dimanche 31 décembre 2017

Dieu est un chargeur allume-cigares USB (4)

Résumé des chapitres précédents : 
Démerdam Sie sich. 
Y’a pas marqué Netflix.
Spoil : y'avait un peu de mou dans l'épisode 3.
Beaucoup de personnages, peu d'action, on s'est encore fait balader par les scénaristes.

4.


2018 et ses cartes de voeux stupides et déprimantes,
qui s'avancent déjà en un menaçant cortège
vers nos boites mail. Ca va spammer grave.
Une semaine plus tard, je suis au bureau, et Mr Legouffre s’engouffre pléonastiquement dans cette opportunité de rendre visite à ma femme en mon absence programmée, pour évaluer sur pièces et main d’oeuvre le coût de remplacement du gainage du conduit d’évacuation des fumées de la chaudière qu’elle a cramé. 
Il déplore lui aussi qu'on n'ait pas une clause spéciale écrite en corps 9 dans le contrat d’entretien, qui incluerait l'entretien du conduit, ha ha c'est ballot on le fait pour d'autres clients, il rigole tout le temps, c’est une stratégie de défense totalement inefficace que je le verrai déployer plus tard devant l’expert massif de la MACIF et qui a le don d’exaspérer ma compagne, résultat des courses elle le fout littéralement dehors sans préavis ni ménagement au bout de quelques minutes chrono, cette femme humiliée dans sa chair dont les intérieurs tarte meringuée sont maintenant tapissés d’une fine couche de suie et qui en conçoit un dépit plus que légitime, comme si un mauvais plaisant avait oublié sa tarte meringuée au frigo depuis trop longtemps, mais que le frigo maintenant elle habite dedans vu que la chaudière a cramé, alors elle m’appelle dans la foulée, un peu troublée d’avoir réagi si vivement face à un connard de macho ricanant, vous savez comment sont les femmes, programmées mais imprévisibles, faut juste trouver le mode d’emploi qui est à l’intérieur, elles sont là comme des huîtres et c’est les mecs qui doivent les ouvrir. 
Je la rassure sur son impétuosité, il sera toujours temps de refaire un devis pour le conduit quand les experts se seront mis d’accord sur la réfection de la chaudière et de la baraque, je n’ai pas bac + 12 en Consolation de Ma Femme mais parfois je sais trouver les mots justes qui rassurent, il suffit de regarder l’autre comme une fin en soi, et non comme un moyen. Et si l’huître pouvait voir qu’elle a en face d’elle un individu, un vrai, ça irait beaucoup mieux. Et vice-versa. Si les mecs arrêtaient de voir les nanas comme des poubelles où déverser leur frustration, ça irait mieux aussi. (op.cit.)

Je l'ai relu l'année prochaine,
ça sera aussi bien que d'habitude.
Et le jour tant attendu finit par arriver sans qu’on ait fait quoi que ce soit de particulier pour le hâter, à part des ablutions rituelles raccourcies du fait d’une température peu clémente : une réunion au sommet entre Legouffre, son assureur, l’expert massif de la MACIF, et nous, les heureux propriétaires d'un logement insalubre qui était comme neuf grâce à Matt Brilland pas plus tard qu'en attendant l'année dernière. La conférence de Yalta, à côté, c'était une conversation d'ivrognes au bistrot du coingue, congue.
Ca se passe plutôt bien : la chaudière est auscultée, les peintures murales dévisagées, les mines sont compassées, les sourires rares et tendus, sauf Legouffre qui poursuit sa tactique de défense perdue d'avance d'imbécile heureux, avec son sourire à manger de la vous-savez-quoi, l'expert massif de la MACIF l'accule alors dans ses derniers retranchements, et le condamne pour défaut de conseil (le ramonage préventif de la cheminée de la chaudière).
Alors moi je sais bien, pour en avoir discuté avec mon technicien conseil de chez Legouffre, que c'est pas du tout ça qui a engendré le sinistre, dont la cause probable est le mauvais réglage du clapet commandant l'arrivée d'air dans le corps de chauffe lors de la visite d'entretien annuel qui remonte au mois de mai.
Mai, car il y a un mai, il faut bien qu'une responsabilité soit déclarée, assumée, et sanctionnée, dans ce terrible combat à fleurets mouchetés entre experts et assureurs, afin que le sinistre soit évalué, quantifié, budgetisé, et que nous puissions être rétablis dans la jouissance de notre maison remise à neuf comme qui rigole, mais un peu jaune, comme une tarte meringuée restée au frigo depuis trop longtemps.

(à suivre)

samedi 30 décembre 2017

Dieu est un chargeur allume-cigares USB (3)

Résumé du chapitre 1 :
Vrououfff. Pschsrtschk. Rrrooonnfffllll. Mmmmuh ? Yyyuuurrrgggg !!!! 
Résumé du chapitre 2
Koff koff ! Frott frott. Oups ! Frottfrottfrott...Re-Oups !

chapitre 3

Le fond de l'air est frais chez les Warsen. Les deux petits radiateurs électriques puent affreusement l'électricité nucléaire recuite, et peinent à décongeler l'immense loft de 2000 m2 qu'ils ont aménagé sous les combles de leur maison.
Appelé en urgence, Stéphane, votre technicien conseil chez Legouffre & Associés (1), a diagnostiqué que la chaudière, au contraire de Jeanne D'arc, n'était pas morte après avoir brûlé, que c'était à cause de l'arrivée d'air qui était mal réglée et qui avait contraint les flammes à chercher une issue, mais qu’il fallait refaire le gainage du conduit de la cheminée d'évacuation, qui était tout fichu, d'ailleurs, regardez, quand je gratte, ça s'effrite. Vous l'avez faite ramoner il y a longtemps ?
- Ramoner ? Pardon ? c'est que vous ne me l'avez jamais proposé ces quinze dernières années; je savais même pas qu'il fallait faire ramoner le conduit de la chaudière.
- Ah ben ça dépend si c'est inclus dans votre contrat d'entretien, faut regarder.
Il dit ça en nettoyant l'intérieur du corps de chauffe, boursouflé de concrétions noirâtres, puis diagnostique un bon fonctionnement malgré le conduit obstrué par des débris de conduit, et s'en va. 
Je rallume la chaudière, juste pour voir, elle s'étouffe au bout de 3 minutes.


