mercredi 31 décembre 2014

Tout ce que nous regardons nous envahit (malheureusement)

A l'occasion de la sortie d'un épisode de la remarquable série anglaise Black Mirror Spécial Noël, je trouve un bon article sur l'acrasie, cousine éloignée de l'anhédonisme.
"L'akrasia (étymologiquement du grec kratos, le pouvoir, et a-, préfixe privatif) est un concept philosophique d'abord rencontré chez Platon, qui désigne communément une faiblesse de la volonté. Par exemple, vous dépassez en voiture un accident (les secours sont sur place) et ne pouvez vous empêcher de regarder, voire de chercher un cadavre ou l'image la plus impressionnante de ce qui vient de se passer, tout en sachant que vous pourrez peut-être ne pas supporter cette image ou qu'elle vous choquera. Platon, dans la République (Livre IV, 440a), prend l'exemple de Léontios quand il explique la tripartition de l'âme et en particulier le rôle des humeurs (tymos en grec) qui prennent l'ascendant sur l'esprit. Léontios, qui rentre de Persée, veut réfréner son envie de regarder des cadavres de personnes qu'un bourreau vient d'exécuter, car il juge que c'est mal de céder à ce penchant morbide. Il ne peut cependant pas s'en empêcher et finit par céder en disant, s'adressant à ses yeux « Emplissez-vous de ce beau spectacle !». L'akrasia réside exactement dans ce paradoxe. Le concept apparaît donc, chez Platon, d'abord dans le cadre d'une éthique qui tente de répondre à la question : dans son action, l'homme ne peut-il vouloir que le bien, ou peut-il vouloir le mal ?"
C'est une question dont on ne peut nier la légitimité.
M'enfin, chacun fait ses choix.


Rien à voir :
Comme cette photo le prouve, j'ai eu 25 ans le jour de Noël.
C'est la fête !

samedi 5 juillet 2014

Maquereaux


Je ne connais pas d’idée plus anxiogène que celle que je viens de lire sur un blog spiritualiste : un lama prétend qu'après la mort, nous sommes dans un monde de conséquences, non de causes, et que c'est pour cette raison que plus rien ne peut être corrigé.
L’idée qu’une conscience perdure post mortem pour constater les dégâts (?) sans pouvoir réagir en actes m’affligerait au plus haut point si je n’avais déjà parfois l’impression de vivre ante mortem cet état « où plus rien ne peut être changé » dans un monde de conséquences où les causes ne sont plus accessibles.
A nouveau rongé par différents cancers virtuels, je préfère me retirer de la vie bloguitique, à l'instar de Jospin en 2002, et j'ose espérer qu'on ne me verra plus trop par ici, car la contemplation morbide de mon nombril épilé pour un été de folie au camping des flots bleus me procure d'importantes crampes menstruelles.
Ca ne m'a pas empêché de ressurgir précédemment par un quelconque tunnel à droopys, mais là, le comité de lecture a jugé bon de m'avertir que j'avais vraiment perdu le feeling du bloggueur, et qu'il valait mieux pêcher des maquereaux au large des Sables d'Olonne, que c'était plus constructif, sauf pour les maquereaux.


mardi 1 juillet 2014

Interactif

Suite aux menaces proférées ici m'aime, j'ai essayé de lire le roman "Le Prestige" de Christopher Priest sur mon Ipad.
Au départ, c'est une histoire de doubles, et d'identité.

Heureusement que j'avais vu le film, d'ailleurs inutilement tortueux et alambiqué !
Sur le livre, je rejoins l'avis de Nébal, qui n'est pas la moitié d'un con, Nébal dont je serais le double caché,  spectral (s'il acceptait les quelques kilos que j'ai à perdre avant l'été) et fantasmé, comme dans le roman, d'ailleurs si je lisais des livres à la même vitesse que lui je n'aurais plus de problèmes d'engorgement de fichiers téléchargés et non regardés, bien que j'aie récemment empilé 10 romans de Christopher Priest dans mon soutif numérique avant de me rendre compte que c'était le même délire que quand je stockais des films tombés du net, il y a à peine plus d'un quart d'heure.
Collectionnite et cancer de la dictature de la nouveauté.
Comme certains procédés littéraires utilisés par Christopher Priest contraignent l'astucieux mais grugé par avance lecteur à de fréquents retour en arrière pour comprendre comment il s'est fait enfumer par le narrateur, le support papier est indéniablement supérieurement interactif au livre électronique, qui contraint à reculer de 200 pages une par une comme s'il s'agissait de frotter l'écran tactile jusqu'à ce qu'il fume, prenne feu et nous renvoie à l'âge de pierre des livres en vrai bois d'arbre.
Le roman de Priest est brillant, mais le support me disconvient, et en plus on ne peut évidemment lire en plein soleil, l'été c'est un peu dommage.
Ca rejoint la vieille ( plus de 3 ans...) pub brésilienne qui tournait en dérision la technologie en démontrant la supériorité du livre.



