samedi 20 mai 2017

Dilemme du hérisson (le)

Samedi dernier, en pleine journée, sept bébés hérissons sont sortis du buisson de chèvrefeuille derrière la cuve à fioul. Ils ont titubé au soleil, et se sont endormis en tas entre deux pots de fleur, épuisés par le long périple d’au moins deux mètres. Le premier jour tu trouves ça magnifique et touchant, l’éveil de la nature dans ton jardin, tout ça. Tu cales la brouette devant leur campement pour éviter toute interaction fâcheuse avec les chats et les poules.

Dimanche, ils sont toujours au même endroit ; tu pensais que la mère ne devait pas être loin, mais apparemment elle n’est pas passée les ravitailler cette nuit, ni les remettre à l’abri de la haie; tu les palpes avec des gants de jardin pour ne pas les imprégner de ton odeur et évaluer leur tonicité, tu commences à t’inquiéter : l’univers vient de les pondre sur tes genoux, tu le prends un peu perso, ils ont l’air vraiment très jeunes, tu n’as pas de connaissances particulière en puériculture hérissonesque. Tu cherches sur google « comment nourrir un bébé hérisson »  mais tu tombes sur un vrai film d’horreur, il faut les mettre sur une bouillotte, acheter des produits chez le vétérinaire, du lait maternisé, il y a des statistiques atroces sur la mortalité infantile, tu refermes la page du site, tu espères encore le retour de la mère. A la nuit tu disposes autour d’eux des soucoupes avec un peu d’eau, au risque qu’ils s’y noient.

Lundi, ils n’ont pas bougé, ou si peu, ils se traînent de quelques centimètres, ils n’ouvrent toujours pas les yeux, et des mouches ont pondu des kyrielles d'asticots dans les plis derrière leurs pattes et autour des yeux. Tu pensais que seul le monde des hommes était absurde et cruel, tu ne regardes pas assez de documentaires animaliers pour intérioriser les lois de l'impitoyable jungle, et t'as regardé trop de films de Disney quand t'étais petit. Tu retournes sur le site lovecraftien de sauvetage de hérissons en détresse, tu y trouves des conseils pour les débarrasser des larves avec un coton tige, mais en pratique les asticots sont bien accrochés, c’est avec patience et délicatesse qu’il te faut nettoyer les orifices et les surfaces attaquées, tu tentes aussi de les hydrater avec de l’eau sucrée mais quand tu essayes de leur introduire la seringue dans le museau, ils n’ont pas le réflexe de l’ouvrir, c’est normal tu n’es pas leur mère, et tu déloges juste quelques larves que les mouches ont réussi à déposer à l’intérieur de leur bouches pourtant closes. Si tu avais de l’empathie pour les mouches tu admirerais leur ingéniosité. Mais la mouche est un support emphatique ingrat, par rapport au bébé hérisson. Et ça ne t'empêche pas non plus de mettre de temps en temps un coup de latte à ton chat cancéreux que la chimio a rendu fou, et qui lance de longs barrissements déchirants pour que tu le nourrisses alors que son écuelle est pleine quand tu l'as remplie il y a à peine 5 minutes.
Tes bébés hérissons, faut te rendre à l’évidence, la mère est morte ou disparue, et c’est à toi qu’échoit la responsabilité de leur survie. Tu les pèses, ils font 60 grammes, tu en déduis leur âge sur internet, 10 à 12 jours, tu te demandes combien de temps ils peuvent tenir, il faut que tu trouves une solution, ta femme commence à te trouver plus soucieux de ces bestioles que de tes propres enfants, ou que d'elle, tu sauras pas, tu te demandes si elle n’exagère pas un peu, en même temps tu te rappelles qu’on a vu ton frère nourrir un piaf tombé du nid à la cuiller pendant 15 jours, tu te demandes quel rapport les mâles de ta famille entretiennent avec la détresse animale alors que vous n’avez pas d’aptitudes particulières à exprimer vos sentiments et vos émotions, en attendant ça va pas sauver tes bébés. Tu refuses de les laisser crever dans ton jardin. Tu repenses à l’histoire du mec qui voit un enfant crever de faim dans la rue alors il se tourne vers le ciel « Dieu, salaud, tu ne fais rien !! » et Dieu lui répond « comment ça je ne fais rien ? Je t’ai fait, toi ! » Tu découvres l’existence d’un centre d’accueil de la faune sauvage pas trop loin, faudra juste te taper le tour de Nantes par le périphe.

Mardi, tu n’en peux plus de ta charge morale, tu as fait cette nuit des cauchemars à base d’asticots de mouches et de hérissons dévorés vivants de l’intérieur, ce matin toi et ta femme avez nettoyé les hérissons à grand renfort de cotons tiges avant de vous décider à les rentrer dans une pièce sombre pour les éloigner des mouches en vous mettant tous les deux en retard au boulot, plus tard dans la journée tu appelles le centre d’accueil, vu la description que tu fais de l’état des bestioles ils te disent de les amener d’urgence, tu commences à culpabiliser de ne pas avoir cherché du secours sur internet plus tôt, en même temps tu ne vas quand même pas quitter le travail et fiche en l’air ta journée pour une poignée de bébés hérissons, et tu sais que te morigéner n'y changera rien, que la culpabilité est une vieille pute au ventre stérile. C'est pas émotionnellement que ça te travaille, le lithium a lissé tes états dépressifs et maniaques, tu ne ressens ni excitation ni abattement, c'est intellectuellement que ça te pose un problème, même si tu ignores sa vraie nature. Tu te sens aussi con qu'un militant pro-life.

Le soir, depuis ta terrasse en bois exotique qui surplombe l’angle de la cuve à fioul où rampaient les bébés ces dernières 48 heures, et que tu surveilles nerveusement du coin de l’œil dans l’espoir tu le sais irréaliste de voir la mère réapparaitre, tu commences à halluciner : tu crois reconnaître la maman hérisson dans la croupe de la poule qui se penche pour picorer l’allée, dans le dessous de pot de fleur qui traine sur la pelouse, dans l'ombre du chat qui se glisse dans la haie. Tu n’as même pas le temps de te demander d’où ça vient, l’insight t’est offert gratuitement sans obligation d’achat, tu te rappelles que ta mère t'a raconté qu'à ta naissance prématurée, tu as été placé en couveuse et que pendant 3 mois on t’a sous-nutri avec des dosages pour nourrisson de 3 semaines. D'où la cavité que tu portes au sternum, entre les pectoraux, signe de rachitisme; d'où sans doute ton existence centrée sur le manque, ont diagnostiqué les psys qui se sont penchés sur tes expériences addictives. Tu te dis que ces premiers mois de vie sous le signe physiologique de la carence et de l'abandon clarifient bien des choses sur tes pensées et tes comportements, que ce récit fondateur en vaut bien un autre et que de toute façon tu n'as pas les moyens de retourner vérifier dans le passé si tu l'as aussi mal vécu que tu l'imagines.
Et c'est pour ça que les hérissons te perturbent, tu aimerais leur épargner cette expérience. Tu n'aimerais pas, une fois qu'ils seront rétablis, être racketté dans ton jardin par une horde de mammifères à piquants rendus toxicomanes par un traumatisme de leur petite enfance. Si on veut mettre le drame à l'échelle, c'est comme si tu croyais que ta mère va surgir du petit bois derrière le jardin, une mère de 10 mêtres de haut pourvue d'une citerne de lait maternisé de 300 litres, qui va te permettre un nouveau départ dans la vie. Ta mère, aux dernières nouvelles ses cendres reposent dans une urne au fin fond de la Dordogne, ça m'étonnerait qu'elle puisse venir.
Tu comprends que pour distinguer tout ce que tu crois décoder du réel et qui n’y est pas au départ, il te suffit de passer le réel au tamis de la conscience objective, et le léger dépôt qui reste sur le dessus du tamis, c’est ta projection, mentale ou émotionnelle. Tu te dis aussi que si la Vie ne parvient pas à se frayer un chemin à travers ces bébés hérissons, elle en trouvera d'autres, elle n'est plus à ça près. Que tu ne vas pas recommencer à confondre sensibilité et sensiblerie. Que plus il y a de hérissons écrasés sur le bord des routes, plus c'est bon signe, ça veut dire qu'il y en a plein les bois.

