa vie a beau craquer aux entournures, il continue d'être workholic et quand on lui avoue qu'on n'a pas regardé le journal du soir, au risque de ne pas avoir l'esprit d'entreprise, il nous regarde d'un air hébété. Deviens le média.
Je l'ai aperçue aussi dans l'interview de la nympho dans l'enquète sur la génération porno sur Arte quand elle disait qu'avec ses copains-copines elle essayait de reproduire des films pornos, sans trop bien savoir pourquoi : deviens le média.
Et puis pour faire bonne mesure, je la sens dans mon oeil quand j'écris sur ce blog, que j'avais ouvert pour faire comme vous - savez - pas - qui - mais - moi - j' m'en - doute, avec les résultats qu'on imagine. Deviens le média.
Comme si devenir le média allait nous délivrer momentanément de la nécessité d'être soi - ce qui dit comme ça ne veut pas dire grand chose - et de résoudre l'énigme que l'univers nous propose à chaque instant.
Il faudrait développer l'article vers la fusion/confusion, mais je roule un peu sur la jante.
Ce matin j'ai couru 17 km et j'ai passé l'après-midi à la mer.
Y'en a qui s'embètent pas.
Le Marshall McLuhan des temps post-modernes a failli naître.

vendredi 10 octobre 2008

la grande classe


"Taxidermia : Gyorgy Palfi's grotesque tale of three generations of men, including an obese speed eater, an embalmer of gigantic cats, and a man who shoots fire out of his penis!"

Comme un malheur n'arrive jamais seul, c'est Amon Tobin qui a fait la musique, avec son habituel big band fagoté au rayon électroménager.
Réservé aux amateurs de Fellini sous acide.
C'est ce qu'on appelle un public ciblé.
Le lien est dans les commentaires comme Jésus est dans l'hostie, comme le lièvre est dans ce pâté.

mercredi 8 octobre 2008

la vache qui ouït


Baisse de régime dès la semaine dernière. Du mal à chômer heureux et à geeker serein, surtout après avoir relu la définition du geek.
Après je vais accuser les autres d'hypocondrie, à tous les coups.
Dans le temps, je me faisais une petite compilation bien dépressive, plaisir d'offrir, joie de recevoir. Forme rudimentaire d'auto-érotisme, mais efficace.
Tandis qu'maint'nant, au lieu de râler contre les moyens croissants d'autisme sidéral, je peux monter ma maison de disques virtuelle et publier ma première galette en quelques clics !
Le lien est dans les commentaires.











Sans oublier qu'un jour il faudra lire les bons magazines, et se poser les vraies questions :

mardi 7 octobre 2008

invisibles à plus d'un titre (2)