Mon tiroir à soufflets,
don anonyme de ma femme
lors du Black Friday du détournement
de bien social à son bureau :
un ilôt de rangement
au milieu du chaos 
Après une enquête administrative poussée dans mon tiroir à soufflets, on n'a pas de contrat d'entretien, puisque Legouffre & Associés a racheté l'activité de la boite qui nous faisait l'entretien de la chaudière précédemment, et qui a cessé son activité. Ils ont poursuivi sur l'ancien contrat, que je ne retrouve pas non plus. Et pourtant, c'est bien rangé dans des classeurs, moins bien qu'au bureau, mais quand même, je me demande bien où il est passé.
J'ai bien peur de l'avoir jeté en faisant le ménage dans le dossier des prestataires d'entretien de chaudière, il y a déjà quelques lunes.
Entre-temps, on a décidé de faire appel à l'assureur, la peinture tarte meringuée s'est bien assombrie partout, ainsi que les plafonds, une fine pellicule de suie plein les murs et les toiles d'araignée gothiques aux angles, suie qui se révèle surtout quand on soulève les tableaux et tentures accrochées aux murs, c'est plus clair derrière qu'autour.
Et on n'a pas de chauffage, et l'hiver arrive, comme dans Game of Thrones.
Et ma peinture rupestre au rez-de chaussée, technique éponge grattée tendance Francis Bacon.


A la fin de sa vie, Francis Bacon
peignait vraiment n'importe quoi.

La prodigieuse machinerie d'évaluation des sinistres de la MACIF se met en branle, ses rouages bien huilés ne provoquent ni couinement ni grincement. 
Un expert impartial est mandaté. 
Un rendez-vous est pris, à une date assez lointaine, fin octobre, à 5 semaines de là.
Devant l'éventualité de passer le début de l'hiver aux crochets d'EDF canal électrique, la MACIF est rappelée, le rendez-vous est avancé.
Je prends ma plus belle plume, pour dire à Legouffre que je l'enclume, en tout cas que j'aimerais bien, mais pour l'instant je préfère rester cordial, tant le rapport de forces m'est momentanément défavorable :

Nantes, le 19 septembre
Suite à l’incident survenu sur ma chaudière ce week-end, puis-je avoir un rapport circonstancié de Stéphane, qui est intervenu lundi après-midi sur mon installation, à présenter à mon assureur ? J’ai eu de la fumée plein la maison, les peintures refaites à neuf l’an dernier ont été abimées, je fais venir un expert.
J’aimerais que Stéphane précise les causes et circonstances du début d’incendie.
Il a diagnostiqué qu’il fallait refaire le gainage du conduit de la cheminée de la chaudière.
Votre couvreur va-t-il me contacter rapidement pour établir un devis ? 
Par ailleurs, pouvez vous me scanner et me joindre mon contrat d’entretien ? 
Je ne retrouve plus mon exemplaire.

Nantes, le 20 septembre

Veuillez m’excuser pour ma demande d'hier soir, j’ai retrouvé le rapport d’intervention de Stéphane à côté de la chaudière.
Par contre, je veux bien une copie de mon contrat d’entretien, je n’en trouve pas trace.
Stéphane m’a dit que je pouvais redémarrer la chaudière, j’ai essayé, mais elle s’est bloquée au bout de 3 minutes.
Pour l’instant ce n’est pas important, je préfère qu’on rêgle cette histoire de gainage d’abord.
Je sais qu’il y a une visite calée avec l’expert Macif et quelqu’un de chez vous vers le 24 octobre, mais j’espère qu’on ne va pas se cailler jusque-là !

--------------

(1) Chauffage, plomberie, charbons, spiritueux, entretien chaudières, énergies non-renouvelables, ramonage et fumisterie

(à suivre)

vendredi 29 décembre 2017

Les supermarchés de l'hypertélie (4)

"Le chat va mieux" :
Totem gravé sur planche de skate
(Anonyme, technique mixte)
accroché dans le salon
de l'appartement parisien
loué sur Airbnb
pour les fêtes.
Je n'invente rien.
A la suite de la publication de l’article précédent, j’ai reçu un abondant courrier de deux (2) lecteurs un peu inquiets de la tournure prise par les non-évènements se déroulant à la rubrique hypertélique de ma modeste échoppe.

 1/  Un ami qui me connait aussi bien que si nous avions pédalé de concert et de Lannion à Bergerac aller/retour en 1978 avec 2 (deux) autres potes, m’écrit :
LJS : « Très cher John, bon anniversaire ! ton blog "portrait de Dorian Gray" est toujours aussi ...euh...  intelligent.
Continue ainsi ! A part toi, tout le monde va bien ?
P.S : je sais pas pour qui je suis le plus triste, pour le chat ou pour Wagner".

JW : - Merci pour ton analyse pénétrante et laconique. je m'en sens tout ragaillardi. La providence t'a Épargnez une version personnalisée de mésaventures cosmique et cyclothymique.
N'oublie jamais de remercier allah pour sa.
'Scuz ma ortotograf cinématique, je te dicte cette lettre sur iPad, la bouche pleine de Xanax de Noël.

P.S : le chat va mieux, et Wagner s'en remettra !