Mercredi matin les bébés ne sont toujours pas morts, tu les déposes au centre d’accueil de la faune sauvage situé dans un charmant corps de ferme tout au fond du campus de l'école vétérinaire, tu t'en veux de n'avoir pas percuté plus tôt sur l'urgence, mais depuis ton insight sur la terrasse ça te perturbe beaucoup moins, les jeunes internes te confirment que le pronostic vital est engagé, mais te félicitent d'avoir apporté tes bébés agonisants, ils insistent sur l'hypothermie plus que sur la déshydratation, tu ne te voyais pas passer 3 jours à les couver, tu promets de prendre des nouvelles dans la semaine.

Vendredi, tu envoies un mail au centre :
J’ai déposé une portée de 7 petits hérissons (numérotés de 17.0464 à  17.0470) mardi matin.
Ils étaient fortement déshydratés et en hypothermie.
J’aimerais savoir si vous avez réussi à les sauver, s’ils vont mieux, ou s’ils sont morts.
Ils avaient passé trois jours sans leur mère, à un âge où c’est difficile de s’en remettre.
Vous pouvez me parler très franchement.
Merci
Le directeur du centre te répond en personne :
Malheureusement ils n'ont pas survécu comme le laissait présager leur état catastrophique.

Bien cordialement.
Tu  t'en doutais un peu, tu essayes de refaire le passé, de te dire que si tu avais percuté plus tôt au lieu de te laisser bouffer de l'intérieur par les larves virtuelles des séries télé que tu avais entrepris de sous-titrer pour une communauté d'amis imaginaires, tu serais peut-être tombé un jour plus tôt sur l'adresse du centre et tu aurais pu les sauver, en même temps tu reconnais bien là le prototype de la boucle de pensée négative qui t'a déjà joué bien des tours, alors tu laisses tomber et tu essayes de penser à autre chose.
Par exemple au dilemme du hérisson dans lequel tu découvres une analogie éclairante sur tes rapports aux autres, et sur le peu de vertu qu'on pouvait attribuer à Schopenhauer malgré sa bienveillance envers les animaux.
Tu penses aussi à ta vieille chatte cancéreuse qui se traine et qui a de plus en plus de pustules sanguinolentes sur le ventre, quand tu te résoudras à la faire euthanasier par le vétérinaire, tu lui amèneras aussi ton blog, il est vieux et il a des asticots aux coins des lèvres. 

samedi 13 mai 2017

The Disappointed Melenchonists (5)

Si Jean-Luc Mélenchon avait été élu...



Bon, on pourra peut-être faire la même blague avec Emmanuel Macron dès qu'il aura formé son nouveau gouvernement. Mais Mélenchon prête plus le flanc à une critique autocratique. 
Macron semble plus versé dans l'opportunisme. 
N’empêche, non seulement il a niqué tout le monde, mais il a épousé sa prof de français. 
La classe.
Il pourrait avoir l’élégance de mourir en paix, il est déjà à la tête d’une vie bien remplie.
Je viens de regarder sa bio sur wiki, il a une vie intérieure assez peuplée.
Sur le plan professionnel, un parcours varié, il connait tout le monde.
On dirait que c’est le système qui engendre des individus à même de le pérenniser.
J’espère qu’il va amèrement regretter son choix d’accéder au pouvoir.
Et comme ça on revotera le premier tour.
Pour la plus grande joie des mélenchonistes déçus, des lepenistes désappointés et des hamonistes désabusés et é-li-mi-nés.
Je me suis souvenu hier de cette blague d'Homer Simpson parce que je faisais une pige dans une station régionale de télévision de service public où j'ai postulé il y a 15 ans en CDI en même temps qu'un collègue CDD journaliste, il a été pris et pas moi. 
J'ai été é-li-mi-né, même si je continue à y officier comme CDD, et depuis, à chaque fois qu'on se croise dans les couloirs de la station régionale ou au téléphone pour une collaboration uberisée, on se fait la blague. 
Faut dire que j'imitais à la perfection Homer Simpson à l'époque où J.G imitait Jean-Marie Le Pen.
Avant qu'il soit é-li-mi-né de façon un peu plus radicale.
J'avais pas un karma de CDI, malgré des aspirations qui me semblaient légitimes.
La Réalité voulait m’inviter au détachement; elle le veut toujours, c’est moi qui traine un peu des pieds dans ma tête, et pas que quand je me réinscris au planning de la station régionale dans les moments où c'est un peu mort dans le privé.
En ce moment je croise pas mal de gens qui suffoquent dans leur espace vital, sous l’amoncellement d'objets avec lesquels ils nourrissent des attachements affectifs périmés et dont ils semblent parfois plus proches émotionnellement que des membres de leur famille.
Enfin, je dis ça, je peux aussi balayer devant ma porte.
A l'annonce de sa mort prochaine, J.G s'était défait de tous ses attachements en un temps record.
La question qu'il a posée malgré lui à ceux qui lui ont rendu visite dans ses derniers moments, ce n'est pas tant "Et moi, serai-je à la hauteur ?" que "Et moi, est-ce que je suis en vie ?"