Les Invisibles sont ©Grant Morrison

Ca fait des années que j'apercevais de temps à autre, en circulant à travers l'arborescence hiérarchique de mes disques durs, une poignée de fichiers coincés dans un sous-dossier invisible inclus dans un alias de disque dur ayant existé... dit comme ça ça n'a pas l'air très clair, mais ça ne l'était guère plus, des fichiers de rendus obsolètes de films compilés avec dvd studio pro, un vieux Steve Roach et même deux ou trois photos de cul, grumeaux témoins d'un passé révolu que je ne pouvais ni ouvrir ni jarter, je n'arrivais pas à cleaner mon install et à m'en débarasser définitivement, vu que la présence de ces fichiers était très aléatoire et ne se manifestait que dans un faisceau de circonstances que je n'arrivais jamais à reproduire exactement quand agacé de leur persistance, je tentais. Donc j'avais lâché prise, évidemment ils se rappelaient à mon bon souvenir de temps à autre, c'est toujours un bon test émotionnel si on monte dans le train d'agacement, et puis au moment de la séance de maintenance de la semaine dernière suite à un gros plantage, au cours de laquelle j'ai fini par découvrir tout à fait par hasard une incompatibilité entre ma nouvelle souris pc et mon ordi mac... j'ai eu un accès de lucidité, des infos qui se sont recoupées, j'ai posé une hypothèse, fait trois relevés topographiques avec les logiciels idoines et me suis débarassé du problème en une bonne après midi (norton antivirus, techtool pro 4 et gros passage dans les répertoires, quand même) et j'ai allégé mon disque interne de quelques gigas de fichiers invisibles mais bien là.
La situation s'est débloquée parce que toutes les causes contributives sont arrivées en gare à la même heure. Arborescences masquées + intuition + moyens habiles = fiat lux.
La prochaine fois que je vois passer dans ma tête des fichiers obsolètes dans des dossiers invisibles, je respire fort et je reste détaché.
Pour l'instant, rien que de réécrire ici, ça me troue.
Faut croire aimer l'hermétisme, ce dont témoigne mon post d'hier, comme le Grant Morrison des Invisibles, qui fait des chichis et des longueurs (pas étonnant que ça se soit pas vendu en France) qui sont peut-être leur propre mesure. Quelqu'un disait que l'oeuvre de GM était un commentaire sur elle-même. Ca m'en rappelle un autre : quant un blog est plein de "Notes Pour Moi-Même", on ne les relit jamais, l'importante est toujours celle qu'on est sur le point d'écrire, et quand on se publie pour que notre génie soit mieux connu, on est très déçu de croupir dans un isolement et/ou un succès d'estime qu'on imagine vaguement sarcastiques.

lundi 6 octobre 2008

train de pensées d'un jour brumeux















Il est bien loin le temps où je m'intoxiquais fébrilement de billevesées new age - même si par rapport aux calembredaines modernes, les miennes font plutôt old school.
Aujourd'hui l'inspiration se fait rare, et même si c'est pour dire des méchancetés gratuites, faut que je profite de la marée quand elle est haute.
Alors j'ai travaillé ces pensées éparses charriées par la mer des sarcasmes avec mon p'tit rabot à main, jusqu'à ce qu'il en reste ça. En fait c'est faux, c'est venu comme ça, comme un hedge fund pourri qui réclame sa créance déclinante. (rires enregistrés à très fort volume)

"Les femmes vieillissent moins bien que le pinard, surtout quand elles en boivent trop. Celles que nous aimions et qui se sont faites emboutir par le camion du temps (à moins qu'il se soit fait brûler la prio par l'estafette du caviste) n'ayant ni la politesse de mourir ni l'élégance de nous quitter, alors que nous leur montrons clairement par nos silences et notre apathie à leur endroit comme à leur envers que si nous n'avons pas la lâcheté de leur jeter des pierres c'est uniquement pour ne pas leur montrer l'étendue de notre indifférence... nous laissent déments y bullés.
Nous naissons et mourons seuls, et dans l'intervalle séparant ces deux instants d'inconnaissance, nous élaborons de pathétiques stratégies pour lutter contre la panique qui nous engourdit à l'idée d'être crucifiés plus de trois jours entre ces deux néants, nous peuplons notre désert intérieur de figurines de terre cuite barbouillées à la hâte, avec plus ou moins de succès à nous amnésier avec, selon que la nature et la culture nous auront dotés de ressources de stupéfaction, et que l'époque se prète à leur épanouissement.
Plutôt que de courir après de nouveaux cadavres en devenir pour remplacer ceux qui coincent déjà dans les armoires qu'on n'ose plus ouvrir de peur d'y tomber sur le sien, tu pourrais exhumer du cagibi du passé le sentiment amoureux, indépendamment des personnes sur lesquelles il a pu s’exercer. Rappelle-toi de l’intensité, juste avant que la frustration ne lui tranche la gorge, rabaissant alors l’existence au rang de “misérable miracle” dépeint par des poètes aux mots inspirés mais aux vies chétives."