Et sans vouloir tomber dans la pensée magico-religieuse, je pense que je l'aurais mieux mémorisé si je l'avais lu sur papier.
De nombreuses études attestent des problèmes en voie d'apparition de fragmenta la lecture numérique tion attention.
http://johnwarsen.blogspot.fr/2009/07/internet-rend-il-bete.html
http://alaingiffard.blogs.com/

lundi 30 juin 2014

La crème des teams, le tour des crews

Le meilleur tracker P2P francophone privé plie les gaules fin juin, victime d'obscures dénonciations. 
Adieu G*s, je vais enfin avoir du temps pour regarder tous les films et séries empruntés chez toi.
Mais des transfuges m'invitent sur un de ses successeurs, apparemment fréquenté par la crême des traducteurs, des développeurs, des encodeurs et des sous-titreurs, qui se proposent de mettre le meilleur des films indés à la disposition des happy few.
De ces demi-dieux qui décident si vos sous-titres seront incrustés ou non dans les séries que vous récupérerez sous le manteau, si elles seront visibles sur vos lecteurs de salon ou s'il faudra vous contenter de les visionner sur votre ordinateur parce qu'un Régis aura confondu le H264 avec le codec YUV Planar 4:2:0.
D'un côté je suis flatté : il m'a suffi d'échanger quelques viles boutades avec un ou deux membres, et me voilà enrôlé vers de nouvelles casernes tantriques où l'ombre des plaisirs  filmiques s'allongera toujours plus loin vers l'inconnu.
De l'autre, je sais que l'avidité à voir des films aussi bath qu'inédits n'a jamais été chez moi qu'un paravent à une forme malsaine d'avidité déplacée, puisque la réalité, la beauté et la vérité ne sont pas des trucs à télécharger alors que, bon sang de bois, y'a que ça de vrai.
Et qu'il y a longtemps que j'ai quitté l'illégalité joyeuse pour m'enfoncer dans l'empilement absurde.
Bon an mal an, j'arrive à regarder 5% de ce que je prends ici et là.
Au départ, avec le P2P, j'étais stupéfait de l'abondance de l'offre.
Trackers publics ou privés, tout ce qui a un jour été publié ou diffusé sur le mode payant était certain de se retrouver piraté, offert en partage, sur 5,10, bientôt 200 offres illégales, download pur, streaming, et j'en découvre chaque jour davantage sur la face cachée de l'iceberg.
Non seulement l'offre continue à être pléthorique, mais elle s'accroit de façon exponentielle en se diversifiant, et les bons endroits se traquent, s'échangent sous le manteau et se méritent, comme partout, en tout cas c'est ce qu'on prétend une fois qu'on y est rentrés.
LE PARTAGE ! L'ECHANGE ! c'est ce que me serinent les bandes de jeunes délinquants qui me haranguent sur les cyber-trottoirs pour que je fréquente leurs douteuses échoppes, fréquentation qui leur fournira la justification nécessaire à la poursuite de leurs activités. Il faudrait des batteries de sociologues pour déminer ces concepts emblématiques d'une jeunesse perdue dans les limbes de la transgression hadopiesque.
Après tout, j'ai moi-même vécu de belles années sous l'emprise du fantasme de partage total, à étaler des peintures rupestres sur les murs de ma caverne électronique.
Et j'ai toujours ce problème de vouloir remplir mes disques durs, ma télé et mon cerveau avec des  fichiers / films / pensées qui ne sont ni à moi ni de moi, bien que je sache par ailleurs que mon moi n'est qu'une fiction issue du cerveau d'un séminariste fatigué.
Bref, franchement, je ne sais pas ce que je fous sur cette nouvelle Mecque du cinéphile exigeant.
Même si je suis ravi d'y être.
Ca a beau être le Saint des Saints, la nouvelle Babylone où l'un des membres peut signaler à la cantonade la sortie d'une version HD du film SF de l'été avec Scarlett Johansen une semaine avant sa sortie en salles et un second lui refiler l'adresse pour trouver les sous-titres dans la foulée, ils m'ont tous l'air un peu obsédés à l'idée de produire du contenu avec leur nouveau joujou de forum au nom du fun et du partage; j'avoue que  je croyais m'y entendre, alors que souvent je ne comprends pas un traître mot des messages qu'ils échangent entre eux.
Normal : d'une part c'est une guilde hyper-spécialisée avec ses codes vestimentaires de tchatche et son vocabulaire fait d'impénétrables acronymes, d'autre part comme me le disait un pépé de 86 printemps croisé l'autre matin en faisant mon jogging, ici je suis subitement un vieux con.
On est toujours le vieux con de quelqu'un, et c'est l'occasion d'une salubre remise en forme question.
Autant je comprenais la franche camaraderie qui règne sur les forums de partage d'images et de vidéos pornos, autant ici, le dévouement au service de la cause du film qu'il est bon, qu'il est peu connu et encore moins diffusé, me stupéfie par son incongruité humaniste.
Est-ce qu'il n'y aurait pas un peu d'anhédonisme éclairé là-dessous ?
Si tu ne peux te soustraire à l'outil, deviens l'outil ?
Quand on travaille dans les nouvelles technologies d'un peu trop près, qu'on est professionnellement condamnés à s'emmurer vivants entre des falaises de code, n'est-on pas tenté, à un moment donné, de compenser cette existence virtuelle par la volonté d'y acquérir le prestigieux statut de fournisseur de contenus, comme un Netflix gratuit ?
Il n'y a qu'à voir ce que le créateur du nouveau forum hyper-secret a gravé au frontispice (dessus) :