Ca me fait penser à la blague de Viktor Frankl, que les nazis n'étaient pas parvenus à é-li-mi-ner dans leurs camps spécialement conçus pour, récemment transmise par un ami : 
« Finalement, l'homme ne devrait plus demander quel est le sens de sa vie, mais il devrait au contraire se rendre compte que c'est à lui que se pose cette question. En résumé, la vie interroge chaque homme ; et chaque homme ne peut répondre à la vie qu'en répondant de sa vie ; à la vie, on ne peut répondre qu'en se montrant responsable. »

De ce point de vue, le meilleur moment de la journée c'est quand ma femme a découvert quatre bébés hérissons entre deux pots de fleur, qu'elle a cru qu'ils étaient morts et que je les ai provisoirement sauvés des poules et des chats en les recouvrant de feuilles mortes et de paille, dans l'attente que leur mère les ravitaille cette nuit, moment ex-aequo avec mon expérience de désherbage des allées avec un fichu décapeur thermique nucléaire, conçu comme une alternative aux désherbants systémiques plein de glyphosate qu'on vend chez tous les bons marchands de mort. 

dimanche 7 mai 2017

The Disappointed Melenchonists (4)

Les jeunes ne s’étonnent pas d’avoir l’extrême droite au second tour, ni de la pauvreté du débat d'entre les deux tours. C'est pas pour autant qu'ils lisent L’insurrection qui vient, ils sont un peu résignés au sort que leurs ainés vont leur faire en allant voter. 
Je parle des deux jeunes de 17 ans qui sont en train de jouer aux jeux vidéos à l'étage et qui m'empêchent de fuir le Réel en regardant Légion ou Fargo, mais vous pouvez généraliser si ça vous tente.
Ils n'ont pas assez de vécu pour avoir en eux des situations intimes aussi désespérantes que l'enlisement du conflit israélo-palestinien, le réchauffement climatique, la disparition des partis traditionnels, le chômage de masse qui va s'étendre suite à la marche implacable du progrès technique, l'inexorable afflux de réfugiés en provenance de régions moins bien loties de la planète. Situations qui perdurent et se dégradent au mépris des accords de paix, des déclarations sur le climat, des promesses de sortie de crise, de Trump qui déclare résoudre le conflit au Proche Orient en cours de semaine prochaine. 
Moi j'ai tout ça en moi, et bien pire encore, et ma seule décence c'est de ne plus faire de déclarations ridicules et navrées sur mes erreurs passées et sur ma prochaine sortie de crise. Je reconnais mon extrême droite en moi, elle n'est pas apparue ex-nihilo. Elle ne va pas disparaître du jour au lendemain, surtout si elle fait 40 % au second tour. J'ai mes abstentionnistes aussi, un bon paquet. 
Pas évident de débusquer tout ce petit monde, ils préfèrent piloter ma barcasse depuis les souterrains.
En faisant le tour à cheval de mon royaume intérieur, je croise aussi quelques Disappointed Melenchonists, dépressifs profonds que je traite au lithium. Je les ai emmenés voter, ce matin, ça leur a fait une sortie.
Tiens, un qui manque à l'appel intime, c'est le Macron. Nulle part en moi ne sens-je une entité sortie de nulle part et se déclarant l'homme providentiel, dépassant les clivages droite-gauche et promettant d'aller vers le meilleur de la mondialisation. 
Il me suffirait sans doute de reprendre du Seroplex® pour le voir émerger, mais je n'y tiens pas. 
Les miracles chimiques, ça n'a qu'un temps.

mercredi 3 mai 2017

The Disappointed Melenchonists (3)

Bon, ça y est. C'est l'overdose. Radios, télé, journaux, y'en a plus que pour le chantage au vote utile. Dans mon entourage, j'ai encore trouvé plein de mélenchonistes déçus qui se plaignent de se faire violer si ils vont voter Macron. Je leur dis de ne pas y aller, que Macron sera élu sans eux. Je vois la même chose chez les fillonistes déçus, qui se vantent un peu moins d'aller voter blanc ou d'aller à la pêche dimanche prochain. Fillonistes et mélenchonistes déçus pourraient presque fonder un nouveau mouvement : "La France Sans Moi". Le Moi est une maladie de pays riches. Je suis presque prêt à aller voter Le Pen pour que Macron soit élu avec un score un peu serré, qu'il se rappelle ce qu'il doit au peuple de gauche, puisqu'il a une armada de mesures antisociales dans ses cartons. Presque. Est-ce que ça serait vraiment un vote utile ? A ce stade de mon raisonnement, on comprend que je ferais mieux de m'intéresser à mon développement spirituel plutôt que de continuer à subir ce matraquage insensé. D'autant qu'il va falloir se reprendre la tête pour les législatives dans un mois et demi. Le seul intérêt du débat télévisé Macron-Le Pen de ce soir, c'est qu'on se donne du "Madame Le Pen" et du "monsieur Macron" à tout bout de champ à la maison, et qu'on rigole un peu.

dimanche 30 avril 2017

The Disappointed Melenchonists (2)

extraits de mail :

LJP : Alors celle-là, c’est la meilleure :
Thomas Piketty : «Plus le score de Macron sera fort, plus il sera clair que ce n’est pas son programme que nous accréditons»
in Libération de ce jour (qui fut jadis un journal)
Autrement dit, en bon économiste habitué à transformer du quantitatif en qualitatif, l’économiste Piketty - génie visionnaire de son époque - nous dit : non seulement il faut élire Macron mais il faut l’élire avec un score de Maréchal-Président dans une république bananière, pour bien lui faire sentir l’illégitimité de son pouvoir.
La catastrophe est déjà derrière nous et cette Nakba ne concerne pas que le fait politique. Le monde nous est de moins en moins intelligible car la faillite de la pensée nous interdit d’y lire quoi que ce soit. Tout prétend à se retourner en son contraire. Plus personne ne se soucie des signes plus, égale ou moins.
Il faut beaucoup de perspicacité pour encore voir que non, la femme n’est pas un homme en un peu plus joli, la gauche n’est pas une droite un peu moins féroce, la vérité n’est pas notre mensonge préféré, la vie n’est pas une mort pendant laquelle on aurait le droit de spéculer sur des capitaux en action. C’est devenu presque obscène de le dire et ça offense la Macronnerie.
Kaptain KC tout chaviré

JW : Merci pour cette victoire sans équivoque de la défaite de la pensée.
Ca fait un moment que Piketty se fait allumer dans le monde diplo
maigre consolatiion ?
je me dis qu’entre tous les fillonistes qui ne vont pas voter Macron pour les raisons qu’on sait et tous les mélenchonistes qui non plus (ne serait-ce que parce que Macron leur chie dans les bottes entre les 2 tours), Marine a encore ses chances.
S’il faut élire Macron (ce dont je ne suis pas persuadé après un repas entre amis mélenchonistes du 7e jour), c’est avec un score minable, ne pas refaire le coup du 80% à Chirac en 2002.
Macron ne se sent déjà plus péter, et un plébiscite populaire n’est vraiment pas ce dont il a besoin.
Comment on va faire pour doser un 51 / 49 % ?
ça va se jouer dans l’isoloir des consciences, où il y a foule.
Encore une semaine de campagne de merde en perspective.
Je sors les cirés, et je prends le premier quart.
Si on force trop sur les journaux, on va vomir avant d’être arrivés à l'urne.


vendredi 28 avril 2017

The Disappointed Melenchonists (1)

extraits de mail :