tiens là ça vire de Cioran à Michaux, je vais enfin attaquer sa biographie que ma mère m'a offert il y a quelques années déjà. Et puis il ne faudrait pas que quelqu'un qu'on connait prenne ça pour elle ou pense que ça ait quelque chose à voir avec du réel en cours, si tant est qu'elle y comprenne quelque chose.. d'abord, n'est pas Cioran (et encore moins Michaux) qui veut, mais quand il s'agit de désengorger une impression désagréable et diffuse en la mettant en dehors de soi, même si lorsque ce faisant on a de fortes chances de s'apercevoir qu'elle est encore dedans, au moins ne squatte-t-elle plus au-delà de l'espace qu'on lui a attribué en la dépeignant à rebrousse poil... et puis sécréter sa propre adrénaline sans tomber de l'emmerdement dans l'enfer-me-ment, ça se réussit pas du premier coup...
J'ai écrit ça sous l'abribus du délirium délétère, en pensant assez fort à quelqu'un, mais du coup la forme est super-datée, même lui il ne parle plus comme ça aujourd'hui.
Apparemment, moi, si.
Il faudra que je fasse le match retour en imaginant le point de vue de la nana sur son mec, et que c'est pas tous les jours des vacances d'agrément non plus, hein, faudrait pas croire.
En attendant, je le lui poste, et il me répond :
"Ta pensée est pour le moins judicieuse cher ami, quoiqu'un peu brutale pour être livrée telle quelle à un lectorat féminin qui n'en comprendrait pas le cynisme vengeur ! Mais peut-être que tu as plus de temps de pratique avec cette sorte de résignation terrible... je vais donc recopier dans mon cahier d'idées pour laisser reposer et ressortir plus tard quand sera venu le moment de faire un livre sur ce désenchantement-là... à bientôt "
Ca veut dire qu'il est aussi confus que moi dans sa pensée, ou quoi ?
Je n'ai fait qu'enfiler des perles au cul pas rares en contrefaisant une forme verbeuse qu'il, que nous affectionnions de partager ensemble...
Finalement l'inconscient sait très bien ce qu'il fait : qu'on m'adoube pour le "cynisme vengeur" et la "résignation terrible", amis douteux qu'il vaut mieux avoir en photo qu'en pension, mais adoubement que j'ai bien cherché, et je sens bien que je faisais aussi fausse route qu'hektor canon quand il se prend les pieds dans la vacuité existentielle à base de quiproquos sur les tenants et les aboutissants des situations dans lesquelles il s'implique. Ainsi lui réponds-je que le "cynisme vengeur" est condamné à l'autodestruction, parce qu'on ne prend jamais "sa revanche" sur quoi que ce soit, l'univers n'est pas câblé comme ça, d'autre part parce qu'il m'est effectivement arrivé d'avoir à renoncer pour amoindrir des frustrations, et qu'il faut bien voir la ligne de démarcation entre résignation (forme raffinée mais éreintante de suicide au quotidien : on s'enferme dans la tombe avec le cadavre de quelque chose mort-né qui commence à se décomposer) et renoncement, où on laisse tomber quelque chose, soit qu'on peut pas l'avoir soit que la motivation chute d'elle même ou sous la cause d'une influence extérieure. La moindre confusion entre ces deux entités psychologiques se paye cash. Notre inconscient n'est une cage d'escalier malpropre taggée au marker fluo par un concierge farceur, n'en déplaise à Thiéfaine et autres idolâtres entichés d'entropie. Ou alors il s'est simplifié la tâche : il s'agit de nous inciter à nous reproduire. Par tous les moyens. Point barre.
"Excuse moi de t'infliger ces cogitations matinales au fur et à mesure qu'elles émergent de mon pantalon de pyjama." conclus-je benoitement.
Je pourrais vous faire la même remarque.