** Qu'est-ce que c'est ?
-- C'est un forum, tout simplement. Au sens étymologique du terme, un forum est un lieu où l'on se rencontre et où l'on commerce. Historiquement, un forum se trouve au centre d'une cité, mais dans le néant virtuel nommé Internet, après l'effondrement des cités et des états (ou de ce qui est digne de s'appeler un Etat), ce mot a pris le sens de lieu où l'on partage "librement". ** est donc un lieu de partage, sans cité ni état d'où provienne ce qu'on partage et sans les contraintes habituelles qui régissent le partage, mais avec d'autres dispositifs de contraintes beaucoup plus insidieux et sadiques.
-- Qu'est-ce qu'on partage sur ** ?
-- Du vent. Des oeuvres de la culture numérisées réduites en un nombre minimal de bits faits pour être transférés d'un disque dur à l'autre à des cadences inhumaines. Certaines personnes souffrant de carences affectives liées à un déficit d'attention parentale ont développé un lien si fort avec certains de ces amas de donnés qu'ils ont décidé de créer un forum dédié à leur numérisation, à leur conservation et à leur partage, à ces amas-de-données-là et non à d'autres. Elles ont nommé l'objet de leur obsession morbide des films "indépendants" (suggérant qu'ils l'étaient eux-même, indépendants, les grands garçons). Ils les ont opposés aux films mainstreams. Bref ils ont créé le forum où tu es.
-- Pourquoi ce forum ?
-- Ce forum naît d'une observation: les films indépendants subissent mal la compétition avec les blockbusters. Les blockbusters sont nommés ainsi parce qu'ils sont largement diffusés, font beaucoup d'entrées, et par conséquent, sont les plus partagés et les plus seedés dans les endroits où on les télécharge. Ils ne le méritent pas. L*H, KIN*MA et d'autres sont les noms des groupes d'amateurs, aussi nommés des "teams", qui se sont consacrés à encoder ces films dans le but de les promouvoir. Au moment de la fermeture de g*s, en se rendant compte du constat sus mentionné, ces membres ont décidé de partager directement sur ce forum. De cette manière, ils espèrent s'améliorer mutuellement, être plus proches de ceux avec qui ils partagent, et éviter la débandade qui aurait lieu si ce forum n'existait pas.
-- Maintenant, j'ai un doute... Est-ce que vous êtes une secte ?

-- Non... en tout cas pas une secte millénariste. Nous ne proclamons pas la fin du monde pour une date donnée (même si certains films diffusés le font). Par contre nous révérons tous une idole, le x264, et nous vivons dans l'attente de jours meilleurs pour le monde du P2P francophone. Si nous étions une secte, nous serions donc beaucoup plus proches des juifs dans le désert plutôt qu'une des sectes orgiaques du New Age. Oui, je sais, désolé...
Enfin, ce forum n'a pas vocation à se faire connaître des importuns. Evite donc toute publicité dans des endroits inadéquats, par exemple, dans les toilettes de ton lycée ou sur le forum doctissimo. Pour autant, les amateurs de bons films sont les bienvenus. Si tu repères un spécimen, généralement reconnaissable à son allure globale décatie (même quand il est jeune) et à sa faculté d'analyser la réalité sur le mode cinématographique (même sans s'en rendre compte), libre à toi de l'inviter en utilisant l'onglet d'invitations, et ce après lui avoir soutiré une adresse mail valide (préférablement gmail) en lui promettant tout ce qu'il pourra trouver ici et/ou ici(et même un peu plus, car ils sont souvent naïfs). Attention, ils se laissent facilement approcher (ils aiment la flatterie et le goût du sucre) mais, étant lâches, ils fuiront dès qu'ils croiront qu'il y a une embrouille. Ne parle donc surtout pas du bunker souterrain, ni de la sélection des femelles.