LJP Sur injonction d’un bloggeur irresponsable, je passe directement du deuxième concerto de Rachmaninov par Khatia Buniatishvili au Royaume de Satan chanté par Robert Plant. Mais à la réflexion, à qui le royaume de Satan pourrait-il faire encore peur, quand, pour sauver notre paradis démocratique, on nous somme d’aller voter pour un candidat dont on n’apprécie ni le bilan, ni le projet et a qui on n’accorde aucune confiance pour remplir la fonction qu’il brigue ?
Dans quelle carrière très profonde faudra-t-il enfouir les résidus de cette démocratie pour les empêcher d’irradier les générations futures ?
Tiens, je me suis trouvé un nouveau combat pour me faire reluire le gland éthique :
Et qu’on vienne plus m’emmerder avec des singeries électorales.
Kaptain KC

JW : oh purée c’est vrai que la pression médiatique est forte pour nous contraindre à ouvrir en grand le robinet d’eau tiède
je ne sais pas ce qui me retient d’écrire un nouvel article
peut-être le manque d’inspiration
Je vais partir à la recherche d’un mélenchoniste déçu qui ne vote ni blanc ni le pen ni ne s'abstienne
ça doit pouvoir se trouver
… surtout que le mélenchoniste déçu va être le vrai winner du 2eme tour :
en cas de passage de Macron et de l’échec de sa politique libérale, il pourra dire « j’l’avais bien dit qu’y fallait pas voter ça » 
en cas de passage de Marine et de l’échec de sa politique nationaliste de merde, il pourra dire « j’l’avais bien dit qu’y fallait pas voter ça » (bien que son occasion de se refaire aux élections suivantes soient encore plus hypothétiques que dans le premier cas)
... ce qui est assez surprenant dans cet entre-deux tours, sur le plan lacanien s’entend, c’est effectivement cette absence de crainte de Satan.
ça tient à la fois à la dédiabolisation menée en interne, 
à la disparition des derniers témoins du double effet kiss-cool de la pastille Vichy, 
mais aussi à une certaine aspiration absolument non-dite à une sortie de la molle déclinade de la France.
Puisqu’on ne peut en sortir par le haut, sortons-en par le bas.
Le disappointed melenchonist est un grand fauve blessé.
On ne l’y reprendra plus, à croire au Grand Soir, et encore moins à faire barrage au fasssccciiissssmme, il risquerait de croiser devant l’isoloir des disappointed hamonistes, voire des disappointed fillonistes, qui sont vraiment pas des gens comme lui.
Bon, tu m’as quand même convaincu de renoncer à manger du chimpanzé pour ce soir, pour la vache enragée je vais réfléchir.
a+
K.

Blague carambar 1 :
C'est Goebbels qui comparait devant St Pierre. Ce dernier lui dit :
- Ce que vous avez fait est mal, vous allez faire une période au purgatoire, ensuite vous pourrez choisir votre lieu de résidence....
Et St Pierre fait visiter le paradis et l'enfer à Goebbels. Le paradis est gris, triste et morne... par contre l'enfer est plein de joie, de nourriture, de boisson et de femmes... Là Goebbels, hurle :
- L'enfer ! Che feux l'enfer z'est très chouette !
St Pierre s'exécute et là, stupeur ! C'est la douleur, l'horreur, le feu et les hurlements des damnés !
Goebbels crie :
- Que ze passe-t-il, ce n'est pas ze que j'ai vu !
Et là St Pierre dit :
- Ach ! Propagande !

Blague carambar 2 :
les 539 commentaires de la tribune libre de Gérard Miller

http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/04/27/pas-de-lecons-d-antifascisme-merci_5118286_3232.html


dimanche 23 avril 2017

Un 21 Avril, d'Ormesson et Nyarlathotep devisaient gaiement...

Le 21 Avril 2017, je me suis senti obligé d'expliquer à un stagiaire ce que l'expression "Un 21 Avril" signifiait. 
Les jeunes, faut tout leur expliquer. 
Toutefois, l’avantage des jeunes sur ma femme, c’est que des fois, j'explique des trucs à ma femme, et elle me dit "tu me prends pour un con" ? alors que les jeunes, ils n’osent pas. 
Surtout les stagiaires.
Le 21 Avril en question, 2002 l’odyssée de mes spasmes, je me suis dit que j’aurais tout le temps de voter utile au second tour, et comme je voulais me faire plaisir par un vote protestataire, envoyer un message fort au gouvernement et accessoirement voir leurs nichons, j’ai voté Mélenchon. 
Mal m’en a pris. 
Le temps n’était pas venu, comme dit Jean Lassalle.
Et c’est comme ça que nous avons glissé dans un univers parallèle où Chirac a été élu avec 80% des voix et où Alan Moore est devenu fou à force de relire Lovecraft.
Le 21 Avril 2017, le Figaro Magazine a sorti un numéro éblouissant : une interview de Fillon par d’Ormesson. 
Rien que les photos sont une publicité vivante pour la France que nous voulons.





Même pas besoin de lire l'interview,
ou d’ajouter des phylactères avec des blagues stupides,
tout le monde a compris.

Le 21 Avril 2017, à 15 jours près, est sorti le dernier fascicule du Providence d’Alan Moore.
Dans cet ultime opus, le monde tel que nous le connaissons arrive à son terme, les derniers témoins de cette fin du monde sont laissés au bord d’un territoire non cartographié que les humains ne peuvent plus ni comprendre ni explorer plus avant, Cthulhu et les Grands Anciens reprennent possession d’un univers qui au fond a toujours été le leur, et Moore la met profond à d'Ormesson quand il disait « Avant le tout, il n’y avait rien. Après le tout, qu’y aura-t-il ? Je n’écris pas pour les pierres, pour les anges, pour les ruisseaux, pour les lézards. Je n’écris que pour les hommes. L’homme est la mesure de tout parce qu’il n’y a rien que par lui, à travers lui et pour lui.»


Alan Moore s'apprêtant à suborner D'Ormesson  (allégorie)

Cette année, le 21 Avril tombe un 23 Avril. 
Et le vote utile a changé de camp.
Mes pronostics pour le second tour en avant-première mondiale :
macrons marinés pour tout le monde.


Marine console Jean Lassalle et Jacques Cheminade
de leur raclée cosmique au soir du premier tour (allégorie)
Au second, pas de souci :
c'est Cthulhu qui sera élu.

mercredi 19 avril 2017

Une prière pour Jean-Luc

Je suis bien bête d'avoir acheté un téléphone pas smart, je suis obligé de recopier à la main cet échange de sms avec Louis Julien Poignard, le Président du GRRR (Groupe de Réalité Réelle Ratée)
qui s'est déroulé pendant ma semaine de vacances dans le Morbihan au lieu de me les envoyer par mail.

8/04/2017 11:57
JW : Regarde ce q’on voit de la fenêtre de la location qu’elle a trouvé ma femme sur le bon coin !



8/04/2017 17:28
LJP : Ah laa la m’en parle pas ! Je suis à la dérive depuis une semaine ! Enfin j’ai réussi à démonter l’objet, à le poncer, à le protéger contre la rouille, j’ai trouvé quelqu’un qui va me fabriquer un axe et des guides latéraux, j’ai repeint la bête, reste plus qu’à la remonter. D’après un spécialiste, la dérive devrait survivre à mon bateau, et peut-être même à moi.