2/  Une amie qui me connait aussi bien que si elle ne m'avait pas secouru à plusieurs reprises, dans des moments de grande désorientation spatio-temporelle suite à l'overdose hypertélique de bandes dessinées de Science-Fiction de chez DC Comics, m’alerte à Malibu boira :
FDLC : «  en fait je voulais t'écrire pour te dire que je ne comprends plus rien à tes derniers posts. Je crois que ton style souffre lui-même d'hypertélie, parce que tes phrases font un paragraphe entier. (Si tu as des doutes, fais un sondage, mais là ton style accompli un saut évolutif ces derniers jours, personnellement je pense à un déséquilibre au niveau des neuro-transmetteurs).
Je te rappelle que la mémoire immédiate d'un être humain c'est 7 secondes, et en 7 secondes j'ai pas le temps de lire un paragraphe entier, parce qu'en plus c'est plein de virgules et de jeux de mots. Alors quand j'arrive à la fin du paragraphe, je ne sais plus du tout de quoi ça parle, ni même si ça parle de quelque chose. Je pense que tu devrais te limiter à 2 lignes par phrase, et revenir à ces chroniques dans lesquelles tu excelles, genre chroniques de Noël. D'ailleurs ça tombe bien, joyeux Noël. »

JW : - Je comprends que tu regrettes les chroniques de Noël Montpelliéraines, dictées avec la bouche suite à une lombalgie foudroyante qui m'avait cloué au lit entre le 25 et le 31. Cette année, j'ai pris des dispositions pour ne pas répéter les vainement, et j'expérimente une nouvelle technique. Un ami qui me connaît bien m'a dit qu'il appréciait le côté Dorian Gray de mon blog. C'est assez bien vu, même si en français moderne, Dorian Gray se dit Phantom of the Paradise.

Désolé pour l'inconfort de lecture, c'est dû à une pratique d'écriture automatique et fortement retravailler ensuite, qui semble porter ses fruits, au moins dans la dimension thérapeutique autoproclamé, bien que tout cela soit autant spontané que calculé ensuite.

Canal Saint-Martin, côté cour :
à 6 heures du matin, y'avait du monde au balcon.

Je te rappelle que pendant six semaines je n'ai dormi que trois heures par nuit, c'est normal qu'il y ait un peu de mou dans mes neurotransmetteurs.
je peux te donner le programme : retour à la normale, et sans doute au silence blogal début janvier.
Chaleureuses pensées, je dict, aphone en pyjama sur un balcon qui surplombe le canal Saint-Martin, Sakaille !
Dans l'absolu, je préférerais bien sûr être Gauguin à Tahiti plutôt que le Salvador Dali du blog à Nantes.
Mais, je ne sais pas si tu as remarqué, il y a des choix qui ne nous sont pas proposés.
Il est néanmoins logique que des essais thérapeutiques d'automédication langagière indisposent l’éventuel lectorat. Dans ce cas, rappelle-toi qu'en ce moment il vaut mieux m'avoir en JPEG qu'en pension. Si tu veux, je peux te passer ma femme, qui elle aussi accuse une certaine fatigue en cette période de fêtes.
Envoyé depuis l'application Mail Orange 

----------

P.S. non envoyé à l'époque (il y a au moins trois jours) parce que je n'avais pas la tête à ça :  
- de là où je suis, j'ignore si le bon temps des Noëls montpelliérains reviendra, parce que mon paternel vient de déménager pour Rumilly, en empruntant à ses enfants un bon paquet de fric dont ils n'avaient pas l'utilité, et que la prochaine étape consiste à vendre Montpellier pour nous rembourser.
Idem pour les dimanches de Toussaintcar mon oncle n'en finit pas de finir sa vie dans une maison de retraite médicalisée au fin fond de la Dordogne, tellement foncedé au Xanax (pour de vrai, lui) que je n'ose plus l'appeler pour lui dire combien je regrette de ne pas le visiter plus souvent.
L'autre soir, au moment de payer l'addition dans un restaurant thaïlandais, je me suis retrouvé parti sans crier gare à expliquer le concept bouddhiste d'impermanence au barman chinetoque, sous le regard gêné de ma femme et de mes enfants, donc je pêche sans doute par excès de confiance et de testostérone hypertéliques, bien que je sois parvenu à me retenir de lui raconter la blague sur le couple de restaurateurs asiatiques qui prennent une journée de congé.
Je n'écris plus comme j'écrivais avant, j'écris comme je suis maintenant, d'ailleurs toi aussi, et personne ne t'en fait grief.
Je t'embrasse, je devine que tu détestes ça.


Ma copine quand elle était jeune,
telle que je l'ai re-trouvée sous cloche,
à l'épreuve du temps et des trous de balle,
à l'expo DC Comics.

jeudi 21 décembre 2017

Les supermarchés de l'hypertélie (3)

Pour les prochaines causeries,
prière d'amener vos cyber-bûches.
Je vais être un peu à court,
car l'hiver s'annonce très rude. 
L'hypertélie, je suis sûr que vous vous en souvenez si vous bûchez mes articles comme des malades avant l'interro surprise de vendredi prochain salle 105, c'était le sujet d'une récente cyber-causerie au coin du cyber-feu de bois il y a déjà quelques semaines. 

Résumé des épisodes précédents :
L'hypertélie est une forme malheureuse de surévolution : quand les corrections de la Nature dépassent ses fins, ses remèdes sont pires que les maux qu'ils combattent, et certains organismes, surévolués, en deviennent incapables de survivre.
L'homme peut parfois s'amuser à reproduire le même phénomène (il est issu de la Nature et ne saurait se soustraire à ses lois). Le cas échéant, il ne fait que singer bêtement son Créateur, et son châtiment n’est pas immérité.


Si je dénonce avec véhémence et assiduité les méfaits de l'hypertélie, que je commence à voir surgir d'un peu partout, sur un blog au départ consacré à l'auto-zaddiction, ça risque de ne pas faire beaucoup avancer mon schmilblick, à part faire ricaner Dieu, et c'est toujours ça de pris pour mon karma. 
Mais justement, ce n'est pas une raison de claquer bêtement ces bons points de karma si chèrement acquis, je vous prie de le croire sur facture, à la roulette russe à chargeur plein de l'éditorial Tony Truand qui ne mène nulle part sinon au coffre de la DS et au pyjama en ciment, et/ou au placard à balais dorés de l'audiovisuel public, oussque même les serpillères rêvent un peu honteusement d'un Netflix européen avant d'être rincées par le départ des cadres surpayés à bord de leur parachute doré qui se met en torche alors qu'ils étaient fort occupés à freiner la transition économique et énergétique d'un secteur « structuré sur le monde d’avant ». 
Jusqu'où s'arrêteront-ils ?
Personnellement je descendrais bien là, mais je vais essayer d'attraper ma correspondance.