On est bien en présence d'esprits forts, en tout cas rebelles et mutins, retranchés dans un fortin au large des côtes de la Barbarie. La cause est sans doute noble. Pourquoi est-ce que derrière cette pépinière de talents qui avancent masqués, je ne vois parfois que des individus instrumentalisés par des machines et des processus industriels en quête de destinées humaines à broyer ? Il y a 7 ans, dans une série d'articles un peu mieux inspirés que çui-çi  (Demons 1 à 12) je prophétisais qu'un jour j'en viendrais à incriminer la conspiration des tuyaux.
Je crois que j'y suis.
Aussi déglingué que Charlie à la fin de Des fleurs pour Algernon, sans faire usage de produit.
Maman serait fière de moi.
J'ai toujours bricolé mes blogs pour me faire mousser quand j'étais en déficit dans le réel.
Etant entendu que je n'y obtiendrai  jamais la reconnaissance dont je rêve, vu que je ne m'y prends pas du tout comme il faut, et qu'en plus si j'y réfléchis 30 secondes, ce n'est pas du tout mon but.
Ok.
C'est entendu.
Mais eux ?
La crème des teams, pour moi c'est le tour des crews : j'y suis scotché, alors que j'aimerais déjà dévisser.
D'où cette courageuse dénonciation anonymisée et relativement illisible, dans l'espoir sans doute déçu de me faire bannir.

Le cyberdep combattant l'hydre du P2P
(vue d'artiste)

mercredi 25 juin 2014

Indignez-moi !

J'ai voulu racheter des têtes de rasoir HQ8 (Philips) et Braun 5612.
Petite recherche sur Amazon : 
32,99  + 25,06 €, frais de port gratuit.
Je pose la question à mon petit revendeur qui a miraculeusement survécu à l'invasion des Leclerc Géants : 
64,00 + 55,00 €
"Ah quand même, la différence est de taille, lui fais-je remarquer. Savez-vous que c'est deux fois moins cher sur Amazon ?
- Ah ben ça m'étonne pas, me répond-il, ils n'ont ni magasin, ni vendeur, et ils ne les achètent pas à l'unité, eux".
Et puis il laisse la conversation s'éteindre, il pense que je vais quitter le magasin et commander sur Amazon, comme le font sans doute nombre de clients moins fortunés et moins élégants que moi, que je suis juste passé l'humilier au bureau.
- "Bon tant pis, je ne tiens pas à favoriser la disparition du commerce de proximité, je les commande chez vous, allons-y."
Il est un peu surpris, du coup il me fait un rabais sur la Braun 5612.
Je ressors de son échoppe en m'interrogeant sur la capacité du capitalisme à s'auto-niquer, et en m'étonnant que nous n'en soyons pas déjà tous morts.

Dans un univers parallèle en réalité augmentée, il existe une version un peu plus ambitieuse et moins naïve de cet article, qui explique que de tout temps, le grand capital a mis par terre le petit commerce, qui s'adapte et s'en remet, ou disparait au nom de la sélection naturelle, que tout ceci est très normal quoiqu'immoral, et que c'est au consommateur final, doué d'une conscience bien que situé tout en bas de la chaine alimentaire, de faire ses choix.

jeudi 19 juin 2014

Kestechian

C'est la seconde fois en quelques mois que je tombe sur un dépressif profond qui écoute religieusement Charles Aznavour en cachette. La coïncidence est frappante, car les deux victimes partagent d'autres points communs très particuliers :
-une dépression liée à la perte de la mère ou de son substitut symbolique.
-une identité psycho-morphologique troublante (forme du crâne, pli tombant des paupières supérieures, regard éteint, hébétude générale, atonie de la voix et fragilité émotionnelle).
L'écoute innocente des chansons du vieux chanteur d'avariétés est-elle l'origine ou la conséquence de l'effondrement psychologique ?
Rappelons qu'en français Aznavourian signifie Kestechian, et que si je ne lui ai jamais vraiment prété attention, c'est parce qu'il m'arrive de retélécharger en loucedé les vieux Gérard Manset qu'il avait lui-même envoyés au pilon, et on le comprend.
Mais que fait la police ?

lundi 16 juin 2014

Viens donc au epuB boire un p'tit coup et lire un book, hein ?