9/04/2017 11:57
JW : Comme je n’ai pas internet, j’ai relu ton hymne à la dérive, fascinant. Pas grand-monde ne sort du port ce matin, la course de l’edhec s’est achevée hier soir dans une orgie de techno et d’étudiants saouls dont je m’étonne qu’on n’en ait repêché aucun depuis le ponton. Mes ambitions de la semaine témoignent de la constance de mes velléités : arrêter le jogging et reprendre des crêpes. Je lis Pukhtu sur l’iPad, et me passe très bien de mes amis imaginaires sur internet.

9/04/2017 17:43
LJP : J’étais devant un autre port. Celui de Marseille, que la sardine Mélenchon a bouché. Une foule immense, du fond de la Canebière jusqu’au quai de Rive-Neuve. Impressionnant. Et puis, le discours. Pas banal. Imposer une vraie minute de silence, épaisse et profonde, à cette assemblée euphorique et bruyante en hommage aux 30 milles migrants disparus en Méditerranée, c’est fort. Un discours exigeant, avec des références à l’Antiquité, à l’Histoire, à la géopolitique, à la philosophie. L’inverse de la démagogie. Des prises de position à risque sur les conflits syrien, palestinien, en Crimée, l’apologie de la diplomatie plutôt que de la guerre. Cette fois, malgré la méfiance que j’ai pour le bonhomme, je crois que j’ai trouvé mon candidat. Le seul qui ait vraiment une stature d’homme d’Etat. Et tant pis pour la dérive.

9/04/2017 18:41
JW : t’en profites k g pa internet. sébien. fétoiplézir. jusqu’à la semaine dernière j’étais hamoniste, depuis son débat avec valls avant la primaire socialiste, entendu par mégarde en attendant les filles à leur cours de zumba. Du coup je suis carrément allé voter à la primaire, c’est bien la premiere fois que mon candidat est élu ! Et le blog de JP Filiu m’avait convaincu k jean-luc m. n’avait pas le q trè propr sur la syrie. maintenant k j me sui persuadé k je serai macronioniste au 2eme tour, je ne réponds plus de rien au premier. je vais peut-être voter fn pour dégager fillon, comme à la pétanque marseillaise, congue. et je me tiens loin des meetings, pour pas me faire sucer ou pire, dévorer vivant par leurs égrégores. Je me souviens d’un grand-oncle qui me disait qu’il avait vu De Gaulle en 52 à Libourne, qu’il avait été tellement subjugué qu’il mourrait gaulliste, et il a tenu parole. 

10/04/2017 14:32
LJP : Je me méfie de la politique considérée comme un jeu de billard à trois bandes. Voter pour le pire afin de dégager le mauvais pour faire de la place au moins pire, ça a donné un plébiscite chiraquien. Depuis, je vote pour celui qui présente un projet qui me plait. Il y en a pas ? Ca fait rien, je vote pas. Cette fois, il y en a un au premier tour. Je vote pour lui et on verra bien la suite. Si ça se trouve, je transformerai le deuxième tour en rond dans l’eau.

11/04/2017 09:17
JW : Pour ce que tu nommes le plébiscite chiraquien, j’avais voté mélenchon au 1er en étant persuadé de voter jospin au 2eme tour. depuis, j’ai perdu le gout du billard puisque les 3 bandes ne furent pas celles escomptées. Considère mes piques comme le programme méthadone du wififree, le contraire du free wifi, car je ne suis pas parvenu à pirater le réseau de la capitainerie. Sans parler de la sieste d’une heure après une marche de 3km 900, c’est donc ça vieillir ? ce qui fait ricaner ma femme, mélenchonienne dans l’ame mais qui l’ignore encore. Et maintenant je vais aller m’ouvrir la main en ouvrant des huitres, ça sentira vraiment les vacances. demain on fait le tour du golfe en promène-couillons. Sans dérive, point de chalut ! comme disent les homards croisés sur le marché du port.

18/04/2017 17:43 
JW : dimanche j’irai donc voter jean-luc en sachant qu’il ne sera pas élu.
Mais s’il fallait voter en pensant que nos candidats seraient élus, quelle responsabilité énorme !
j’ai vu ta moto à l’ile d’ars, il faudra retravailler sur l’horaire des marées avant de la laisser au parking.



18/04/2017 23:05 
LJP : Tu as raison, Mélenchon ne sera pas élu et c’est heureux ! Je serais contraint de réviser mon jugement sur mes semblables, sur la démocratie, sur la réalité réelle qui s’en trouverait beaucoup moins ratée. T’imagines la dépression de Louis-Julien Poignard ! Voilà que la France retrouve sa vocation universaliste, qu’elle étend sa frontière vers l’est jusqu’au Brésil et vers le sud, aux confins de ces pays d'Afrique qui ont le français en partage. Voilà que le vote devient utile et se met à influer sur le destin des peuples, voilà qu’on retrouve un sens à l’avenir et que la solidarité prend sa revanche sur la compétition !  Quelle pitié...  Mais il y a peu de risques.

samedi 1 avril 2017

Comment faire l'amour avec un Mormon dans l'espace

1/ Des journalistes en mal de copie écrivent un article sur les problèmes de la reproduction sexuée en gravité zéro.

2/ S'apercevant que les gens ne savent plus lire, ils en font un pdf filmé, en éliminant 95% des informations de l'article original.



3/ Je regarde pour me détendre voire m'évader une série de SF pas mal du tout qui s'appelle The Expanse mais que je ne parviens jamais à nommer correctement.
Je l'appelle spontanément The Escape, pour des raisons qui m'échappent. 
Mais c'est sans doute lié à ce besoin d'évasion.

4/ dans ce feuilleton d'anticipation situé dans un futur proche où l'épuisement de l’écosystème terrestre a donné lieu à l'établissement de colonies sur Mars et dans la ceinture d'astéroïdes de Jupiter pour y prélever des ressources qui se raréfient, et où les luttes d'ingérence menacent une paix déjà fragile dans le Système solaire, les Mormons font construire un vaisseau générationnel pour aller ensemencer la Galaxie de la Bonne Nouvelle diffusée par l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours.
Comme ils ont plein de sous, le vaisseau est sans équivalent dans l’univers connu, et suscite bien des convoitises.

Le Vaisseau des Mormons de l'Espace
(en construction)

5/ On assiste au début de la saison 2 à une torride scène de baise dans l'espace. 
C'est pas trop tôt. 
Je ne vous fais pas de GIF animé pour ne pas spoiler.
La gravité zéro ne semble pas les affecter beaucoup. 
Ca fait longtemps que les auteurs de SF ont résolu les problèmes sur lesquels sèchent les scientifiques. 
La Nasa nous prend pour des quiches, et Stephen Hawking est un branleur.