c'est pas la peine de cliquer, c'est un jpg. 
Parce que si j'encule mon chat à 3 heures du matin en écoutant du Wagner, il se peut que ça me détende un peu sur le moment, mais le chat va hurler à la mort et les voisins légèrement octogénaires et insomniaques vont se mettre à crier à l'hypertélie sans même avoir lu mes articles jusqu'au bout, et le minimum d'empathie récolté ici-même en relisant tous mes travaux de nuit en sirotant de la Redbull, me donne à penser que ça ne va détendre ni les voisins, ni le chat, ni ma femme; voisins, chat et femme qui, malgré tous leurs écarts comportementaux, amènent quand même un peu de présence à ma personne âgée cyberdépendante en fin de vie virtuelle, une touche de chaleur et de fantaisie tantôt humaine et tantôt féline, et sans lesquelles ma grisaille quotidienne serait bien souvent morne et étriquée comme une partie de World of Warcraft à fleurets mouchetés, et puis il faudrait déjà l'attraper, la sale bête, c'est le troisième cette année et ils deviennent de plus en plus méfiants, et puis ma femme a le sommeil léger, elle va encore en faire toute une histoire, pendant ce temps-là le chat va en profiter pour essayer de déchiqueter ma robe de chambre, je le connais bien cet enculé, il sait très bien que la Réalité, c'est ce qui fait mal aux chats quand le maître éteint l'ordinateur.


Alors que quand j'écris, la nuit, je m'éclate sans réveiller l'Autre, sans effrayer le chat, qui zône dans la baraque dès que je prends le premier quart de rouge nuit, et la paix sociale règne à donf sur les confins du Royaume, et ce jusqu'à poltron-minet, c'est à dire en gros vers 06:45, quand je remonte en titubant de ma caverne électronique pour confectionner une légère collation aux filles, de quoi reconstituer leurs réserves énergétiques un peu affaiblies après la nuit qu'elles viennent de passer à appréhender les bruits étranges qui montent de mon bureau et ceux plus triviaux que je fais quand je me cogne à la table basse dans le noir en essayant de regagner discrètement ma chambre pour faire une sieste réparatrice de 21 minutes sans allumer pour ne pas perturber leur sommeil déjà fragile.


J'ai trouvé ce bouquin dans un paquet de lessive "Le Chat Machine",
et mon félin favori tenait beaucoup à ce que je le lise,
mais j'ai mis un moment à capter les raisons intimes
de son insistance. Faut dire que la spiritualité,
c'est pas trop mon truc.
La lecture non plus.

Donc j'évacue mes pulsions morbides sur des sites spécialisés du darknet genre Küllhmiaou_ach!.de, un site allemand très propre sur lui où de fringants quinquas rasés de près sodomisent des chats dans des robes de chambre immaculées, sans leur faire subir aucun traitement dégradant, et en respectant les conditions du bien-être animal, en tout cas c'est ce que dit l'avertissement au début de chaque séquence; pour un site clandestin, il est assez bien gaulé, et je suppose qu'il répond bien aux attentes de la fragmentation des marchés de niche cyber-sexuelle, même si le chien émettait des réserves assez vigoureuses; je reluque quelques scènes pas piquées des hannetons, je ne me masturbe pas devant, car à mon âge une érection tient déjà du miracle et avec mes milliers d'heures de vol sur le darknet je peux prédire que l’événement serait lourd de conséquences énergétiquement néfastes.
Après lui avoir jeté en pâture quelques heures d'une attention soutenue, la pulsion s'éloigne, leurrée par une satisfaction visuelle et virtuelle, et je peux alors reprendre mon labeur d'écriveur public (1).

Si je vous confie tout cela aujourd'hui, c'est parce que je sens aussi qu'il m'est possible de pousser un peu plus loin que d'habitude mon avantage sur mes non-poursuivants en matière de libération de la parole, depuis la désintégration du Conseil national du numérique, qui est vraiment une aubaine pour les libres penseurs du Net qui ignoraient jusqu'alors son existence misérable vouée à l'anonymat et aux grippes intestinales intestines à répétition.
Nous voici malheureusement assez loin de notre sujet de départ, il faudra y revenir plus tard; dans cette attente, force est de constater la tournure hypertélique prise par l'article.
CQFD.


Mon chien, mécontent qu'on lui ait fragmenté sa niche sexuelle
suite à la désintégration du Conseil National du Numérique,
me rapporte un trésor de sa collection privée
pour jouer avec le chat.
Le chien, c'est vraiment le meilleur ami de l'homme,
après le chat et l'ordinateur.



(1) Pour nous éviter, à nous les déshérités de l'âme et des média sociaux, de passer de la violence symbolique à la violence réelle, il ne faut pas prohiber les vidéos de chat sur internet. Nous, et les vieux qui lisent Chobiz, aussi. 
Pour les blogs de bébés morts, je me tâte, les mateurs de bébés morts, c'est quand même pas des gens comme nous. 


merci à Chris Chast. pour l'inspiration sur la gaudriole interéchelons à l'occasion du sarment du Jus de Paume éclusé aux petites heures à la cafète du sitcom de Noël de l'entreprise.


[EDIT]


Je sais pas qui est le wtf de fdp qui a fait lire l'article
à ma femme et à mon chat, mais le résultat est là : 
je dors à nouveau à l'auberge du cul tourné. 
Bravo les mecs, sympa.
La classe américaine.

mercredi 20 décembre 2017

La nuit de la convention non-conventionnelle

« C’est une nuit conventionnelle,
Un chien aboie, une chouette hulule,
Les prisonniers dans leurs cellules
Rêvent de creuser un tunnel. » 

Thomas F : de l'art ou du cochon ?

Thomas Fersen, « Pièce montée des grands jours » (avec Marie Trintignant), 2003. 
Pauvre Marie Trintignant, pauvre Bertrand Cantat.
Quand on cherche la merde avec des drogues et des aventures extra-conjugales, il est rare qu’on soit déçu. Ca mobilise pas mal de petits démonneaux de nos contrées, et de la pire variété verdâtre qui soit.
Et pauvre Fersen aussi, mais pour d’autres raisons.