à relire en écoutant "metavoïd" par lustmord (le lien est dans les commentaires) :
si la complaisance était une musique, ça serait le dark ambient.
Sans déconner.

dimanche 5 octobre 2008

contre la crise de nerd, un silence plus profond

C'est dimanche, on va pas se saouler plus que de raison, d'autant plus que hier je me suis aperçu que ça faisait déjà 16 ans jour pour jour que je n'avais plus touché un verre d'alcool; j'ai trouvé un utilitaire pour faire comme les cyber-voyous qui confondent piraterie et flibuste, je mets en ligne un Steve Roach récent, et je jure que je vais en acheter une pelletée sur amazon (quand on écoute l'original et la copie compressée en mp 3 on se rend compte qu'on est en train de perdre l'oreille, à force d'écouter des bandes passantes écrétées, c'est comme regarder des vidéos sur youtube ou dailymotion...)

Le lien est dans les commentaires.
j'explique : en général, sur les blogs musicaux hyper-spécialisés par genre, ils mettent le lien dans la partie "commentaires" de chaque article : là où on peut en principe déposer un commentaire dans un blog normal : en bas de l'article, et avant le suivant, indiqué par la ligne "comments" en anglais ou "commentaires" en français, généralement précédé du nombre de commentaires auquel l'article a donné lieu.
donc tu cliques sur la partie commentaires, qui s'ouvre en général dans une nouvelle fenètre, et soit tu tombes sur le lien direct, soit sur une adresse à recopier dans ton navigateur, qui renvoie vers l'adresse du fichier, en général un serveur rapidshare ou megaupload. Celui-ci (le serveur) te demande éventuellement de recopier un mot de passe pour s'assurer que tu n'es pas un robot; puis il te permet de télécharger le fichier.
Une fois le fichier téléchargé, il faut le décompacter, sur mac avec unrar, sur pécé en général il trouve l'utilitaire tout seul, winrar je crois.
Mais sur http://music-share.blogspot.com/
par exemple, il y a un mot de passe pour décompacter le fichier, c'est "fucksarko".
Là chez moi c'est sans.
un mec à qui j'expliquais ça l'autre jour m'a dit "Des fois j'ai l'impression que tout le monde me parle en chinois, ou que j'ai changé de planète un truc comme ça!" et pourtant ce gars-là était féru d'internet, de sites, de mises en ligne... il avait dû décrocher pendant quelques mois, et son cerveau n'arrivait plus à se remettre dans le bain. Il se traitait de crétin alors qu'il n'était qu'ignorant.
La technologie moderne, dans le train de laquelle nous circulons à marche forcée, nous laisse-t-elle d'autre choix que d'être cyberplouc ou addict ?
Fait notable, dans le temps, quand on téléchargeait un fichier sur megaupload, on était assailli d'images de famapouals, ou de simples portraits de jeunes et jolies femmes qui voulaient soi-disant nous rencontrer.
Uh uh, c'était même pas vrai mais c'était désagréable pour ceux qui n'étaient pas encore immunisés contre des images avec lesquelles ils avaient parfois été en résonance depuis plusieurs années.
Il leur était donc déconseillé de fréquenter de tels sites; il semble que le ménage ait été fait, et que les cochonneries aient été regroupées ailleurs.
Allelouia.