6/ Devant la gare, tous les matins je croise les Témoins de Jéhovah avec leur petit kiosque à revues à roulettes. On dirait une version un peu minable des Mormons de l’Espace. Ils ne semblent manifester aucun désir d'aller ensemencer quoi que ce soit. Ils sont là et ils attendent tranquillement le passant qui aura l'imprudence de s'adresser à eux pour leur demander où est la rue des Plantes, puis ils pondront leurs oeufs amers dans son ventre. Je n'ose pas leur demander le programme de leur candidat, ni s'il a donné une consigne de désistement pour le second tour de la présidentielle, j'ai peur de ne pas pouvoir m'en débarrasser. C'est arrivé à d'autres.
Le soir, c'est les Témoins d'Emmanuel Macron ou de Dupont-Aignan.

7/ Au moins, en lisant Space Sex is Serious Business, j'ai appris des trucs, même si je me doutais un peu qu’on n’était pas prêts de construire d’arche spatiale. Et en regardant The Expanse, j’ai rêvé d’un monde aussi pourri que le notre, mais en mieux. Un monde où on pourrait faire l'amour avec un Mormon dans l'espace, à condition de l’arrimer solidement, et que ses parents soient d’accord. C’est important, le rêve. Alors que quand je regarde les résultats de l’enquête statistique menée par l’Observatoire de la vie sexuelle des parisiens dans la ville-lumière où s’inventent aujourd'hui les modèles sexuels et amoureux de demain, ça ne m’inspire rien du tout.
C'est peut-être parce qu'habitant la province, je n’ai pas de pratiques anales avec ma voisine de palier, mais il faut dire qu’elle a 78 ans, et que son mari n’est pas très chaud pour que je lui froisse le col du fémur, mille putois.

[Edit]
Ma fiction est rattrapée par la réalité : j'apprends dès hier que les Mormons de l'Espace ont inauguré leur premier vaisseau spatial en France.
Bon courage pour le décollage.

dimanche 19 mars 2017

Comme un torrent

Dans la journée, je fais parfois des micro-siestes d'un quart d'heure.
Juste le temps que corps et cerveau se reposent et rechargent un peu les piles avant de repartir.
Dans un siècle où la productivité nous dicte sa loi d'airain, même si t'élèves des chèvres dans l'Aveyron parce que tu ne te reconnais plus dans la démocratie participative à la sauce Mélenchon, t'es quand même dépendant des cours du fromage de brebis, et faut assurer, en volume et en qualité.
La micro-sieste réussie dépend avant tout d'un accord profond avec soi et avec la nature de l'exercice, dans l'espace et le temps qui sont impartis. Ensuite, c'est de l'entrainement.
Le corps, c'est facile à repérer, il y a un engourdissement des membres.
L'esprit, lui, se met à produire des images hypnagogiques; chez moi c'est des grottes, des cours d'eau, des paysages.
Tout à l'heure, c'était clairement la mer, peu profonde, presque un rivage, de molles vagues. Du soleil.
Je me laisse partir, mais j'ai le support de la respiration, je ne vais pas très loin, et puis je reviens.
15 minutes aller-retour.
Impeccable.
Hier, j'ai raté mon coup, j'ai dormi 3 heures.
Mais j'ai un peu tiré sur la corde ces dernières semaines.
Tout à l'heure, au retour, j'essaye de préciser mon impression.
J'associe ça à des trucs que je connais.
Texture et transparence de l'air et de l'eau :
sans hésitation, la plage aux dinosaures marins dans Riven (la suite de Myst).


C'est de l'imaginaire, mais très réel. Ca fait bien 20 ans que je n'ai pas joué à ce jeu vidéo, mais cette plage cachée m'avait fait une forte impression, qui ressurgit dans l'état intermédiaire entre veille et sommeil.
Plus proche de moi, un torrent de Hautes Pyrénées, en 2014.
J'en fais vite un gif animé, ma lubie du moment.


Mais c'est trop dynamique. Mon bord de mer était bien plus tranquille.
Et l'image, même animée, de la chose n'est pas la chose.
Il y a aussi ce lac de montagne, qui traine dans mes dossiers photos, et dont la sérénité m'obsède jusqu'à la déraison.
Le désir du Nirvana, c'est le Samsara.


Destockage massif.
Changement de look de la perche à selfies.
Et maintenant, retour à l’essentiel, à savoir aller emprunter la scie sauteuse à Jean-Pierre pour agrandir la chatière que le Migou vient de péter pour la ixième fois tellement qu’il est gros, ce con de chat.

 [Edit]
Tout à l’heure, j’ai oublié de dire que tout cela m’est venu après que j’aie réussi cette semaine à faire changer l’éclairage basse tension de la cuisine, des spots jaunâtres au plafond qui s’éteignaient quand ça leur chantait, en général quand on était en train de préparer le repas. Le transformateur était en fin de vie, mais pour y accéder il fallait monter dans les combles, tapissés depuis deux ans d’une couche neigeuse de 50 cm de ouate de cellulose.
L’électricien craignait de s’y aventurer, bien que je lui aie assuré avoir survécu à l’expédition. Nous avions pris rendez-vous de longue date lui et moi, il devait entre-temps aller installer 45 automatismes de portails de temples bouddhistes dans le Sud Ouest, tout était planifié par un copain à lui, et puis que voulez-vous, le bouddhisme ne paye pas et il s’est heureusement rendu compte que son client n’était pas solvable avant d’attaquer le chantier, mais ça lui a fait une perte d’activité d’un mois entier, c’est raide pour un artisan.
Il est parvenu à m’installer un nouveau plafonnier en lumière blanche qui consomme 10 fois moins et éclaire 10 fois plus, ce qui a fait s’exclamer ma fille « maintenant quand on allume dans la cuisine on a l’impression d’entrer au Paradis », je ne serai pas aussi positiviste qu’elle parce que ce flux de lumière divine révèle surtout le manque d’étagères à épices à la Homer Simpson sur les différents plans de travail, mais au moins on voit ce qu'on fait et je risque moins de m'ouvrir la main en croyant ouvrir des huitres.
Et j'ignore pourquoi cette histoire de lumière divine est associé dans mon esprit à son équivalent acoustique, le long instrumental "Watermelon in Easter Hay" de Frank Zappa, mais c'est comme ça.