Et pendant que j'y suis et que j'ai la bouche ouverte, pauvre Warsen & pauvre deux mois : il cherche un raccourci clavier vers le sommeil au coeur d'une nuit non-conventionnelle, mais qui commence à devenir habituelle, rêve de creuser un tunnel pour s'évader de son blog d'auto-addiction, et à chaque fois il se retrouve forçat enchainé à sa plume, lourde comme l'enclume des jours qui filent et qui s'enfilent, aussi moches que ses nuits (qui ne s'enfilent pas, vu qu'il est devant son ordinateur au lieu d'être au lit, je ne sais pas si vous êtes assez attentifs à votre lecture). 

Les gars du marketing
Quand j'étais petit, je n'étais pas grand, je regardais "les mystères de l'ouest", série télé hybride à base de western et de fantastique, assez improbable pour l'époque, c'est d'ailleurs Jean West et son compère André Breton bretonnant Artemus Gordon qui ont décidé de ma vocation précoce de raconter des histoires en images(1)
Bon, aujourd'hui, c'est vrai, je bosse surtout pour les gars du marketing, mais l'important c'est d'avoir réalisé une partie de ces rêves d'enfant qui ne demandaient qu'à mourir dans l'oeuf.
Heureusement que je ne pouvais pas prévoir l'existence future des liens hypertexte, mes parents m'auraient fait tout de suite interner sur internet, qui n'existait pas à l'époque, mais ça ne les aurait pas gênés plus que ça, on habitait déjà à Ker Non-dit, du côté de Tonquédec, et notre voisin le plus proche s'appelait Géronimo Lagadec, donc par certains côtés la situation n'eut pu être plus absurde, et d'un autre, sans doute que si.


Chaque épisode des Mystères de l'Ouest s'intitulait "la nuit de..." :
La Nuit des ténèbres, La Nuit du lit qui tue, La Nuit de la terreur, La Nuit de la mort subite... franchement, je n'ai aucun souvenir d'avoir vu ces titres incrustés au pré-générique, mais je n'ai rien inventé non plus en matière de féérie télévisuelle; si mon père se prenait pour un gardien de Phare à l'Extrême Gauche du Phare Ouest des Certitudes Intellectuelles, je m'évadais de ses prisons dogmatiques à grands coups de ceinturon de coboye branché sur l'extrême Orient (2) de l'imaginaire le plus débridé, en attendant le remake nippon, qui tarde à nous parvenir à pied par la Chine.
Maintenant, s'il est difficile de démêler le vrai du vrai dans ces affirmations wikilixées, il n'existe pas d'épisode des mystères de l'Ouest intitulé "La nuit de la convention non-conventionnelle".
Ca vient de sortir, comme disait Coluche.



Marie Trintignant, en pire
Tout ça parce que j'ai ré-ré-réécouté « Pièce montée des grands jours » de Fersen en préparant une compilation de Noël pour les oreilles nécessiteuses, que j'y ai entendu Marie Trintignant couiner la chansonnette de sa voix d'une mélancolie indicible, outre-tombale moins d'un an avant sa mort, mesdames et messieurs bonsoir.
Il ne faut déclarer la guerre à la mélancolie qu’à condition d’être certain de la gagner. 

La combattre la renforce. 
Dans le doute, il vaut mieux apprendre à vivre avec. 
Elle se lassera avant nous, et ira ennuyer d'autres clients potentiels, toujours abondants sous nos contrées.
Et puis j’ai commencé à en discuter hier soir avec un ami, et là, c’est le drame, j’avais oublié sa grande sensibilité aux théories du complot eu égard à ce qu'il nomme d'un air entendu la « neutralisation » de Bertrand Cantat, jeune chien fou du music-hall issu d'une scène punk trop politisée pour être policée même menotté à un car de cognes, trop dangereux pour les pouvoirs en place, et je me retiens de lui dire qu’assurément, celui qui a maculé dans les toilettes le corps sans vie de Marie T. encore toute saignante d’empreintes digitales de Bertrand C. est certainement le même qui a conduit le camion sur lequel la moto de Coluche s’est écrasée, et sans nul doute possible celui qui a assuré le suivi médical de la chimiothérapie de Desproges, et qu'il s'est peut-être même tapé la veuve Pompidou, mais là c'était juste pour le fun.
Je préfère écrire ça ici, ça aura plus d'impact dans le Landerneau de l'audiovisuel public bloguitique.



Ca fait peur, hein ?
Surtout si on vous l'offre à Noël.
Et la nuit non-conventionnelle continue de s'étirer vers la pelle du néant du petit matin.

Je diagnostique chez mon ami, lui-même féru de diagnostics d'animaux malades et de pestes en tous genres, une difficulté à accepter qu'on lui ait tué son héros, alors que Bertrand C. n'est même pas mort, mais quand même, sa carrière de dénonciateur des conflits d'intérêts au sein du gouvernement de la République en Marche ou Crève en a pris un sacré coup dans les dents.

Lui me cite, et je le cite « la recrudescence d'incendies rétrospectifs de la nébuleuse noire désire », et surenchérit, biblique, que la différence entre Tintin et Milou, c’est que Milou n’a pas de chien.

Arf.

J'aurais pas des amis un peu bizarres ?




Mais si mon ami n'était pas un peu obsessionnel, il serait sans doute moins mon ami.
Et en plus, on ne s'est pas rencontrés sur Internénette.
Sur Internénette, des obsessionnels, j’en connais.
Ca ne tourne pas toujours au drame.
Tant qu'ils ont les mains sur le clavier, ils sont relativement inoffensifs, malgré leur besoin atavique (tant qu'il reste inconscient) de nuire de nuit.
Et le besoin de briser les conventions sur les armes non-conventionnelles de Geneviève, et de s'affranchir des tabous de Ker Non-dit ne nous précipite-t-il pas vers de nouveaux abîmes non-sensiques, certes moins fréquentés mais tout aussi aliénants ?
Quand on cherche à donner du sens à toute cette folie, des fois on en trouve, surtout à marée basse, des fois on devient barge, et alors on se gondole dans le roulis, ou alors sage, et on renonce aux châteaux de sable, pressentant leur destin à marée haute, des fois un peu les deux.
Et la nuit non-conventionnelle touche déjà à sa fin.
C'est comme ça, la la la la la la la.
"Ah que Retiens la nuit de la convention non-conventionnelle" brâmait Johnny à une femme différente chaque soir, ce qui lui évitait à bon compte d'avoir l'impression de se répéter.
C'était le bon temps.