samedi 4 octobre 2008

cinquante Steve Roachs, et après au lit



Allez, hop, comme John Horus dans Black Summer, je me ballade entre flashbacks et temps présent, sans trève ni repos.
Qu'est-ce que je m'amuse, vous n'avez même pas idée.
Je me demande bien pourquoi, quand je regarde sur le site de Steve Roach s'il a pondu de nouvelles galettes, je suis toujours pressé d'écouter son dernier album. Qui risque fort de ressembler au précédent, et au suivant.
Enfin, si, je sais pourquoi, c'est de l'avidité déplacée vers un objet moins brûlant qu'avant.
J'en ai déjà plus de cinquante, des Steve Roach, et je suis la risée de ma famille, à jamais banni des platines, d'ailleurs mon grand-père disait "Steve Roach c'est comme les films de fesse, quand on en a vu un on les a tous vus", mais il ne m'a jamais dit combien il en avait vus lui, surtout que dans les années 70 ça devait pas être évident, et de toutes façons tout ce qui est figuratif sur le plan musical me suffoque désormais, dit-il en montant de l'autre main un film sur ses vacances en Californie qui sont parties bien loin avec mes éconocroques qui ont tout fondu à cause de l'effet de serre qui ne s'attaque pas qu'aux banquises. La glace fondue ça a un arrière-gôut de miko décati, l'économie fondue on pense aux bagnoles neuves marchant au di-esther qu'on aurait pu se payer.
Mais j'aime bien l'ambient music parce qu'elle décourage la saisie émotionnelle; essayez d'écouter un vieux Pink Floyd sans que vos 15 ans vous retombent dessus, au moins juste un tout petit peu, vous comprendrez.
Donc, l'ambient music, au début, quand j'écoutais Steve Roach, je visualisais sans le vouloir des américaines quinquagénaires en traitement musicothérapeutique post-cancéreux, casque stéréo bien enfoncé sur leurs oreilles, bref j'étais victime de mes présupposés musicologiques. Y'a des disques d'ambient qui font ricaner presque aussi fort que quand on feuillette un bouquin au rayon spiritualité de la fnac.
Mais Steve Roach, quand même, par rapport à la musique occidentale désespérément rythmée qui découpe le temps en petites tranches hachées fin fin parce que comme ça elles seront plus rentables, lui il fait des nappes, s'étire des réverbs dans des durées improbables, et pour faire du pranayama, c'est un environenment sonore agréable.
Plus on est de sourds, moins il y a de rires.
Je suis tombé récemment sur une brève histoire de l'ambient volume 2, assez bien faite comme il dit le monsieur du blog musical avec l'accent ricain. On n'entend ni l'accent ni le timbre des gens en lisant leur blog, dommage, ça serait instructif.
Mes appétits grossiers et mes super-pouvoirs ont tôt fait de me faire mettre la main sur le volume 1, un peu plus kitsch, mais bon, qui n'a jamais eu l'impression de se faire arnaquer en écoutant Fripp et Eno ? si on l'avait acheté avec nos sous, on s'obligeait à l'écouter jusqu'à ce que ça nous plaise, et ça prenait parfois longtemps.
J'aimerais bien faire blog musical, des fois, envoyer des fichiers RAR sur megaupload ou rapidshare, depuis que e-mule agonise de vérolation on est obligé de télécharger du bittorent et y'a que des trucs ricains à se mettre entre les oreilles.
Mais je n'arrive pas à trouver un bon utilitaire pour archiver des mp3 en fichiers RAR sur mac OS X, et le fou de laswell a mis fin à son séjour blogguesque. Si vous savez, n'hésitez pas.
Vous savez où j'habite.