 [Edit]
Ca y est, je viens de comprendre pourquoi en l'écoutant de bon matin au bureau…
c’est à cause des paroles du morceau :

[CENTRAL SCRUTINIZER:]
This is the CENTRAL SCRUTINIZER...Joe has just worked himself into an imaginary frenzy during the fade-out of his imaginary song... He begins to feel depressed now. He knows the end is near. He has realized at last that imaginary guitar notes and imaginary vocals exist only in the mind of The Imaginer... and... ultimately, who gives a fuck anyway... So…mwa ha ha… Excuse me… So… Who gives a fuck anyway?... So he goes back to his ugly little room and quietly dreams his last imaginary guitar solo... 
(et ensuite commence le solo - torrent de miel sidéral sur la plage aux plésiosaures de Riven, mais ssiiii, la suite de Myst.)
Ce qui est tout à fait pertinent par rapport au sujet de mon article, si tant est qu’il existe ailleurs que dans mon imagination.
L’inconscient ne nous trompe jamais, même quand il nous plante.

samedi 11 mars 2017

La rigidité cadavérique des rhinocéros

Je voulais écrire un article sur l’absence tragique de littérature sur l’évolution de la rigidité cadavérique post-mortem des rhinocéros®, après avoir lu dans le Monde un article où le journaliste s'est visiblement amusé à déposer cette expression rien que pour je la ramasse et en fasse n'importe quoi, j'aurais réussi à relier ça façon explosifs artisanaux, le fil rouge sur le bouton rouge, avec la relecture attentive du dernier SAS, Coup de boule à Kaboul, l'affaire Le Troadec ("Une famille aurifiée") qui suit d'assez près l'affaire Dupont de Ligonnès ("Une famille terrassée") qui auraient accrédité la thèse alternative qui fait sans doute führer sur Twitter et qui veut que Nantes soit construite sur un ancien cimetière indien (je vois pas d'autre explication), et puis le prochain SAS sorti dès ce soir, Ramasse à Damas, et puis j'aurais fait quelques montage photoshop bien perraves, et puis finalement je suis assez occupé, et François Morel m'a pris de vitesse, lui dont c'est le métier. 'Culé. De toute façon, je n'aurais sans doute écopé que quelques commentaires décalés de mes trolls habituels, ce qui n'a aucun intérêt.





 Devant la pression internationale, Warsen arrête sa revue de presse.


Arrête, Warsen, tu nous fais trop rire.

dimanche 5 mars 2017

Fillon : La contre-attaque



Le figaro magazine, septembre 2015


Le figaro magazine, mars 2017

Je m'interroge : soit les rédacteurs du Figaro ont Alzheimer, soit ils pensent que leurs lecteurs sont salement touchés.

- Exercice de style et de probabilités : sachant qu’entre le shoot photo de 2015 et celui de 2017, François a déboutonné sa veste et s’apprête à dégainer un Colt Python 357 habilement dissimulé dans sa cravate, calcule toi-même la couverture du figaro magazine de 2019, sobrement intitulé : 
Fillon : La contre-attaque.
Ensuite, en t’aidant de Photoshop et d’images trouvées sur Internet, réalise toi-même cette couverture.
Les meilleures contributions seront publiées.

- Question subsidiaire : sachant qu’il va pleuvoir cet après midi, évalue le nombre de personnes qui manifesteront au Trocadéro en soutien au candidat à la présidentielle mais surtout contre les juges et la justice. 

- Question éliminatoire : on y verra sans doute Julie Graziani, porte-parole du mouvement l'Avant-Garde, collectif qui occupe le terrain des idées d'une droite très à droite, sans exclure, pour 2017, une alliance électorale avec les Républicains ou le Front national. 
Essaie de ne pas rire d'elle (ou de ne pas pleurer) entre 36’42’’ et 37’40’’ de cette vidéo.



Et n'oublie pas que le soutien à François reste le seul garant de ta rock'n'roll attitude dans ces moments douloureux pour la France.

samedi 4 mars 2017

Monstres froids, Méfaits du tabac & Persistance du Mal (6)

Allez, c'est reparti.
"Nouveau rebondissement dans l’affaire qui oppose Anders Behring Breivik à l’Etat norvégien. A la surprise générale, en avril 2016, la justice avait condamné Oslo pour le « traitement inhumain » du tueur néonazi en détention à l’isolement depuis cinq ans. Retournement de situation mercredi 1er mars, puisque la cour d’appel a infirmé ce jugement, estimant que M. Breivik n’était pas traité de manière « inhumaine » en prison."
Bon, faudrait savoir. 


En plus, l'avocat de Breivik a fait appel, ça va aller devant la Cour Suprême de Norvège, on n'est pas près d'être couchés, avec vos conneries.

Il faut en finir, comme le disait un p’tit nouveau sur un forum de pornodeps avant Jésus Christ. 

Il est vrai que lors du procès qu’il a intenté à l’Etat norvégienBreivik avait poussé le bouchon un peu loin : « Pour quelqu’un qui souffrait d’isolement et devait apparaître amoindri, Breivik avait, au contraire, terriblement bien préparé son coup, comme il l’avait déjà fait lors du procès du printemps 2012. Il a notamment profité au maximum de la tribune qui lui est offerte pour distiller à nouveau sa propagande fasciste. Un comportement prosélyte qui justifiait d’ailleurs largement selon Marius Emberland, le procureur, que Breivik soit maintenu à l’isolement.
Lors du procès, il avait soigneusement préparé ses interventions, tenant des discours qui avaient bien peu à voir avec des souffrances psychologiques liées à un isolement carcéral. Il a pu raconter qu’il se disait inspiré par le succès d’Aube dorée en Grèce, qu’il assurait renoncer à la violence politique et vouloir plutôt créer un parti. Il disait encore vouloir militer pour qu’un parti national-socialiste prenne place au Parlement norvégien et regrettait que les nazis soient discriminés dans son pays.
De quoi relancer le sentiment d’une manipulation diabolique qui met l’Etat de droit face à ses limites ultimes. « Mais c’est ainsi que fonctionne un Etat de droit indépendant, c’est aussi une partie inaliénable de l’Etat norvégien », écrit l’éditorialiste d’Aftenposten. Les juges n’ont pas entendu la plaidoirie du procureur pour qui ce n’était pas un homme brisé par l’angoisse de l’isolement qu’ils voyaient au procès, mais bien « le même narcisse idéologiquement dérangé que nous avions vu auparavant ». 
Il semble que les tenants de la thèse du narcisse idéologiquement dérangé aient eu gain de cause. A moins que les horticulteurs - producteurs de narcisses en pot portent plainte pour propos discriminatoires envers ce fier bulbe.
Breivik va pouvoir retourner sangloter sur son triste sort dans sa cellule de la prison de Skien, où il dispose de trois pièces : une chambre, une salle de sport, une salle de travail et de loisirs équipée d’une PlayStation et d’un ordinateur qui n’est pas relié à Internet. Toutes ses communications avec l’extérieur sont lues et filtrées. Breivik s'est aussi plaint de la qualité du café et des repas réchauffés au four à micro-ondes.

A ce stade, il devient difficile de ne pas haïr la Haine et les Haineux.
Rrrrhhôôôh le malhonnête. 
T'entends ça, manman ? 
Que de la gueule.

Il a un ego aussi démesuré que Docteur Etrange. Sauf que vers la fin du film, y'a le Grand Ancien (qui est une Ancienne, d'ailleurs, mais les Grands Anciens pèsent de plus de poids phallocratiquement symbolique que les Grandes Anciennes) qui vient révéler le Secret de l'Univers à Benedict Cumberbatch : 
"It's not about you."



Mais ça, Breivik n’a jamais pu l’admettre.