A côté de ça, la dernière bonne chanson que j'aie entendu de Fersen (thème original, traitement inattendu) évoquait à mots couverts et à fleurets mouchetés le délicat problème de la pédophilie.



Que les choses soient claires : ce ne sera pas le thème de notre prochaine causerie.

_________

(1) ainsi que John Speed et Emma Telle, mais je pressens que l'article va déjà être bien trop long pour s'encombrer de telles fariboles surnuméraires qui prétendent élever le débat au dessus des parties.

(2) on vivait en Bretagne, et je rêvais, d'Ailleurs. 
C'est plus tard, quand j'eus quitté la région, que cette Bretagne affreusement triviale redevint exotique.

mardi 19 décembre 2017

Moi n’est qu’une position d’équilibre

« Moi n’est qu’une position d’équilibre »


–  Henri Michaux, « Postface » in Plume suivi de Lointain intérieur, Gallimard Poésie 



J’ai, plus d’une fois, senti en moi des « passages » de mon père. Aussitôt je me cabrais. J’ai vécu contre mon père (et contre ma mère et contre mon grand-père, ma grand-mère, mes arrière-grands-parents); faute de les connaître, je n’ai pu lutter contre de plus lointains aïeux.
Faisant cela, quel ancêtre inconnu ai-je laissé vivre en moi ?
En général, je ne suivais pas la pente. En ne suivant pas la pente, de quel ancêtre inconnu ai-je suivi la pente ? De quel groupe, de quelle moyenne d’ancêtres ? Je variais constamment, je les faisais courir, ou eux, moi. Certains avaient à peine le temps de clignoter, puis disparaissaient. L’un n’apparaissait que dans tel climat, dans tel lieu, jamais dans un autre, dans telle position. Leur grand nombre, leur lutte, leur vitesse d’apparition – autre gêne – et je ne savais sur qui m’appuyer.
On est né de trop de Mères. – (Ancêtres : simples chromosomes porteurs de tendances morales, qu’importe ?). Et puis les idées des autres, des contemporains, partout téléphonées dans l’espace, et les amis, les tentatives à imiter ou à « être contre ».
J’aurais pourtant voulu être un bon chef de laboratoire, et passer pour avoir bien géré mon « moi ». En lambeaux, dispersé, je me défendais et toujours il n’y avait pas de chef de tendances ou je le destituais aussitôt. Il m’agace tout de suite. Était-ce lui qui m’abandonnait ? Était-ce moi qui le laissais ? Était-ce moi qui me retenais ?
Le jeune puma naît tacheté. Ensuite, il surmonte les tachetures. C’est la force du puma contre l’ancêtre, mais il ne surmonte pas son goût de carnivore, son plaisir à jouer, sa cruauté. Depuis trop de milliers d’années, il est occupé par les vainqueurs.
MOI se fait de tout. Une flexion dans une phrase, est-ce un autre moi qui tente d’apparaître ? Si le OUI est mien, le NON est-il un deuxième moi ?
Moi n’est jamais que provisoire (changeant face à un tel, moi ad hominem changeant dans une autre langue, un autre art) et gros d’un nouveau personnage, qu’un accident, une émotion, un coup sur le crâne libérera à l’exclusion du précédent et, à l’étonnement général, souvent instantanément formé. Il était donc déjà tout constitué.
On n’est peut-être pas fait pour un seul moi. On a tort de s’y tenir. Préjugé de l’unité. (Là comme ailleurs la volonté, appauvrissante et sacrificatrice).
Dans une double, triple, quintuple vie, on serait plus à l’aise, moins rongé et paralysé de subconscient hostile au conscient (hostilité des autres « moi » spoliés).
La plus grande fatigue de la journée et d’une vie serait due à l’effort, à la tension nécessaire pour garder un même moi à travers les tentations continuelles de le changer.
On veut trop être quelqu’un.
Il n’est pas un moi. Il n’est pas dix moi. Il n’est pas de moi. MOI n’est qu’une position d’équilibre. (Une entre mille autres continuellement possibles et toujours prêtes.) Une moyenne de « moi », un mouvement de foule. Au nom de beaucoup je signe ce livre.
Mais l’ai-je voulu ? Le voulions nous ?
Il y avait de la pression (vis à tergo).
Et puis ? J’en fis le placement. J’en fus assez embarrassé. 
Chaque tendance en moi avait sa volonté, comme chaque pensée dès qu’elle se présente et s’organise à sa volonté. Était-ce la mienne ? Un tel a en moi sa volonté, tel autre, un ami, un grand homme du passé, le Gautama Bouddha, bien d’autres, de moindres, Pascal, Hello ? Qui sait ? Volonté du plus grand nombre ? Volonté du groupe le plus cohérent ?
Je ne voulais pas vouloir. Je voulais, il me semble, contre moi, puisque je ne tenais pas à vouloir et que néanmoins je voulais.
… Foule, je me débrouillais dans ma foule en mouvement. Comme toute chose est foule, toute pensée, tout instant. Tout passé, tout ininterrompu, tout transformé, toute chose est autre chose. Rien jamais définitivement circonscrit, ni susceptible de l’être, tout : rapport, mathématiques, symboles ou musique. Rien de fixe. Rien qui soit propriété.
Mes images ? Des rapports.
Mes pensées ? Mais les pensées ne sont justement peut être que contrariétés du « moi », perte d’équilibre (phase 2), ou recouvrements d’équilibre (phase 3) du mouvement du « pensant ». Mais la phase 1 (l’équilibre) reste inconnue, inconsciente.
Le véritable et profond flux pensant se fait sans doute sans pensée consciente, comme sans image. L’équilibre aperçu (phase 3) est le plus mauvais, celui qui après quelque temps paraît détestable à tout le monde. L’histoire de la Philosophie est l’histoire des fausses positions d’équilibre conscient adoptées successivement. Et puis…est-ce par le bout « flammes » qu’il faut comprendre le feu ? Gardons nous de suivre la pensée d’un auteur¹ (fût-il du type Aristote), regardons plutôt ce qu’il a derrière la tête, où il veut en venir, l’empreinte que son désir de domination et d’influence, quoique bien caché, essaie de nous imposer.
D’ailleurs, QU’EN SAIT-IL DE SA PENSÉE ? Il en est bien mal informé. (Comme l’œil ne sait pas de quoi est composé le vert d’une feuille qu’il voit pourtant admirablement.)
Les composantes de sa pensée, il ne les connaît pas; à peine parfois les premières; mais les deuxièmes ? Les troisièmes ? Les dixièmes ? Non, ni les lointaines, ni ce qui l’entoure, ni les déterminants, ni les « Ah ! » de son époque (que le plus misérable pion de collège dans trois cents ans apercevra).
Ses intentions, ses passions, sa libido dominandi, sa mythomanie, sa nervosité, son désir d’avoir raison, de triompher, de séduire, d’étonner, de croire et de faire croire à ce qui lui plait, de tromper, de se cacher, ses appétits et ses dégoûts, ses complexes, et toute sa vie harmonisée sans qu’il le sache, aux organes, aux glandes, à la vie cachée de son corps, à ses déficiences physiques, tout lui est inconnu.
Sa pensée « logique » ? Mais elle circule dans un manchon d’idées paralogiques et analogiques, sentier avançant droit en coupant des chemins circulaires, saisissant (on ne saisit qu’en coupant) des tronçons saignants de ce monde si richement vascularisé. (Tout jardin est dur pour les arbres.) Fausse simplicité des vérités premières (en métaphysique) qu’une extrême multiplicité suit, qu’il s’agissait de faire passer.
En un point aussi, volonté et pensée confluent, inséparables, et se faussent. Pensée-volonté. En un point aussi, l’examen de la pensée fausse la pensée comme, en microphysique, l’observation de la lumière (du trajet du photon) la fausse.
Tout progrès, toute nouvelle observation, toute pensée, toute création, semble créer (avec une lumière) une zone d’ombre.
Toute science crée une nouvelle ignorance.
Tout conscient, un nouvel inconscient.
Tout apport crée un nouveau néant.
Lecteur, tu tiens donc ici, comme il arrive souvent, un livre que n’a pas fait l’auteur, quoiqu’un monde y ait participé. Et qu’importe ?
Signes, symboles, élans, chutes, départs, rapports, discordances, tout y est pour rebondir, pour chercher, pour plus loin, pour autre chose.
Entre eux, sans s’y fixer, l’auteur poussa sa vie.
Tu pourrais essayer, peut être, toi aussi ?