Il y a 8 jours encore, je ne jurais que par le livre papier.
Mais depuis que je me suis fait enfler par le jury du prix Hugo, dont je trouve qu'il a indûment récompensé le Black-Out de Connie Willis, ou alors c'est que la SF est vraiment une littérature en état de mort cérébrale, me laissant à la tête de 500 grammes d'un récit réservé aux réparateurs d'ascenseurs spatio-temporels en retraite désireux d'élargir leurs horizons spéculatifs, j'ai décidé de chercher une alternative à l'achat de livres issus de forêts écologiquement gérés, parce que j'en ai déjà plein la maison et que je ne peux pas tous les refourguer sur le bon coin pour qu'ils continuent leur vie sans moi (la vie d'un livre, c'est d'être lu.)

Je voulais donc acheter mes prochaines lectures d'été au format électronique et les mettre dans notre Ipad, mais je viens de découvrir qu'il existe au moins un hypermarché de l'illégalité http://toutbox.fr/ qui permet de se remplir la musette avec des livres au format epub (pour lire avec Ibooks, comme je le découvre ingénûment et sans doute sur le tard) sans débourser un kopeck, quitte à les acheter après les avoir lus si ils nous ont plu.

C'est dingue.

Aussi ébahi que quand j'ai téléchargé mon premier divX, j'ai trouvé 10 romans de Christopher Priest, auteur recommandé par tous les sites et blogs de SF, gratuitement déverouillés par la team TrucKrew, y'a plus qu'à se baisser pour les empiler dans sa liseuse.

Il est certain que l'offre dépasse largement la demande, et si je n'ai pas envie de provoquer le suicide des libraires après n'avoir pas peu contribué à celui des disquaires, mes recherches m'encouragent néanmoins à devenir l'enthousiaste fossoyeur de la littérature. Il faut que je revoie mes prémisses.

Et puis, c'est la même absurdité que le téléchargement compulsif de films, de séries, de musiques ou de bédés : où trouverai-je le temps d'ingurgiter tout ça ?

Sans parler d'avoir accès à notre Ipad familial en vacances, vu que les filles de la maison ne crachent pas dessus.
Sans parler du sable dans le port USB, des difficultés de mémorisation engendrés par la lecture sur support numérique, et sans parler du chien.

dimanche 15 juin 2014

L'échec sans cesse renouvelé du narcissisme comme stratégie identitaire


Foin d'instantanés aux couleurs passées en guise de mémoire glorieuse : je décroche tous les colifichets et autres photos avantageuses qui pendouillent depuis des lustres au mur de mon bureau et les range dans un tiroir.
Il y a un vieux photomaton qui me rappelle qu'avant de tomber sous les coups des Nazguls de Morgoth, j'avais plutôt une bonne tête, à part la vitrosité du regard dûe à un début d'abus de substances éthyliques.
En tout cas, rien à voir avec celle que je fais maintenant, cette expression constipée qui me signale alentours comme le roi de la frustration.
Bénissons le fait qu'il y a sûrement une excellente raison au fait que je ne puisse plus écrire d'article(s) sur les états schrödingeriens de mon nombril (ni vivant ni mort), et profitons de ce répit pour faire un peu de méditation en suivant les précieux conseils de Fabrice Midal.
             
              *
Si je ne puis prétendre avoir envie de fumer du Tabac en ce moment, eu égard aux inconvénients avérés de la plante, j'ai quand même l'impression que l'Esprit du Tabac se taperait sans doute bien le Warsen en ce moment.

                                                           *
Un jeune couple de Deschiens plus vrais que nature, rencontré sous un pont de la Mayenne, à Laval : ils me demandent à quelle heure passent les radeaux, persuadés que "les Boucles de la Mayenne" c'est une course de radeaux, alors qu'il est de notoriété publique (et placardé partout en ville depuis une semaine) que c'est une course cycliste dont nous sommes déjà au quatrième jour. Ils semblent avoir la comprenette endommagée à un point tel qu'une armada de travailleurs sociaux leur mange sans doute dans la main. J'ai mal pour eux, mais c'est de l'empathie mal gérée, à l'idée de devoir me mouvoir dans un monde où tout soit ainsi mal posé, mal fichu, confus et ne fonctionnant pas comme je le pensais. Le lendemain, je me rappelle des domaines de ma vie dans lesquels je peux faire encore des efforts pour qu'on puisse envisager que je les aies compris et intégrés. Moi aussi, des fois je guette des radeaux sous un pont, sachant pertinemment que c'est des vélos, et qu'ils vont passer au centre ville.                                      

mardi 3 juin 2014

La Belle Vie - Matthew Stokoe

Début mars, alors que je passe quelques jours lascifs dans l'albigeois, alerté par la lecture distraite et complaisante du supplément littéraire du Monde des livres, je tombe là-dessus :