C'est pour ça qu'il est passé du coté de Dormammu et de la Mati%re Grasse Noire qui fait des Trous dans le Réel. 
Pour exister, avec sa pitite pulsion de mort en bandoulière.
Si on est amateur, il n'est pas mal, son Trou dans le Réel, pour un autodidacte : on a déjà pu enterrer 77 personnes dedans.
Et bientôt l'auteur de ce blog, parce que je commence à voir des Breiviks partout, et en particulier au Super U, d'où je reviens avec les courses de la semaine. Y'en avait un au rayon surgelés, et deux qui m'attendaient entre les croquettes pour chats et les produits d'entretien. 
Y m'ont rien fait. Heureusement, ça fait un moment que je n'ai plus l'air d'un Jeune Travailliste.
"Plus on fait attention à lui, plus ça lui donne de l'énergie, comme le fantôme affamé de Chihiro, dit un ami en parlant de quelqu'un d'autre, mais ça colle bien quand même. Si tu veux l'amener à réfléchir sur lui-même, il n'y a qu'une solution : faire comme s'il n'existait pas. Ce n'est pas un être humain, quelqu'un chose est entré en lui il y a longtemps, et maintenant cet être tient toute la place. Si tu veux l'aider, il faut cesser de nourrir cette chose."
La Norvège est condamnée à être emmerdée jusqu'au bout par Anders Behring Breivik.
Au mieux, il va rester au trou jusqu'à ce qu'on le mette dans le Trou. 
Dans le Réel.
Car selon la formule de Salman Rushdie, grand Saint de l'Islam, “Le monde est l’endroit dont nous prouvons la réalité en y mourant.” 
Mais pour Breivik, peut-être que l'Enfer, ce n'est qu'un feu de camp.
Va savoir.
Pour le happy end, voyez avec mes collègues, en particulier Latifa Ibn Ziaten, mère de la première victime de Mohamed Merah, dans son combat contre la radicalisation.


Alex + Ada
Sarah Vaughn, Jonathan Luna

(fin)

 [Edit]


Daniel Goossens, l'encyclopédie des bébés.
Je l'avais oublié, celui-là.

mercredi 1 mars 2017

Malfaisants, froids, persistants (5)

De retour de notre balade dans le Multivers (article précédent) il faut bien admettre, à défaut de l'accepter pleinement et inconditionnellement, que dans notre Uni-vers, Anders Behring Breivik est en prison après avoir commis l’irréparable. 77 fois.
(Je pars du principe optimiste que les blessés, réparables, ont été réparés, ou sont en passe de l'être, traumas psychologiques non inclus).
Kjirsten Fjord, la gentille secrétaire avec qui il aurait pu convoler à l’issue du Congrès d’été des Jeunes travaillistes sur l’ile d’Utøya, gît sous une couverture, déjà froide, du sang s’écoulant de ses oreilles.
J’ai vu les photos.
Elle a l'air abattue.
Froidement.
Comme les 76 autres Jeunes travaillistes qui ont eu la malchance de ne pas se cacher assez bien.
Ils n’avaient pas été assez attentifs aux leçons de vie de « How not to be seen ».
J’en profite donc pour renouveler à Breivik mes chaleureux encouragements à croupir longtemps en prison.
Jusqu’à sa mort, en fait.
Et si possible, que ses gardiens mettent « The Torture Never Stops » de Frank Zappa à donf et en boucle dans sa cellule(1).
Que le seul film disponible en téléchargement légal sur l’Intranet de la prison soit « Where the dead go to die », et que les sous-titres soient décalés.
Qu’il ne dispose pas du logiciel pour les resynchroniser.
Que quand il donne ses treillis militaires et ses Rangers à nettoyer au pressing de la prison, ils lui rendent à chaque fois une djellaba tachée et deux babouches de pied gauche.
Que…
Une minute.
J’ai déjà vu ce genre de réaction dans le film coréen « J’ai rencontré le diable».
Un flic traque le tueur en série qui a tué sa fiancée enceinte… et devient pire que lui. Bien pire.
Au cinéma, les Coréens n’ont pas de tabou avec la cruauté, mentale ou physique.
Le film devient assez vite inconfortable pour l’infortuné spectateur qui s’est laissé embarquer dans cette vengeance qui tourne mal, heureusement tempérée par un humour atroce. 
Dans les moments pénibles, il est conseillé de se rappeler que c’est du cinéma.
Avec Anders Behring Breivik, non, pas moyen. Il n'est pas conseillé de se rappeler que c'est réel, mais c'est réel quand même.
Il a eu une vie de merde, alors il a théorisé sur l’islamisation de l’Europe, et il s’est pris pour un Croisé.
Son Manifeste ressemble à un bouquin de Maurice G. Dantec (qui a fusionné avec le Grand Tout l'été dernier mais ça fait bien 15 ans qu’il avait commencé à breiviker, ou Breivik à dantequiser, ou tous les deux à houellebecquiser) encore plus mauvais que d’habitude, et après il a soigneusement préparé, planifié, puis exécuté son petit massacre.
Alors que peut-on en dire ?
Tous les matins, je pense à Anders Behring Breivik.
Je ne lui envoie pas de l’amour, ça non. J’ai déjà bien du mal à en envoyer dans un rayon de 1 mètre 50 autour de moi, alors pensez, atteindre la Norvège, ça serait un peu présomptueux.
Et puis c'est un peu tard. Fallait être là dans sa jeunesse. Avant que le ver ne dévore le fruit de l'intérieur.
Je me demande comment c’est, dans sa tête.
Je ne suis pas le seul.
La pièce manquante dans ce puzzle, c’est bien son absence d’empathie, sa faculté d’occulter le fait que ses cibles sont des êtres humains comme lui.
J’ai la chance de ne pas être le papa de feu Kjirsten Fjord.
Mais quoi d’autre ?
Entre gens civilisés, on peut parler du Mal.
On ne s’en prive pas.
« La tentation du Bien est beaucoup plus dangereuse que celle du Mal » nous disent les philosophes.
"C’est au nom de la morale, c’est au nom de l’humanité qu’ont été commis les pires crimes contre l’humanité. C’est au nom de la morale qu’ont été commis les pires crimes immoraux. Morale perverse, donc : on est moraux avec ceux qui partagent notre monde de représentation et on est pervers avec les autres parce que la définition de la perversion, c’est pour moi celle de Deleuze et de Lacan : est pervers celui qui vit dans un monde sans autre." nous dit l'abbé Cyrulnik.
Très bien.
Breivik utilise les méthodes des djihadistes qu’il prétend combattre, et devient comme eux.
Mais à part ça ?




Alex + Ada
Sarah Vaughn, Jonathan Luna



(1) "Des mouches vertes bruissent, dans ce cachot du désespoir
Des prisonniers geignant marinant dans leur pisse grattent leur tignasse noire
Une pâleur blafarde tombant d’un trou à des années lumières,
C’est leur lueur du jour, rien d’autre ne les éclaire
Et ça pue tellement que les pierres asphyxiées
pleurent un jus verdâtre de venin
Dans l’antre où brûle l’immense forge du Malin
et où la torture est sans fin
La torture est sans fin."

(à suivre)