vendredi 3 octobre 2008

usa 6 : black summer



















Depuis qu'on s'est promenés là-bas, j'essaye de comprendre un peu la culture américaine.
Je lis des comics en version originale, waow.
Quand j'étais petit et que mes parents avaient attrapés le communisme, je n'avais pas le droit de lire Strange, alors que j'avais un besoin vital de super-héros que ni Pif le Chien , ni les Tristus et les Rigolus, ni même Corto Maltese, qui y faisait ses premières apparitions, ne pouvaient pleinement combler.
Les comics ont grandi, ce qui était aussi improbable que si Spirou était aujourd'hui affligé d'éjaculation précoce, mais bon...
Superman, au départ, combattait les nazis. Les Américains n'ont jamais pu s'affranchir du bon Dieu et de ses avatars omnipotents qui font fondre le babybel avec les yeux: le super-héros c'est un mix entre l'archange free-lance et le sous-off au royaume de la libre entreprise, qui devrait prochainement faire des noeuds avec les immeubles de Wall Street en ayant enfermé tous les traders dedans, parce que vraiment, ils ont trop déconné avec les sous de la veuve de Carpentras.
En attendant, les mythes et le monde ont bien changé, et Warren Ellis imagine des super-héros tellement préoccupés du bien commun qu'ils vont dessouder le président des Etats-Unis. Ca fait plus bavure à la The Shield, et c'est un cran plus loin qu'Authority, qui s'interposait et n'hésitait pas à s'immiscer au coeur de la raison d'état quand l'incurie gouvernementale lui semblait entraver la marche du monde. Mais bon, c'est jamais que de la bédé, quoi, hein, c'est pas non plus le petit livre rouge du XXIème siècle.
On ne trouve pas ça en France, même en import, parce que Ellis s'est entiché d'un petit éditeur chelou et sulfureux, Avatar Press, pour tout ce qu'il fait de non-mainstream. Et il en fait quelques kilomètres chaque année, souvent à la limite de l'auto-parodie.
A San Francisco, après avoir marché quelques kilomêtres sur Divisadero Street j'en ai acquis quelques fascicules, ce qui fait de moi l'Hector Kanon de la branche nantaise de l'élite geek néo-nerd.
Surtout que la première fois je savais pas que la rue faisait 8 bornes, je suis arrivé après la fermeture du magasin.
Sinon, on les trouve par les voies illégales habituelles, même si lire des bédés sur l'ordi conduit en enfer (et les yeux au cimetière).
C'est plutot du brutal et qui tache, et le dessinateur se prend pour Geoff Darrow époque Hard Boiled, il y a une bonne osmose entre eux. Ils ont fini çui-là et ont déjà mis en chantier un autre projet qui s'annonce aussi trash et grandiloquent.
Voilà.













































http://en.wikipedia.org/wiki/Black_Summer

jeudi 2 octobre 2008

le retour d'hector kanon




Libon, l'auteur de Hector Kanon, dit de son anti-héros qui refile par erreur la diarrhée à Iggy Pop :
"Il navigue dans des univers qui me sont complètement incompréhensibles... Le fait que je sois complètement à coté de la plaque niveau branchitude m’aide beaucoup. Hector, c’est ce que ça donnerait si je décidais d’avoir sa vie et sa grande gueule: une catastrophe. Il y a quand même des situations où je me suis inspiré de moi. Dans l’épisode du petit café à l’ancienne, je suis plus ou moins dans tous les personnages... "
D'accord, il ne s'agit que d'une forme bénigne de tragédie comique autour de la vacuité existentielle à base de quiproquos de personnages tellement aliénés qu'ils ne peuvent interagir sans se méprendre totalement sur les tenants et les aboutissants des situations dans lesquelles ils s'impliquent, mais ça fait du bien.
Après tout une bonne partie de notre vie consciente se déroule ainsi, malgré des résultats moins spectaculaires qu'Hector, à croire que nous sommes tel type de personne impliqué dans tel cas de figure, alors que les conséquences de nos actes (et de nos non-actes) racontent une toute autre histoire.
C'est pourquoi il faut acheter son premier album "Une certaine élite" et l'offrir à des amis malades. Au besoin, prendre des amis sains et les rendre malades, l'album est vraiment très salubre et les remettra d'aplomb; et je garantis aussi le retour de l'être aimé dans les 3 jours sinon finie la garantie.

J'en ai déjà acheté trois, ce qui fait que j'ai dû lui faire gagner pas loin de 6 €; c'est généreux de ma part, mais insuffisant, d'autant plus que j'ai volé un épisode récent sur un forum où un plus fou que moi a scanné tout un numéro de fluide glacial, heureusement il est allé un peu trop vite et la dernière page est un peu floue, appâtés par l'échantillon gratuit défectueux, il faudra donc acheter aussi le prochain album. Qui se présente quand même très très bien.