"... sans doute le roman le plus cru écrit sur Hollywood. Dans sa préface, l'écrivain Dennis Cooper, dont les livres n'ont pas froid aux yeux non plus, le compare à Fight Club de Palahniuk et à American Psycho d'Ellis. Autant dire que la violence, la perversion et la noirceur absolue sont au rendez-vous de cette plongée terrifiante dans la face cachée du rêve hollywoodien. Il faut s'accrocher pour lire les aventures de Jack, qui rêve de côtoyer les stars, mais vit dans un studio de troisième zone à Venice. Pour s'en sortir, il ne va pas hésiter à passer au-delà des limites, tutoyant les dingueries les plus ultimes..."


Bon, ça a l'air plaisant, et je n'ai rien à lire à part Matthieu Ricard, alors je dégotte une édition de poche dans le vieil Albi.
L'éditeur a cru bon de rajouter un sticker translucide "BRUTAL / politiquement incorrect / VIOLENT" sur la couverture pour que les enfants ne le confondent pas avec Watch Dogs.

Hélas : en fait de descente aux enfers, le narrateur de La belle vie semble coupé de lui-même et le livre est plutôt ennuyeux : des pervers y sodomisent des cadavres, d'autres se masturbent avec des reins fraichement prélevés à d'innocentes victimes, on y violente de vieilles prostituées coprophages, mais dans une absence d'affects totale.
Heureusement pour l'auteur, qui ne s'est pas embarrassé d'une empathie dangereuse avec ses personnages, et fait oeuvre de moraliste et de théoricien du nihilisme observé à travers une vitre sans tain. Dommage pour le bouquin qui, sans chair restent tragiquement désincarné : tous ces gens courent après des désirs transgressifs qui ne peuvent leur apporter que frustration, compulsion de répétition et mort (dans cet ordre-là) sans que ça ait vraiment éveillé mon intérêt, au delà de la quête un peu vaine du blasphème total, comme y disent là :

J'aurais mieux fait de lire Matthieu Ricard.

lundi 2 juin 2014

Comment convertir un .sub en .srt sur Mac Os X

Je découvre sur un forum sécurisé de bittorent une version 720p de « Sorcerer », l’adaptation réalisée en 1977 par William Friedkin du roman «Le salaire de la peur » et qu'il considère comme son meilleur film maudit de tous les temps.
La dernière fois que je l’ai vu, c’était sur cassette betamax, je devais avoir 19 ans et j’avais été affreusement impressionné.
Joie !
Mais tout a un prix.
Après récupération des fichiers, il s’avère que les sous-titres sont encodés dans un fichier .sub + .idx (qui permettent le sous-titrage en plusieurs langues) au lieu d’un bon vieux fichier .srt
Allons bon : Mon lecteur Western Digital Elements Play ne saurait s’en accomoder.
Me voici parti à chevaucher les forums, à chercher des logiciels pour convertir le .sub en .srt ou toute autre hypothèse heuristique à tester.
Je croise plusieurs solutions : sub2srt-python, reSync, Avidemux_2.6.8., subcleaner_1.0b7
Certaines sont sur pc, d’autres en open source (je ne comprends même pas comment les ouvrir sur mac) et d’autres logiciels sont encodés en 7z, format assez rare qui compresse plus et mieux que le .rar, justement, donc il faut déjà trouver un décompacteur à ce format, et blablabli et blablabla.
C’est la Babel moderne, et je ne suis pas loin d’y perdre mon latin si je n’avais acquis une certaine logique de recherche au cours de ces dernières années, c’est le genre de problèmes qui se présente aussi au bureau et sans doute dans toutes les entreprises qui ont maille à partir avec l’informatique.
Bon, au bout d’une heure je suis prêt à lâcher l’affaire, quand je comprends en un éclair que je peux donner les fichiers .idx + .sub à manger à mkvtoolnix en même temps que le mkv d’origine et l’export wav de la piste audio (mon WD ne lit pas les pistes .dts) et qu’il va multiplexer tout ça.
Je commence donc ma semaine avec deux heures de retard.
La Peste soit des loisirs numériques.
La semaine prochaine, nous verrons comment j'ai réussi à supprimer le mot de passe EFI/firmware d'un Mac antérieur à 2012 pour pouvoir accéder à la partition Recovery HD sous Lion.
Celle d'après, comment j'ai mis fin à ma misérable existence.