Ce supplément littéraire gratuit vous est offert par John Warsen, et ne peut être vendu séparément de l'article précédent.
Attention, ne convient pas aux adultes de moins de 36 mois, de petites pièces pouvant être inhalées.

lundi 18 décembre 2017

Décalages et Recadrages

C’est curieux, quand même, chez les marins, ce besoin de faire des phares, et mon obsession langagière pour les monologues expérimentaux qui, comme les histoires d’amour, finissent mal, en général. 
Je ne sais pas trop d’où ça me vient, mais je peux en partie l’inférer d’un démon familial que j’ai observé pour la première fois dans ses oeuvres chez mon grand-père paternel. 
Je devais avoir 12 ans, mon papi était confortablement installé dans son bureau de Créteil encombré d’objets d’art africain spoliés lors de ses lointains séjours au Dahomey et au Cameroun, et il était très affairé à rédiger sa correspondance professionnelle, je lui ai demandé ce qu’il était en train de faire, avec la candeur d'un enfant de mon âge.
« Je pisse du vitriol » m’a-t-il sobrement répondu, sans cesser d'écrire de l'autre main.

Mon grand-père aimait à travestir son identité,  et ce bien avant l'invention d'internet, qu'on dirait parfois créé expressément dans ce but, afin de faire rire ses anciens copains de régiment à gorge déployée.
Comme ici, par exemple, mon papi déguisé en J.G. Ballard, l’écrivain anglais spécialisé dans le dépistage des lésions dangereuses de l'inconscient collectif structuré comme un langage, mon papi ballardien immortalisé par le photographe dans sa célèbre posture de Vigie au bord de l’Immonde, qui avait choisi la science-fiction pour exprimer ses inquiétudes et lâcher la bride à son imagination apocalyptique.
Evidemment, n’étant pas nés de la dernière pluie acide, ses anciens copains de régiment ne s’y sont pas laissés prendre, parce qu’ils ont tout de suite reconnu le mur de briques de son pavillon en meulière(1), et puis aussi, l’identité usurpée révélait aisément ce qu’elle prétendait masquer : 
- Ballard ? attends voir… Ballard… évidemment c’était une allusion à peine voilée à la ligne 8 du métropolitain parisien communément appelée « Balard-Creteil » dans son tracé de 1974, ligne sur laquelle d'autres démons familiaux (avec réduction de 30% sur le prix du billet du fait de leur âge canonique ta mère) étaient tapis en embuscade, toujours prêts à accomplir leur hideuse besogne, puisque 25 ans plus tard, sortant du Salon "de la Bière, des Gonzesses et du Rock'n' roll" alors réservé aux seuls professionnels sur lequel j'effectuais une vacation audiovisuelle du côté de la station La Motte-Picquet Grenelle, vacation au cours de laquelle j'avais un peu forcé sur le jus de la treille, je m'engouffrai dans le dernier  métro en direction de Créteil où je résidais alors, avec la ferme intention titubante bourré comme un coing de la Pologne qui aurait quelque chose de Tennessee sur l'étiquette de la bouteille de Jack Daniels, ferme intention un peu fermentée et donc dérivante, de regagner mes pénates, et j'eus pourtant la mauvaise surprise de reprendre conscience à la station Ballard vers 2 heures du matin, terminus à l'autre bout de la ligne,  qui en avait deux dans son tracé de 1974, sous la pression insistante d'agents de l'hygiène et de la sécurité métropolitaines en fin de service commandé, désireux de savoir ce que je foutais là, ivre-mort avec un pantalon d'employé RATP soigneusement plié dans un sac plastique à mes pieds. 