samedi 24 mai 2014

Liquides II



Je regarde ce documentaire sur le jeûne.
Puis je me lance, je ne veux pas prendre 10 kgs en cessant à nouveau de consommer du tabac. En perdre 10, ça serait même chouette. Je pourrais trottiner un peu plus vite sur les chemins de campagne. Pas de motivation transcendantale, on sait ce qu'elles donnent chez moi; je m'autorise un peu de jus de soja, c'est des protéines, et j'ai vu dans le film que c'est ça qui craint quand on jeûne, la fuite des protéines, qui constituent les muscles. Je fais provision de jus de fruits, aussi, et je m'autorise à craquer si je craque (je vis avec des gens qui continuent à manger, qui font partie de ma famille, et le repas du soir est quasiment le seul rendez-vous social d'assuré dans une journée de semaine normale.)

Au bout de 3 jours sans manger, je m'aperçois à quel point la nourriture est une croyance, et que si on cesse de pratiquer le rituel de s'alimenter, qui la soutient, on ne s'écroule pas, le monde non plus. Pas de vertiges, pas de faim à se tordre les boyaux, pas de fatigue excessive; faut dire que je teste dans une période de repos professionnel, mais je suis actif à la maison, je repeins portes et fenêtres.
Le soir du 3eme jour, ça va tellement bien que je m'autorise à prendre un repas en famille (c'est une preuve par l'absurde, mais je commence à regarder la bouffe comme si c'était quelque chose de vaguement obscène; il ne faut pas que ça devienne hallucinatoire à ce point)

La 4eme nuit je dors très mal, j'ai l'impression d'avoir pris des neuroleptiques (ni sommeil ni veille : l'organisme se demande avec une certaine inquiétude s'il aura de la bouffe le lendemain et ne dort littéralement que d'un oeil)

Le 5eme jour,  je peux bien avoir perdu 4 kgs, tout le monde à la maison me fait comprendre que j'ai un comportement exécrable, aussi infect que dans mes pires moments et aussi narcissique que d'habitude, alors je comprends que la frustration n'est pas ma meilleure copine en ce moment, que ça ne fait que 4 semaines que je ne fume plus, j'ai beau ressentir une empathie tout à fait inédite envers les gens qui souffrent de dérèglements du comportement alimentaire, je voulais perdre 10 kgs en 10 jours, c'est possible, mais ça va mettre tout le monde à genoux moi le premier, je me dis que je vais plutôt supprimer le repas du soir.

mercredi 14 mai 2014

Liquides

J'étais en réunion Alcooliques Anonymes l'autre soir, histoire de chercher une bouffée d'air en ce qui concerne le ressassement et le ressentiment qui sont un peu dans l'air du temps suite au fait que j'ai du mal à accepter mon âge, mon passé et ma mauvaise humeur, sans parler de celle de ma femme.
J'y ai croisé quelques collègues eux aussi anciens adeptes de l'alcool, cette forme liquide d'auto-érotisme dont l'abus a une issue aussi prévisible que malheureuse, comme les autres formes d'auto-érotisme connues de nos services, par exemple les blogs, le jogging, la lecture de comics sur Ipad et la poursuite d'objectifs qui ne sont plus de saison.
Il n'y a qu'en réunion AA que je me reconnecte avec une certaine forme de lucidité ni complaisante ni ricanante sur l'erreur que j'ai pu faire jadis de m'enfermer dans une bouteille pour me consoler de ce que je ne pouvais ni avoir ni être. 

samedi 29 mars 2014

Maître de la matière - Andreas Eschbach

Il y avait déjà l'astrophysique camerounaise, la diaspora Inuit et l'agronomie saharienne.
Désormais, Il faudra aussi compter avec la science-fiction allemande.

mercredi 5 mars 2014

Moi, Lucifer - Glen Duncan


Livre difficile à suivre, tantôt pénible, soudain réjouissant, puis de nouveau agaçant deux paragraphes plus loin, tant l'auteur (Glen Duncan s'est vraiment efforcé de se mettre dans la peau de Lulu, lui-même momentanément incarné dans celle d'un mortel glauquissime... bref, y'a du lourd et de la piste gigogne...) s'amuse à semer les chausse-trappes et les digressions oiseuses, prétendant que c'est dans sa Nature.
Quelques bonnes feuilles, néanmoins, sur les nazis, la nature du mal ou la pédophilie, qui se méritent et se savourent au milieu de la loghorrée d'un Lucifer tout esbaubi d'être incarné dans la peau d'un romancier minable le temps d'un improbable pari sur sa rédemption.
Plus retors que le run de Mike Carey sur Hellblazer.
Irritant dans le bon sens du terme.