Le côté obscur de la ligne 8 : 
Terminus Ballard, et sa Foire aux Atrocités

Par contre mon blouson de cuir et mon portefeuille manquaient à l'appel.
Si c'était pas un coup du démon familial, par delà le mur du Créteil-Soleil avec réduction de 30% sur les cadeaux de Noël, je veux bien être immédiatement empapi-outé puis dévoré par Cthulhu.
Mais ça nous emmènerait trop loin de notre absence de but initial, et bien malin qui démêlera le faux du faux dans cette histoire où tout est vrai.
Pour l'instant, j'ai 12 ans, et mon grand-père adoré pisse du vitriol. 
Et il a l'air de s'en réjouir.
On ne comprend pas tout quand on n'est pas encore formé. 
Quand on n'est encore qu'un stagiaire d'observation de la Vie.

Des fois on capte des trucs qui ne sont franchement pas de notre âge, et ça nous secoue un peu, d'autres fois il faudrait qu'on conscientise au lieu d'absorber sans trier, mais on n'a ni les filtres ni les codes.
Par exemple, quand j'étais jeune, je ne comprenais pas pourquoi j'attirais les vieux; je me suis fait harceler grave pénible par un éducateur spécialisé d’au moins 35 ans, puis par un prof de fac insistant, qui publiait Henri Michaux dans sa petite maison d’édition, Henri dont j’étais grand fan, qui m'a proposé l'Abott sans Costello un été où il m'avait engagé comme jardinier pour tronçonner son parc arboré, faut dire que j'étais pas mal quand j'étais jeune, j'avais pas encore une tête à faire de la radio, mais ça nous entrainerait trop loin de notre absence de but initial.
Maintenant, je comprends leur insistance et leur os tentation(2).
Mais c'est un peu tard.

en dehors des heures de service
où il pissait du vitriol,
mon grand-père savait aussi
s'amuser avec ma grand-mère.
Et mon pauvre papi, ce ballardien-qui-s'ignorait, finira sa vie en pissant du vitriol dans une poche plastique qu'il gardait jour et nuit dans celle de sa robe de chambre, souvenir douloureux d'un cancer de la prostate en phase terminale.
Et par rapport à l'évènement initial qui suscita le besoin compulsif de rédiger un nouvel article, ce n'est que quarante ans plus tard, alors que moi-même suis attaqué nuitamment par des attaques répétées de démons familiaux (avec réduction de 30%  carte vermeil en bandoulière) dans mon petit bureau d'Arkham avec vue sur ma mère morte, que je comprends le sens de la malédiction ancestrale.
Y'a des gens, y sont dans la bienveillance de père en fils, pendant des générations, sans que personne y trouve rien à redire.
D'autres avancent sur des chemins plus rocailleux, comme un vieux Blueberry trop bien recopié(3)

Ou Wilbur Mercer, le génial martyr jailli de sa boite à empathie
Quand ce fut son tour, à l'heure qu'il était au même âge, mon père a pissé du vitriol aux quatre coins de la famille, d'un geste machinal, en proclamant tout en remontant sa braguette que c'était sans intention de nuire, et que les autres frères Dalton l'avaient bien cherché.
Mais pour comprendre, faut être de la famille. 
Sans compter que pisser du vitriol, pour vous je sais pas, mais moi ça picote un peu. Ca brûle les conduits, même en rigolant très fort pour masquer la douleur, tout à fait légitime.
Et à quoi bon réveiller ces souvenirs nauséabonds et à l'oeil un peu vitreux, si ce n'est pas pour dénouer quelques noeuds sur la corde du karma familial sur laquelle ils ont été noués il y a bien longtemps ?
Et si c'est pas ça, alors c'est juste pour briller dans la haute société des 3 pelés, 2 tordus qui fréquentent ce blog, dans une mise en abîmé un peu macabre au niveau de la perche à selfishs ? 
Au lieu de t'atteler à finir le feuilleton sur la chaudière, Dieu et la clé USB, et les hypertéliques qui s'accumulent dans le tiroir à fausses manoeuvres ?

Après avoir passé ma bibliothèque au marteau-piqueur sans succès, j'ai remis la main virtuelle sur un texte d'Henri Michaux sur Internet, où en règle générale je trouve tout sauf ce que je cherche, et qui évoque bien tous ces phénomènes paranormaux auxquels les Mulder, Scully et Ghibellini sont confrontés depuis des générations d'archéologues de l'Improbable.
Je le mettrai en ligne 8 dès demain, parce que là, je suis un peu fatigué, et j'ai encore du boulot avant d'aller faire reposer mon cerveau dans le verre à dents. 


Le côté lumineux de la ligne 8 :

Terminus Créteil-Soleil,
et mon papi qui pisse du vitriol

dans son pyjama d'agent de la RATP



(1) et pourtant pendant le shoot photo il s’était répété le mantra « je dois penser à un mur de briques » avec une telle force mentale que celui-ci s’était imprimé sur la pellicule de son esprit, comme l’instituteur martyr de la cause alienophobe incarné par George Sanders dans Le Village des damnés, dans la version de 1960, parce que la version de Jean Charpentier, je ne l'ai pas vue j'ai eu trop peur d'être déçu par le refaisage.
(2) J'ai appris que l'amour est un os pas plus tard qu'hier.
Si vous pensez que je vais me géner pour colporter joyeusement cette nouvelle, au risque de la fracture ouverte, c'est mal me connaitre.
(3) j’ai entendu un jour Bigard, l’humoriste poids lourd qui en a dans le slip, dire qu’il avait fini par accepter que le soleil brille pareillement sur le Saint et sur l’enculé, mais que ça lui avait pris du temps. 
En plus, j'ai bien peur que l'Enculé bronze un peu plus vite, sinon ça n'en serait pas un.