http://www.scifi-universe.com/critiques/6763/moi-lucifer-2011-le-diable-dans-la-peau

jeudi 13 février 2014

Lointain souvenir de la peau



C'est rare que j'achète un livre dès sa sortie, sans attendre l'édition de poche. Mais bon, avec Russell Banks, il n'y a pas trop de danger d'être déçu. Et puis, le sujet me touchait d'assez près. Tellement près, d'ailleurs, que j'ai calé au milieu quand je l'ai acheté il y a deux ans. Il aura fallu que ma chérie tombe dessus et le dévore pour que je le reprenne. Le moins qu'on puisse dire, c'est que j'en ai eu pour mon argent.

Le héros est un gamin de 22 ans, sans prénom, le Kid, avec pour seul ami un iguane; c'est un délinquant sexuel presque par erreur. N’eusse été une erreur de jugement, une incompréhension du monde, une solitude immense, le Kid n’aurait pas franchi le pas, irrémédiable, qui le fait se retrouver, à l’aube de l’âge adulte, habitant d’un campement de délinquants sexuels, perdu sous un viaduc entre des pédophiles et des violeurs. Il essaie d’avancer, un bracelet électronique à la cheville.
Ce Kid, c’est presque le cousin de Bone, héros de "Sous le règne de Bone", roman que Russell Banks a écrit il y a près de vingt ans: le même sens de l'humour, une certaine irrévérence. Ce pourrait aussi être un neveu de Bob Dubois, dans Continents à la dérive, qu’il signait il y a un peu plus de trente ans. Des personnages qui glissent, personne ne les rattrape.
A part l'intelligence et la sensibilité de l'auteur, qui se coltine ces redoutables questions par le biais de la littérature :
«Le monde du Kid je ne le comprends pas. Je ne comprends pas le monde de la délinquance sexuelle. Je ne sais pas ce que c’est d’être à moitié analphabète, à peine capable de se débrouiller. Je ne comprends pas le monde d’incompréhension dans lequel vit le Kid. Je ne comprends pas la mentalité tordue du Professeur [autre personnage central du roman, professeur obèse brillant et indéchiffrable]. Je ne sais pas ce que c’est de peser 150 kg, d’être à l’intérieur d’un corps si énorme, d’être accro à la nourriture, d’avoir un passé compartimenté… La seule manière de comprendre ces mystères, c’est de passer deux, trois ou quatre ans avec ces personnages, en les habitant et donc en habitant leur monde, grâce à la fiction. La fiction permet de vivre des vies que vous n’auriez pas pu vivre autrement, et être avec des gens que vous ne pourriez pas fréquenter si la littérature n’était pas là. C’est la seule manière de comprendre.»



http://seren.dipity.over-blog.fr/article-i-ve-got-you-under-my-skin-sur-lointain-souvenir-de-la-peau-de-russell-banks-101367054.html

http://www.telerama.fr/livres/lointain-souvenir-de-la-peau,78754.php

http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com/article-lost-memory-of-skin-de-russel-banks-114733028.html

http://www.slate.fr/story/52219/russell-banks-lointain-souvenir-de-la-peau-litterature

mercredi 12 février 2014

Méditations

Lundi, Fred Mitterand avait invité Francois Cheng à propos de son livre «Cinq méditations sur la mort - autrement dit sur la vie» aux éditions Albin Michel…

http://www.franceinter.fr/emission-jour-de-fred-francois-cheng-medite-sur-la-vie


A la fin de l’émission, Fred a cité Etty Hillesum, et c’est toujours salubre de l’entendre :
« En disant: ‘J’ai réglé mes comptes avec la vie”, je veux dire : l’éventualité de la mort est intégrée à ma vie; regarder la mort en face et accepter cette mort, cet anéantissement, toute forme d’anéantissement, comme partie intégrante de la vie, c’est élargir cette vie. A l’inverse, sacrifier dès maintenant à la mort un morceau de cette vie, par peur de la mort et refus de l’accepter, c’est le meilleur moyen pour le plus grand nombre, parce qu’on en a peur et qu’on ne l’accepte pas, de ne garder qu’un pauvre petit bout de vie mutilée, méritant à peine le nom de vie. Cela peut paraître presque paradoxal : en excluant la mort de sa vie on se prive d’une vie complète, et en l’y accueillant on élargit et on enrichit sa vie. »

Etty Hillesum, Journal, Jeudi 17 septembre 1942